Logo

Le pétrole en repli, affecté par de nouvelles restrictions sanitaires

cours du petroleCours de clôture: Les prix du pétrole sont redescendus de leur plus haut en deux semaines jeudi, déprimés par les nouvelles mesures sanitaires prises à travers le monde contre le Covid, qui font craindre pour la demande d'or noir.
Le prix du baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en février a cédé 1,40 dollars soit 1,84% à 74,42 dollars.

À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le mois de janvier a reculé de 1,42 dollar ou 1,96% à 70,94 dollars.

"Malgré les nouvelles selon lesquelles le variant Omicron pourrait ne pas être aussi destructeur pour la demande de pétrole qu'on le craignait au départ, de plus en plus de pays dans le monde réintroduisent des restrictions et d'autres mesures pour freiner l'augmentation du nombre de cas", a relevé Louise Dickson de Rystad Energy.

"Cela fait craindre que le marché mondial ne soit de nouveau affecté, ce qui cause un environnement baissier pour les prix du pétrole", a ajouté l'analyste.

Au Royaume-Uni, le Premier ministre Boris Johnson a demandé mercredi aux employés de travailler de chez eux "si c'est possible", et le passeport vaccinal est introduit pour la première fois en Angleterre, dans les discothèques et dans tous les lieux de plus de 10.000 personnes.

"La décision du Royaume-Uni semble indiquer ce qui est à attendre dans les semaines à venir" dans le reste du monde, estime Chris Beauchamp, analyste chez IG.

"De nombreux pays, même ceux dont les taux de vaccination sont robustes, connaissent une augmentation des cas de Covid-19 et des niveaux d'utilisation des lits de soins intensifs", notait encore Louis Dickson.


Pour l'analyste, "il est évident que, même si Omicron n'est pas aussi nocif que redouté pour le marché mondial de l'énergie, il va laisser des traces inévitables pour la demande de pétrole ce qui pèsera sur les cours".

Le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait souligné mercredi que si le variant Omicron du coronavirus semble avoir un taux de réinfection plus élevé, il provoque des symptômes moins sévères que le variant Delta.

"Un gel complet de l'activité économique comme en 2020 semble hors de question, même si des restrictions, même très limitées, entament logiquement l'enthousiasme du marché", jugeait aussi Tamas Varga, analyste chez PVM.

(c) AFP

Commenter Le pétrole en repli, affecté par de nouvelles restrictions sanitaires

graphcomment>