Menu
A+ A A-

Les prix du pétrole marquent une pause après une phase de hausse

  • Cours du pétrole
cours du petroleZurich : Après avoir encore grimpé mercredi suite à la forte baisse des stocks américains de brut, les prix du pétrole marquaient une pause jeudi. Tant le baril de Brut de la mer du Nord que celui de West Texas Intermediate (WTI) se négociaient à la baisse.
Vers 08h40, le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en mars, contrat le plus échangé à Londres, s'échangeait contre 84,25 dollars, soit un repli de 0,5%. Celui de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en février valait pour sa part 82,2 dollars, un prix en baisse de 0,51%.

Mercredi soir, le premier avait encore avancé de 1,13% pour clôturer à 84,67 dollars, non sans avoir atteint 85,21 dollars en cours de séance, tout près de 86,70 dollars atteints le 25 octobre dernier, qui constituaient un sommet depuis 2018. Quant au baril de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. il avait lui pris 1,74%, pour finir à 82,64 dollars. Plus tôt, il s'était envolé jusqu'à 83,10 dollars, à portée des 85,41 dollars atteints le 25 octobre, un plus haut de sept ans.

Le ton a été donné par la publication hebdomadaire des stocks américains de brut, qui est ressortie en forte baisse de 4,6 millions de barils, soit quasiment le triple de ce qu'attendaient les analystes (1,6). Après ce septième affaiblissement consécutif en autant de semaines, les réserves américaines d'or noir se situent à leur plus faible niveau depuis octobre 2018.

Elles sont inférieures de 8% à leur niveau moyen des cinq dernières années à la même époque, selon l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA). "À cette époque de l'année, les réserves doivent normalement augmenter, pas baisser", a observé James Williams, du cabinet WTRG Economics.

L'accélération des cours a aussi été favorisée par le coup de mou du dollar, qui est repassé sous 1,14 dollar pour un euro. Le billet vert étant la devise des matières premières, un dollar affaibli peut pousser les prix à la hausse. L'impact de la baisse des stocks a été quelque peu relativisé par la nette hausse des réserves américaines d'essence, qui ont monté de 7,9 millions de barils, soit quasiment le triple des prévisions (2,7).

"Ce rapport ne change pas la vision des opérateurs, qui s'attendent à ce que le marché demeure très tendu à court terme", a pour sa part noté, Edward Moya, analyste chez Oanda. Selon Bart Melek, responsable de la stratégie matières premières chez TD Securities, les traders ont aussi été sensibles au léger repli de la production américaine, de 11,8 à 11,7 millions de barils par jour.

Ce dans un contexte de reprise continue de la demande et d'offre insuffisante. "Beaucoup s'inquiètent du fait que l'OPEP+ (OPEP et ses alliés) n'ait pas suffisamment de capacités pour équilibrer le marché en 2022, comme promis", a indiqué Bart Melek, dans une note.


Quant à Omicron, le variant du coronavirus est quasiment déjà dans le rétroviseur, a fait valoir James Williams. "On va bientôt atteindre le pic (de cas positifs), si ce n'est déjà fait", anticipe l'analyste. "D'ici février, ce sera derrière nous. Or, les marchés à terme échangent sur février et mars", donc voient au-delà d'Omicron, selon lui.

(c) AFP

Commenter Les prix du pétrole marquent une pause après une phase de hausse


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 29 septembre 2022 à 21:17

    Le pétrole se replie, pris dans la tourmente des Bourses

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi, influencés par le coup de grisou sur Wall Street, nourri par l'angoisse...

    jeudi 29 septembre 2022 à 11:57

    Le pétrole hésite, entre frilosité du marché et spéculations…

    Londres: Le pétrole se stabilisait jeudi après deux séances de hausse, l'aversion au risque du marché pesant sur l'or noir tandis que...

    mercredi 28 septembre 2022 à 21:10

    Le pétrole monte encore, aidé par le dollar et une surprise …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur rebond mercredi, soutenus par un repli du dollar, la fermeture d'installations dans...

    mercredi 28 septembre 2022 à 18:35

    Le pétrole grimpe avec les tensions sur l'offre, le gaz bond…

    Londres:  Les prix du pétrole grimpaient à nouveau mercredi, après leur rebond de la veille, les inquiétudes sur l'insuffisance de l'offre et...

    mercredi 28 septembre 2022 à 17:17

    🛢️USA: baisse inattendue des stocks de pétrole, les exportat…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut ont légèrement diminué la semaine dernière aux Etats-Unis, selon des chiffres...

    mercredi 28 septembre 2022 à 15:43

    TotalEnergies investit dans les renouvelables et gratifie se…

    Paris: Devant "l'évolution des marchés du pétrole, du gaz et de l'électricité", le géant des hydrocarbures TotalEnergies a annoncé mercredi verser à...

    mercredi 28 septembre 2022 à 14:05

    Les prix du pétrole rebondiront-ils au-dessus de 100$ avant …

    Paris: Le ralentissement des économies et la hausse des taux d'intérêt devraient éloigner les investisseurs et les traders des actifs à risque...

    mercredi 28 septembre 2022 à 12:25

    Le pétrole stable, le gaz bondit toujours

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient mercredi, après leur rebond de la veille, les craintes de récession compensant les inquiétudes sur...

    mercredi 28 septembre 2022 à 11:50

    Le pétrole repart à la baisse

    Londres: Les prix du pétrole repartaient à la baisse après avoir pris plus de 2% la veille au soir, le WTI ayant...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En août 2022, le prix du pétrole baisse de nouveau

    Le vendredi 23 septembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En août 2022, le prix du pétrole en euros recule pour le deuxième mois consécutif (‑9,6 % après ‑4,8 % en juillet). Le prix du pétrole diminue de nouveau En août 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) baisse nettement de nouveau (‑10,1 % après ‑8,3 % en juillet), s'établissant en moyenne à 100,6 dollars.En euros, le prix du baril diminue également (‑9,6 % après ‑4,8 %), s’établissant en moyenne à 99,4 €, du fait de la forte dépréciation de l'euro vis-à-vis du dollar en août. Cours du pétrole Brent - Août 2022

    Lire la suite

    📊 Qui sont les plus grands producteurs de pétrole ? 

    Le mercredi 14 septembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le secteur économique, le pétrole constitue la matière première incontournable puisqu’il assure le bon fonctionnement de l’agriculture, des transports, des industries et bien d’autres. C’est pour cette raison qu’il est très échangé partout dans le monde avec ses dérivés tels que l’essence, le gazole, le fioul… Les principaux pays producteurs de pétrole proviennent généralement du Moyen-Orient et de l’Amérique du nord. Découvrez ci-dessous le classement mondial des plus grands producteurs de pétrole, basé sur les dernières données statistiques de BP en 2022, l’une des plus grandes compagnies pétrolières au monde.

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite