Menu
A+ A A-

La dispute sur le pétrole montre les divergences entre Saoudiens et Emiratis

prix du petrole DubaïDubaï: La querelle entre l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis lors des dernières négociations sur la production de pétrole à l'Opep+ a exposé les divergences croissantes entre les deux alliés, confrontés à des défis économiques qui passent désormais avant leur amitié.
Cette semaine, les Emirats se sont farouchement opposés à la prolongation "injuste" d'un accord qui limite la production d'or noir, soutenu par l'Arabie saoudite dans le cadre des discussions à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) avec des pays partenaires (OPEP+).

Après plusieurs reports, les négociations ont finalement été repoussées sine die lundi: un rare revers pour l'Arabie saoudite, premier exportateur de brut au monde et plus grande économie du monde arabe.

Les désaccords entre pays du Golfe sont habituellement traités en toute discrétion entre les murs des palais. Mais cette discorde publique inédite s'inscrit dans un contexte plus large de divergences grandissantes observées entre les deux pays ces dernières années.

Le scénario d'une rupture totale reste néanmoins improbable, selon des observateurs.

Les princes héritiers d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, et d'Abou Dhabi (capitale des Emirats), Mohammed ben Zayed, sont considérés comme proches et ont eu des parcours similaires.

Connus sous leurs initiales MBS et MBZ, ils dirigent tous deux de facto leur riche pays pétrolier et ont mené jusqu'à récemment des diplomaties parallèles.


Les finances d'abord

La rivalité économique se trouve au coeur de la querelle entre ces deux pays du Golfe, qui tentent de tirer profit de leurs vastes réserves d'or noir, tout en préparant l'après-pétrole.

Ryad a récemment amorcé une diversification de son économie ultradépendante du pétrole, processus entamé depuis des décennies déjà par les Emirats.

L'Arabie saoudite "a souffert de 50 années de léthargie sur le plan de la politique et du dynamisme économiques, maintenant il est temps de se rattraper", estime Ali Shihabi, conseiller du gouvernement saoudien.

Selon lui, les Emirats doivent désormais "faire de la place".

Mastodonte endormi, l'Arabie saoudite espère rivaliser avec les Emirats, devenus un important centre économique et commercial, classés par la Banque mondiale parmi les pays où il est le plus facile de faire des affaires.

Dubaï en particulier, une des sept principautés qui forment les Emirats, dispose de l'économie la plus diversifiée du Golfe (finances, tourisme, transport et technologies).

L'Arabie saoudite a récemment lancé une campagne de séduction auprès des investisseurs internationaux mais sa bureaucratie réputée nébuleuse et son mode de vie ultraconservateur rebutent les expatriés.

Les deux voisins veulent "faire primer le futur de (leurs) finances sur (leur) amitié", observe Kirsten Fontenrose, chercheuse du groupe de réflexion Atlantic Council.

Cette confrontation est dictée par les seules "réalités économiques" et les rumeurs de rupture sont "exagérées", selon cette ancienne responsable chargée de l'Arabie saoudite à la Maison Blanche.

"Coups bas"


"Coups bas"

En février, Ryad a lancé un ultimatum aux entreprises étrangères souhaitant obtenir des contrats publics dans le royaume: d'ici 2024, elles doivent y installer leur siège régional, pour la plupart déjà à Dubaï.

"Il y a eu quelques coups bas de la part de notre voisin, mais les divergences resteront sous contrôle si Dieu le veut", assure à l'AFP un conseiller du gouvernement émirati sous le couvert de l'anonymat.

"De nouvelles alliances sont en train de se dessiner dans la région. Deux camps sont en train d'émerger", ajoute-t-il, sans préciser lesquels.

La première grande fissure est apparue en 2019, lorsque les Emirats ont commencé à se retirer du bourbier yéménite, où ils étaient engagés aux côtés de l'Arabie saoudite dans une coalition militaire contre les rebelles Houthis. Le pays, en guerre depuis près de sept ans, est victime de la pire catastrophe humanitaire au monde, selon l'ONU.

Cette décision a installé un "malaise", selon Ali Shihabi. "Les Saoudiens espéraient un retrait moins rapide des Emirats et plus dans la coordination, mais ils ont fait leurs propres calculs", analyse-t-il.

La diplomatie régionale a également divisé les deux partenaires. En septembre 2020, les Emirats ont conclu un accord de normalisation avec Israël. L'Arabie saoudite insiste elle toujours sur la nécessité de régler la question palestinienne avant toute démarche similaire.

En janvier, Ryad a enfin oeuvré pour résoudre une brouille de trois ans qui opposait l'Arabie saoudite et ses alliés au Qatar, accusé de soutenir les islamistes, bêtes noires des Emirats. Abou Dhabi a plié sans enthousiasme, se contentant de rétablir des relations minimales avec Doha.

(c) AFP

Commenter La dispute sur le pétrole montre les divergences entre Saoudiens et Emiratis


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    lundi 16 mai 2022

    L'Arabie saoudite veut dépasser les 13 millions de barils pa…

    Manama: L'Arabie saoudite prévoit d'augmenter sa capacité de production quotidienne de pétrole de plus d'un million de barils pour dépasser les 13...

    dimanche 15 mai 2022

    Saudi Aramco annonce un bénéfice net en hausse de 82% au 1T

    Ryad: Saudi Aramco a annoncé dimanche un bond de 82% de son bénéfice au premier trimestre, porté par la flambée des cours...

    mercredi 11 mai 2022

    Saudi Aramco détrône Apple en tête des plus grosses capitali…

    New York: Le groupe pétrolier Saudi Aramco a détrôné Apple du rang de première capitalisation boursière mondiale mercredi, alors que les titres...

    Le pétrole aux Emirats arabes unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Emirats arabes unis

    lundi 28 mars 2022

    Les Emirats réaffirment leur attachement à l'Opep+ et taclen…

    Dubaï: Les Emirats arabes unis ont appelé lundi les Occidentaux à être "raisonnables" dans leurs attentes, en réaffirmant leur attachement à l'alliance...

    mercredi 09 mars 2022

    Les Emirats vont appeler l'Opep à augmenter sa production de…

    Dubaï: Les Emirats arabes unis, pays membre de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), ont affirmé mercredi qu'ils oeuvreraient auprès de...

    jeudi 03 mars 2022

    Pétrole: pressés d'agir en Occident, les pays du Golfe résis…

    Dubaï: Les riches monarchies pétrolières du Golfe résistent aux pressions de l'Occident pour augmenter leur production de brut face à l'envolée des...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 27 mai 2022 à 22:20

    Le pétrole au plus haut depuis deux mois, achats de couvertu…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont de nouveau progressé vendredi à la faveur d'achats de couverture avant un long week-end...

    vendredi 27 mai 2022 à 13:55

    Le Brent pourrait dépasser 150$ le baril si l'offre de pétro…

    Charlotte: Le baril de Brent de mer du Nord pourrait dépasser les 150 dollars en cas de forte diminution des exportations du...

    vendredi 27 mai 2022 à 11:58

    Le pétrole profite du début de la saison des déplacements au…

    Londres: Les prix du pétrole poursuivaient leur hausse vendredi, le marché se réjouissant des perspectives de forte demande avec le début de...

    jeudi 26 mai 2022 à 21:52

    Le pétrole bondit, le marché craint l'été et les grands dépl…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont bondi jeudi, à quelques heures d'un week-end férié qui va marquer le début de...

    jeudi 26 mai 2022 à 11:23

    Le pétrole en hausse timide, une augmentation de la demande …

    Londres: Les prix du pétrole étaient en petite hausse jeudi, soutenus par une augmentation de la demande attendue aux États-Unis avec l'ouverture...

    mercredi 25 mai 2022 à 21:48

    Le pétrole grignote du terrain après un rapport américain mi…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé mercredi, soutenus par la possibilité d'un accord européen sur les importations russes, dans...

    mercredi 25 mai 2022 à 21:25

    La production de pétrole russe a augmenté de 8% au 1er trime…

    Moscou: La production de pétrole brut russe, y compris le condensat de gaz naturel, a bondi de 8% sur un an au...

    mercredi 25 mai 2022 à 17:37

    🛢️USA: les stocks de pétrole baissent moins que prévu, produ…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont moins reculé que prévu la semaine dernière, selon...

    mardi 24 mai 2022 à 22:51

    Petrobras recule à la Bourse de Sao Paulo après le limogeage…

    Sao paulo: Les actions de la compagnie publique Petrobras ont perdu jusqu'à plus de 4% à la Bourse de Sao Paulo mardi...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 17 mai 2022 La Hongrie a chiffré lundi à 15-18 milliards d'euros le coût d'un arrêt de ses achats de pétrole russe pour expliquer sa demande d'exemption des approvisionnements par oléoduc du projet d'embargo pétrolier de l'UE.

    📈 En mars 2022, les prix du pétrole accélèrent fortement

    Le mardi 26 avril 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En mars 2022, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+24,7 % après +11,6 % en février). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent fortement eux aussi (+9,3 % après +3,8 %), qu'il s'agisse des prix des matières premières industrielles (+10,9 % après +5,1 %) ou de ceux des matières premières alimentaires (+7,7 % après +2,6 %). Le prix du pétrole accélère très fortement En mars 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) bondit (+21,1 % après +11,9 %), s’établissant en moyenne à 117,2...

    Lire la suite

    🇪🇺 D'où proviennent les importations de pétrole de l'Union européenne (UE) ?

    Le lundi 28 mars 2022 - Analyses des prix du pétrole

    La Russie n'est pas seulement l'un des plus grands exportateurs de produits énergétiques au monde (le deuxième exportateur mondial de pétrole brut), mais elle est aussi le plus grand fournisseur de ces combustibles en Europe.Un examen plus approfondi des importations d'énergie révèle que la Russie est le principal fournisseur en pétrole brut de l'Union européenne (ainsi que de charbon et de gaz naturel).

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite