Menu
A+ A A-

Hypervolatil après la décision de l'Opep+, le pétrole repart de l'avant

cours du petroleCours de clôture: Les cours du brut ont eu droit à un tour de montagnes russes jeudi: en hausse en amont de la réunion de l'Opep+, ils ont fortement chuté à l'annonce d'une augmentation de la production en janvier par le cartel avant de revenir dans le vert.
Le prix du baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en février a gagné 1,16% à 69,67 dollars.

À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le mois de janvier a avancé de 1,41% à 66,50 dollars.

Les cours ont glissé de 16% à 20% en dessous de leur récent sommet du 9 novembre, autour de 84 dollars le baril, avec l'apparition du variant Omicron et l'annonce de la Maison Blanche d'un prélèvement sur les réserves stratégiques.

Le temps fort de la journée a incontestablement été jeudi le sommet des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de leurs alliés via l'accord OPEP+.

Le groupe de producteurs emmené par l'Arabie saoudite et la Russie a décidé d'augmenter en janvier sa cible d'offre conjointe de 400.000 barils par jour, comme il le fait chaque mois depuis juillet 2021.

Les investisseurs s'attendaient au contraire à un gel des augmentations du fait de la détection du nouveau variant du Covid-19, menace pour la demande d'or noir.

Dans un marché très volatil depuis la fin de la semaine dernière, les cours ont donc temporairement plongé de près de 5%.

Les deux contrats de référence de part et d'autre de l'Atlantique ont alors touché respectivement 65,72 dollars et 62,43 dollars, des plus bas depuis le 23 août, alors qu'ils gagnaient près de 3% en début de journée.

"Le marché est extrêmement volatil. Il essaye de trouver un équilibre avec très peu d'informations car il y a beaucoup d'incertitudes quant à l'impact du variant sur la demande", a indiqué Andrew Lebow, de Commodity Research Group.

Il estime que, même si certains analystes misaient sur une pause de l'OPEP+ dans l'augmentation de sa production, le marché avait anticipé dans l'ensemble que le groupe des pays producteurs maintiendrait le cap d'une hausse de 400.000 b/j au moins en janvier.


"Il y a eu un mouvement de +vendre sur la rumeur-acheter sur la nouvelle", a poursuivi le spécialiste, expliquant que les cours du brut avaient chuté considérablement depuis trois semaines.

Avant le sommet, "je n'ai jamais entendu les ministres de l'Arabie saoudite et de la Russie, qui ont une influence surdimensionnée au sein du groupe à cause du volume de leur production, indiquer qu'ils n'allaient pas accroître la production". "Si vous écoutez ce qu'ils disent, c'est ce qui va se passer", a résumé l'analyste.

Il estime, en termes politiques, que l'Arabie saoudite a pu écouter les appels de l'administration Biden "à au moins ne pas réduire la production". "Je suis sûr qu'ils avaient beaucoup de pression et c'est probablement un bon geste politique de leur part", a souligné M. Lebow.

Pour Benjamin Louvet, analyste chez OFI AM, "malgré les hausses de production de l'organisation déjà actées pour les mois passés, les pays producteurs peinent à faire repartir leurs volumes d'extraction".

"On pourrait donc au final constater dans les semaines à venir que même si le seuil de production a été relevé, il n'est pas en réalité atteint par les pays producteurs", reprend-il auprès de l'AFP.

A moyen terme, les spécialistes de JPMorgan Commodities, qui publiaient leurs perspectives jeudi lors d'une conférence téléphonique, prévoyaient que la demande mondiale de pétrole dépasserait celle de 2019 en mars prochain et que le prix moyen du pétrole atteindrait 88 dollars le baril en 2022 et 83 dollars en 2023.

JPMorgan Commodities n'envisageait par ailleurs qu'avec "une très faible probabilité un accord avec l'Iran en 2022", alors que des discussions se tiennent à Vienne.

L'Iran a fait deux propositions sur une levée des sanctions au troisième jour des discussions pour un accord sur son programme nucléaire.

De leur côté, les États-Unis ne sont pas très optimistes, mais "il n'est pas trop tard" pour parvenir à un accord, a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

(c) AFP

Commenter Hypervolatil après la décision de l'Opep+, le pétrole repart de l'avant


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 26 novembre 2022 à 20:43

    L'Ukraine veut plafonner le pétrole russe entre 30 et 40 dol…

    Kiev: Le président ukrainien Volodimir Zelensky a déclaré samedi que le prix du pétrole russe transporté par voie maritime devrait être plafonné...

    vendredi 25 novembre 2022 à 21:00

    Le pétrole en baisse, l'incertitude pèse sur le marché

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse vendredi, orientés par l'incertitude qui pèse sur le marché, quant au...

    vendredi 25 novembre 2022 à 12:50

    Le pétrole remonte, les débats sur un plafond des prix russe…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi alors que les débats se poursuivent au sein de la coalition qui veut plafonner le...

    jeudi 24 novembre 2022 à 18:50

    Un plafonnement du prix du pétrole russe à 65 / 70 dollars p…

    Moscou: Le plafonnement prévu du prix du baril de pétrole russe entre 65 et 70 dollars ne devrait pas réduire immédiatement les...

    jeudi 24 novembre 2022 à 18:25

    Le pétrole se stabilise, faible impact du plafond des prix d…

    Londres: Les prix du pétrole stagnaient jeudi, encore freinés par la perspective d'un plafonnement du prix du pétrole russe peu restrictif et...

    jeudi 24 novembre 2022 à 12:27

    Le pétrole baisse, faible impact du plafond des prix du brut…

    Londres: Les prix du pétrole fléchissaient encore jeudi, lestés par la perspective d'un plafonnement du prix du pétrole russe peu restrictive et...

    jeudi 24 novembre 2022 à 09:00

    Les prix du pétrole poursuivent leur glissade

    Paris: Les prix du pétrole poursuivaient leur repli jeudi, après avoir nettement fléchi la veille au soir, la variété d'or noir de...

    mercredi 23 novembre 2022 à 21:55

    Le pétrole glisse encore, peu d'effet attendu du plafonnemen…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont encore reculé nettement mercredi, toujours orientés par la résurgence de la pandémie de Covid-19...

    mercredi 23 novembre 2022 à 18:55

    Les États-Unis sont prêts à autoriser Chevron à augmenter la…

    Washington: Chevron pourrait obtenir l'approbation des États-Unis pour étendre considérablement ses opérations au Venezuela dès samedi, une fois que le gouvernement vénézuélien...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le mercredi 16 novembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    📉 En octobre 2022, le cours du pétrole rebondit

    Le jeudi 24 novembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2022, le prix en euros du pétrole rebondit (+4,8 % après ‑8,8 % en septembre). Le prix du pétrole rebondit En octobre 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) repart à la hausse (+4,0 % après ‑10,8 % en septembre), s’établissant en moyenne à 93,3 dollars.En euros, la hausse est un peu plus marquée (+4,8 % après ‑8,8 %), s’établissant en moyenne à 95 €, en raison de la dépréciation en octobre de l’euro vis-à-vis du dollar. Cours du pétrole Brent - octobre 2022

    Lire la suite

    📊 Qui sont les plus grands producteurs de pétrole ? 

    Le mercredi 14 septembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le secteur économique, le pétrole constitue la matière première incontournable puisqu’il assure le bon fonctionnement de l’agriculture, des transports, des industries et bien d’autres. C’est pour cette raison qu’il est très échangé partout dans le monde avec ses dérivés tels que l’essence, le gazole, le fioul… Les principaux pays producteurs de pétrole proviennent généralement du Moyen-Orient et de l’Amérique du nord. Découvrez ci-dessous le classement mondial des plus grands producteurs de pétrole, basé sur les dernières données statistiques de BP en 2022, l’une des plus grandes compagnies pétrolières au monde.

    Lire la suite