Logo

Le pétrole fait machine arrière à la veille de l'Opep+

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole se repliaient mardi à la veille d'un nouveau sommet de l'Opep+ qui devrait reconduire l'augmentation mensuelle de la production du cartel décidée le mois dernier.
Vers 09H25 GMT (11H25 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en octobre, dont c'est le dernier jour de cotation, valait 72,97 dollars à Londres, en baisse de 0,60% par rapport à la clôture de la veille.

A New York, le baril américain de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour le même mois perdait de son côté 1,00% à 68,52 dollars.

La hausse du pétrole, de l'ordre de 10% la semaine dernière et qui s'est poursuivie lundi, "est stoppée par la perspective d'une augmentation de l'offre de brut" de la part de l'OPEP+, explique Avtar Sandu, analyste de Phillip Futures.

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs dix alliés se retrouvent par visioconférence mercredi à 15H00 GMT (17H00 à Paris et à Vienne, au siège du cartel) pour évaluer leur stratégie d'ouverture progressive du robinet d'or noir.

Le groupe a prévu lors du dernier sommet ministériel le 18 juillet d'augmenter sa production chaque mois de 400.000 barils par jour, avec pour objectif à terme de remettre dans les tuyaux les 5,4 millions de barils quotidiens qu'il laisse encore sous terre.

"Il est presque certain" que les vingt-trois "maintiendront leur politique inchangée", professe Jeffrey Halley, de Oanda.

"Aucune décision n'a été prise", avait cependant averti dimanche le ministre du Pétrole du Koweït Mohammed Al-Fares, cité par l'agence officielle Kuna, assurant que "toutes les options" étaient sur la table.


Les investisseurs essayent également d'intégrer dans les prix l'impact de l'ouragan Ida sur les infrastructures pétrolières du Golfe du Mexique.

Selon les derniers chiffres publiés lundi par le Bureau de régulation de l'environnement et de la sécurité (BSEE), les arrêts et évacuations d'installations situées dans la zone privaient toujours la région de près de 95% de sa production, mais les dégâts pourraient être finalement relativement limités.

(c) AFP

Commenter Le pétrole fait machine arrière à la veille de l'Opep+

graphcomment>