Menu
A+ A A-

Le pétrole chute après les stocks américains et le repli de la demande d'essence

prix du petrole Cours de clôtureCours de clôture: Les cours du pétrole ont décroché mercredi après la parution des chiffres de stocks américains montrant un affaiblissement de la demande d'essence et avec la perspective, selon la presse, d'un accord à l'Opep+ qui pourrait augmenter l'offre d'or noir.
Le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en septembre coté à Londres a conclu en chute de 2,26% ou 1,73 dollar par rapport à la clôture de la veille, à 74,76 dollars.

A New York, le baril de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour août a abandonné 2,81% ou 2,21 dollars à 73,13 dollars.

Deux facteurs ont joué provoquant la baisse des cours, après une journée où les prix ont fluctué.

"Tout d'abord on ne peut faire fi des informations sur les Emirats arabes unis" qui pourraient obtenir au sein de l'OPEP+ de déverser sur le marché 465.000 barils par jour supplémentaires d'ici la fin de l'année, selon la presse, a expliqué Robert Yawger de Mizuho USA.

"Ce n'est pas encore gravé dans le marbre", soulignait l'analyste.

Mais si l'on ajoute le fait que les treize membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs dix alliés via l'accord OPEP+ envisageaient, avant de se séparer sans accord le 5 juillet dernier, d'augmenter collectivement la production de 400.000 barils, "ce sont plus de 865.000 barils par jour de plus qui pourraient être annoncés à la prochaine réunion" du cartel, a souligné l'analyste.

Ces nouvelles ont mis la pression sur les cours en début de séance à New York.


Ceux-ci ont accéléré leur repli lorsque l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) a annoncé, certes, une nouvelle diminution des stocks pour la semaine close le 9 juillet mais surtout une chute inattendue de la demande d'essence.

Après la bonne nouvelle de la semaine précédente, où la demande d'essence des Américains avait atteint un record, les analystes s'attendaient "fortement à ce que cette demande se poursuive", a expliqué M. Yawger. Mais contre toute attente, elle s'est réduite de 765.000 barils par jour.

"Cela n'était pas supposé se produire pendant cette semaine qui comprenait le week-end prolongé du 4 juillet, Le week-end de l'année aux États-Unis pour les déplacements sur la route !", s'est alarmé l'analyste.

"Si vous n'avez pas besoin d'essence, vous n'avez pas besoin de pétrole", a-t-il ajouté rapportant un adage de la profession pour expliquer que le cours du baril retombe brusquement de plus de 2%.

"La dynamique a changé par rapport à la semaine dernière. L'optimisme s'est évaporé car la demande d'essence n'est pas ce qu'elle était supposée être", a-t-il conclu.

Ryan McKay pour TDsecurities est toutefois moins pessimiste pour les cours: "Même si le variant Delta du coronavirus a déclenché des signaux d'alarme pour la demande et l'appétit pour le risque, et alors qu'un compromis entre l'OPEP et les Émirats arabes unis va empêcher une tension extrême (entre l'offre et la demande), des prix du brut plus élevés sont toujours dans les cartes".

Ryan McKay pour TDsecurities est toutefois moins pessimiste pour les cours, "même si le variant Delta du coronavirus a déclenché des signaux d'alarme pour la demande" et que le compromis au sein de l'OPEP "va empêcher une tension extrême" (entre l'offre et la demande). "Des prix du brut plus élevés sont toujours dans les cartes".

(c) AFP

Commenter Le pétrole chute après les stocks américains et le repli de la demande d'essence


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 27 mai 2022 à 22:20

    Le pétrole au plus haut depuis deux mois, achats de couvertu…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont de nouveau progressé vendredi à la faveur d'achats de couverture avant un long week-end...

    vendredi 27 mai 2022 à 13:55

    Le Brent pourrait dépasser 150$ le baril si l'offre de pétro…

    Charlotte: Le baril de Brent de mer du Nord pourrait dépasser les 150 dollars en cas de forte diminution des exportations du...

    vendredi 27 mai 2022 à 11:58

    Le pétrole profite du début de la saison des déplacements au…

    Londres: Les prix du pétrole poursuivaient leur hausse vendredi, le marché se réjouissant des perspectives de forte demande avec le début de...

    jeudi 26 mai 2022 à 21:52

    Le pétrole bondit, le marché craint l'été et les grands dépl…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont bondi jeudi, à quelques heures d'un week-end férié qui va marquer le début de...

    jeudi 26 mai 2022 à 11:23

    Le pétrole en hausse timide, une augmentation de la demande …

    Londres: Les prix du pétrole étaient en petite hausse jeudi, soutenus par une augmentation de la demande attendue aux États-Unis avec l'ouverture...

    mercredi 25 mai 2022 à 21:48

    Le pétrole grignote du terrain après un rapport américain mi…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé mercredi, soutenus par la possibilité d'un accord européen sur les importations russes, dans...

    mercredi 25 mai 2022 à 21:25

    La production de pétrole russe a augmenté de 8% au 1er trime…

    Moscou: La production de pétrole brut russe, y compris le condensat de gaz naturel, a bondi de 8% sur un an au...

    mercredi 25 mai 2022 à 17:37

    🛢️USA: les stocks de pétrole baissent moins que prévu, produ…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont moins reculé que prévu la semaine dernière, selon...

    mardi 24 mai 2022 à 22:51

    Petrobras recule à la Bourse de Sao Paulo après le limogeage…

    Sao paulo: Les actions de la compagnie publique Petrobras ont perdu jusqu'à plus de 4% à la Bourse de Sao Paulo mardi...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 17 mai 2022 La Hongrie a chiffré lundi à 15-18 milliards d'euros le coût d'un arrêt de ses achats de pétrole russe pour expliquer sa demande d'exemption des approvisionnements par oléoduc du projet d'embargo pétrolier de l'UE.

    📈 En mars 2022, les prix du pétrole accélèrent fortement

    Le mardi 26 avril 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En mars 2022, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+24,7 % après +11,6 % en février). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent fortement eux aussi (+9,3 % après +3,8 %), qu'il s'agisse des prix des matières premières industrielles (+10,9 % après +5,1 %) ou de ceux des matières premières alimentaires (+7,7 % après +2,6 %). Le prix du pétrole accélère très fortement En mars 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) bondit (+21,1 % après +11,9 %), s’établissant en moyenne à 117,2...

    Lire la suite

    🇪🇺 D'où proviennent les importations de pétrole de l'Union européenne (UE) ?

    Le lundi 28 mars 2022 - Analyses des prix du pétrole

    La Russie n'est pas seulement l'un des plus grands exportateurs de produits énergétiques au monde (le deuxième exportateur mondial de pétrole brut), mais elle est aussi le plus grand fournisseur de ces combustibles en Europe.Un examen plus approfondi des importations d'énergie révèle que la Russie est le principal fournisseur en pétrole brut de l'Union européenne (ainsi que de charbon et de gaz naturel).

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite