Logo

Les prix du pétrole reprennent leur hausse

cours du petroleZurich: Après avoir marqué une pause la veille en soirée, les prix du pétrole repartaient à la hausse mardi matin. Le cours de l'or noir avaient repris leur souffle lundi face aux espoirs d'une reprise des exportations iraniennes dans un contexte d'offre limitée ainsi que la fermeture de plusieurs raffineries dans l'Etat américain Texas.
Mardi vers 07h40, le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en avril, le plus échangé à Londres, se négociait à 92,74 dollars, contre 92,69 dollars lundi soir. Dans les échanges électroniques avant l'ouverture de la séance de lundi, il avait atteint 94,00 dollars, pour la première fois depuis début octobre 2014.

Quant au baril de West Texas Intermediate pour échéance en mars, il valait 91,46 dollars, contre 91,32 dollars la veille en soirée.

Vendredi, le département d'État américain a indiqué qu'il renonçait à sanctionner pays et entreprises étrangers qui participeraient à des projets dans le cadre du programme nucléaire civil de l'Iran. Néanmoins, il ne s'agit "pas d'une concession à l'Iran" ni d'un "signal indiquant que nous sommes sur le point de parvenir à une entente", a assuré Washington.

L'Iran, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Hossein Ami-Abdollahian, a jugé ce geste "bon mais pas suffisant". Pour autant, "le marché pense que, peut-être, c'est la première de nombreuses étapes qui mèneront à la reprise des exportations de pétrole iranien", a expliqué Andy Lipow, du cabinet Lipow Oil Associates. "C'est mauvais pour les cours", a-t-il ajouté.

Une nouvelle séance de négociations pour rétablir l'accord sur le nucléaire iranien doit avoir lieu mardi à Vienne, près d'un an après la reprise des pourparlers. Les prix sont aussi mis sous pression par l'interruption des activités de trois importantes raffineries du Texas liée à une vague de froid, à Houston (Valero), Pasadena (Chevron) et Galveston (Marathon).

Si le temps s'est nettement réchauffé ces dernières heures, "on a probablement perdu environ 4 millions de barils de demande à cause de cet événement", a analysé Andy Lipow. Même s'il s'agit d'un événement technique, le fait que ces raffineries n'aient pas pris livraison de plus d'un million de barils par jour a fait baisser temporairement la pression sur l'offre, ce qui a calmé les prix.

Mais pour Bjornar Tonhaugen, responsable de la couverture pétrole pour le cabinet Rystad Energy, l'offre de brut et de carburant "continue à être inférieure à la demande", et "il y a très peu de signes visibles d'un renversement". Lundi, les analystes de Morgan Stanley ont confirmé leur prévision d'un baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. à 100 dollars.


Pour Andy Lipow, la propension du marché à s'inscrire à de nouveau sommets depuis 2014 "dépend de la situation géopolitique entre Russie, États-Unis et Ukraine, ainsi que de la capacité de l'OPEP à restaurer sa production".

(c) AFP

Commenter Les prix du pétrole reprennent leur hausse

graphcomment>