Logo

Le pétrole commence la semaine du bon pied

cours du petroleLondres: Les cours du pétrole étaient en petite hausse lundi, les investisseurs tablant sur un impact moindre que redouté du variant Omicron sur la demande tandis que les négociations sur le nucléaire iranien se poursuivent à Vienne, en Autriche.
Vers 10H35 GMT (11H35 HEC), le prix du baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en février gagnait 0,16% à 75,27 dollars.

À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le mois de janvier avançait de 0,11% à 71,75 dollars.

Les prix des deux contrats de référence "sont bien orientés lundi (...) dans un contexte d'optimisme croissant" sur les marchés, constate Avtar Sandu, analyste de Phillip Futures, les investisseurs estimant que "la propagation du variant Omicron ne causerait pas de graves dommages économiques".

Si cette souche semble se propager plus vite que le variant Delta, elle provoquerait des symptômes moins sévères, a indiqué dimanche l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les cours du brut s'inscrivent dans la tendance de la semaine passée lorsqu'ils avaient grimpé de 8%, leur meilleure performance hebdomadaire depuis la fin du mois d'août.

Les négociations entre les Occidentaux et Téhéran au sujet de l'accord sur le nucléaire iranien, qui ont repris à la fin du mois de novembre dans la capitale autrichienne, planent cependant toujours sur le marché du brut.

Si un accord était conclu, l'Iran pourrait reprendre à plein régime ses exportations de brut, inondant ainsi le marché.


Dimanche, le négociateur en chef iranien Ali Bagheri a fait état de progrès quand la cheffe de la diplomatie britannique Liz Truss a averti qu'il s'agissait de la "dernière chance" pour Téhéran de négocier sérieusement.

(c) AFP

Commenter Le pétrole commence la semaine du bon pied

graphcomment>