Logo

📈 100 dollars le baril bientôt ?

Prévisions des cours du petroleLondres: Craig Erlam, l'analyste principal d'OANDA, a déclaré à City A.M. que les prix du pétrole pourraient atteindre 100 dollars le baril au cours du premier trimestre, suite aux intenses reprises de ces derniers jours.
Sa prévision haussière fait suite à un commentaire optimiste sur les prix publié dans sa dernière mise à jour du marché, où il a affirmé que le resserrement de l'offre dans un contexte de rebond de la demande signifiait que les prix élevés étaient là pour rester.

Erlam a déclaré : "Ce déséquilibre a conduit à une flambée des prix, ce qui va accentuer la pression sur les ménages et les entreprises qui luttent déjà contre une inflation élevée. De plus, non seulement la reprise ne semble pas s'essouffler, mais elle pourrait même avoir généré un nouvel élan. Alors que 90 dollars auraient pu déclencher des prises de bénéfices et un léger refroidissement des prix, cela suggère qu'il n'y aura pas de répit et que nous pourrions, de façon réaliste, voir le pétrole à 100 dollars bientôt".

Cela fait suite à une prévision antérieure des courtiers de change la semaine dernière, selon laquelle les prix pourraient atteindre la barre des 100 dollars pour la première fois depuis 2013 dans quelques semaines.

Jeffrey Halley, analyste chez OANDA, a déclaré : "En supposant que la Chine ne subisse pas un fort ralentissement, qu'Omicron devienne effectivement omi-gone, et que la capacité de l'OPEP+ à augmenter sa production soit clairement limitée, je ne vois pas pourquoi le Brent ne pourrait pas se rapprocher des 100 dollars au premier trimestre, voire plus tôt."

Les prix sont allés de force en force sur les deux principaux indices de référence, avec le Brent et le WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. en hausse pour un quatrième jour consécutif.

Le Brent a franchi son plus haut niveau en sept ans, frôlant les 90 dollars le baril après un nouveau rebond de 1 %, tandis que le WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. s'échange à près de 87 dollars après un bond de 1,4 %.

Le contraste est saisissant avec les fortes baisses de plus de 10 % enregistrées sur les deux marchés de référence lorsque la variante Omicron est apparue pour la première fois, les craintes quant à son effet sur la demande s'apaisant désormais.

Les analystes de Commerzbank, Daniel Briesemann et Carsten Fritsch, ont affirmé que les marchés profitaient également des ruptures d'approvisionnement qui exacerbaient les inquiétudes concernant le resserrement de la demande.

Ils ont relevé l'incendie d'un oléoduc reliant l'Irak à la Turquie, qui a brièvement interrompu les flux, renforçant ainsi les inquiétudes quant aux perspectives d'approvisionnement déjà limitées. L'explosion qui a déclenché l'incendie de l'oléoduc dans la province de Kahramanmaras, dans le sud-est de la Turquie, aurait été causée par la chute d'un pylône électrique, plutôt que par une attaque.

Cependant, comme l'oléoduc transporte du brut de l'Irak, deuxième plus grand producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), vers le port turc de Ceyhan pour l'exportation, cela n'a fait qu'aggraver les craintes concernant la chaîne d'approvisionnement.

Les analystes ont également souligné que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés, dont la Russie (OPEP+), ne respectent pas toujours les quotas de production. Bien qu'ils se soient engagés à augmenter l'offre de 400 000 barils de pétrole par jour, la production est inférieure de 35 % aux niveaux prévus, alors que la demande n'a fait qu'augmenter.

L'OPEP prévoit toujours une augmentation de 4,15 millions de barils par jour de la demande mondiale de pétrole cette année, avec une demande moyenne quotidienne de 28,9 millions de barils par jour.

Alors que les prévisions précédentes tablaient sur une offre excédentaire ce trimestre, l'OPEP devrait augmenter son offre d'environ 250 000 barils par jour ce mois-ci, ce qui est bien inférieur aux prévisions mais reste un défi pour l'organisation.
"L'OPEP n'est toujours pas en mesure d'y parvenir : en décembre, la production n'a augmenté que de 170 000 barils par jour. La production des pays de l'OPEP qui ont signé l'accord est désormais inférieure de 629 000 barils par jour au niveau convenu." a déclaré Commerzbank.

Pendant ce temps, les tensions géopolitiques qui s'enveniment entre la Russie et l'Ukraine pourraient également faire grimper davantage les prix et accroître les pénuries d'approvisionnement, les tensions mettant à rude épreuve les chaînes d'approvisionnement et provoquant de graves turbulences économiques.

Si la Russie envahit l'Ukraine au cours des prochaines semaines, après avoir rassemblé plus de 100 000 soldats à proximité de ses frontières, la hausse actuelle des prix s'en trouverait probablement renforcée.


Outre les facteurs macroéconomiques, Goldman Sachs a écrit dans son rapport de la semaine dernière, Finding Value In Scarcity, que le déclin structurel de la capacité de réserve stimulera davantage les prix au printemps.

Comparant la situation à un rallye important déclenché en 2004 par l'épuisement de la capacité de réserve, la banque a déclaré : "À l'époque, nous avons qualifié cette dynamique de 'pénurie à long terme créant des excédents à court terme', car la flambée des prix à long terme a créé une faiblesse de la demande qui a permis aux stocks de s'accumuler, créant ainsi un coussin de stocks de précaution pour protéger le marché pétrolier d'un manque de capacité de réserve. Nous pourrions très bien assister à une dynamique similaire pour le pétrole cette année".

Commenter 📈 100 dollars le baril bientôt ?

graphcomment>