Menu
A+ A A-

La dispute sur le pétrole montre les divergences entre Saoudiens et Emiratis

prix du petrole DubaïDubaï: La querelle entre l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis lors des dernières négociations sur la production de pétrole à l'Opep+ a exposé les divergences croissantes entre les deux alliés, confrontés à des défis économiques qui passent désormais avant leur amitié.
Cette semaine, les Emirats se sont farouchement opposés à la prolongation "injuste" d'un accord qui limite la production d'or noir, soutenu par l'Arabie saoudite dans le cadre des discussions à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) avec des pays partenaires (OPEP+).

Après plusieurs reports, les négociations ont finalement été repoussées sine die lundi: un rare revers pour l'Arabie saoudite, premier exportateur de brut au monde et plus grande économie du monde arabe.

Les désaccords entre pays du Golfe sont habituellement traités en toute discrétion entre les murs des palais. Mais cette discorde publique inédite s'inscrit dans un contexte plus large de divergences grandissantes observées entre les deux pays ces dernières années.

Le scénario d'une rupture totale reste néanmoins improbable, selon des observateurs.

Les princes héritiers d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, et d'Abou Dhabi (capitale des Emirats), Mohammed ben Zayed, sont considérés comme proches et ont eu des parcours similaires.

Connus sous leurs initiales MBS et MBZ, ils dirigent tous deux de facto leur riche pays pétrolier et ont mené jusqu'à récemment des diplomaties parallèles.


Les finances d'abord

La rivalité économique se trouve au coeur de la querelle entre ces deux pays du Golfe, qui tentent de tirer profit de leurs vastes réserves d'or noir, tout en préparant l'après-pétrole.

Ryad a récemment amorcé une diversification de son économie ultradépendante du pétrole, processus entamé depuis des décennies déjà par les Emirats.

L'Arabie saoudite "a souffert de 50 années de léthargie sur le plan de la politique et du dynamisme économiques, maintenant il est temps de se rattraper", estime Ali Shihabi, conseiller du gouvernement saoudien.

Selon lui, les Emirats doivent désormais "faire de la place".

Mastodonte endormi, l'Arabie saoudite espère rivaliser avec les Emirats, devenus un important centre économique et commercial, classés par la Banque mondiale parmi les pays où il est le plus facile de faire des affaires.

Dubaï en particulier, une des sept principautés qui forment les Emirats, dispose de l'économie la plus diversifiée du Golfe (finances, tourisme, transport et technologies).

L'Arabie saoudite a récemment lancé une campagne de séduction auprès des investisseurs internationaux mais sa bureaucratie réputée nébuleuse et son mode de vie ultraconservateur rebutent les expatriés.

Les deux voisins veulent "faire primer le futur de (leurs) finances sur (leur) amitié", observe Kirsten Fontenrose, chercheuse du groupe de réflexion Atlantic Council.

Cette confrontation est dictée par les seules "réalités économiques" et les rumeurs de rupture sont "exagérées", selon cette ancienne responsable chargée de l'Arabie saoudite à la Maison Blanche.

"Coups bas"


"Coups bas"

En février, Ryad a lancé un ultimatum aux entreprises étrangères souhaitant obtenir des contrats publics dans le royaume: d'ici 2024, elles doivent y installer leur siège régional, pour la plupart déjà à Dubaï.

"Il y a eu quelques coups bas de la part de notre voisin, mais les divergences resteront sous contrôle si Dieu le veut", assure à l'AFP un conseiller du gouvernement émirati sous le couvert de l'anonymat.

"De nouvelles alliances sont en train de se dessiner dans la région. Deux camps sont en train d'émerger", ajoute-t-il, sans préciser lesquels.

La première grande fissure est apparue en 2019, lorsque les Emirats ont commencé à se retirer du bourbier yéménite, où ils étaient engagés aux côtés de l'Arabie saoudite dans une coalition militaire contre les rebelles Houthis. Le pays, en guerre depuis près de sept ans, est victime de la pire catastrophe humanitaire au monde, selon l'ONU.

Cette décision a installé un "malaise", selon Ali Shihabi. "Les Saoudiens espéraient un retrait moins rapide des Emirats et plus dans la coordination, mais ils ont fait leurs propres calculs", analyse-t-il.

La diplomatie régionale a également divisé les deux partenaires. En septembre 2020, les Emirats ont conclu un accord de normalisation avec Israël. L'Arabie saoudite insiste elle toujours sur la nécessité de régler la question palestinienne avant toute démarche similaire.

En janvier, Ryad a enfin oeuvré pour résoudre une brouille de trois ans qui opposait l'Arabie saoudite et ses alliés au Qatar, accusé de soutenir les islamistes, bêtes noires des Emirats. Abou Dhabi a plié sans enthousiasme, se contentant de rétablir des relations minimales avec Doha.

(c) AFP

Commenter La dispute sur le pétrole montre les divergences entre Saoudiens et Emiratis



    Communauté prix du baril


    L'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP)

    -Voir toute l'actualité de l'OPEP

    jeudi 11 avril 2024

    L'Opep maintient ses prévisions de progression de la demande…

    Vienne: L'appétit pour les transports, notamment aériens, devrait continuer à soutenir la demande mondiale d'or noir en 2024, indique jeudi l'Opep dans...

    mardi 13 février 2024

    🛢️ L'OPEP maintient ses prévisions pour 2024

    Vienne: La demande mondiale de pétrole devrait connaître une croissance marquée en 2024, nourrie par les pays non-membres de l'OCDE, en premier...

    mercredi 17 janvier 2024

    🛢️ L'Opep s'attend à une croissance "robuste" de l…

    Paris: La demande de pétrole est partie pour connaître en 2025 une "croissance robuste", vers un nouveau record, selon des premières prévisions...

    jeudi 21 décembre 2023

    🔎 Retrait de l'Angola: l'Opep+, un cartel pétrolier en perte…

    Londres: La décision de l'Angola de se retirer de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) porte un nouveau coup dur à...

    jeudi 21 décembre 2023

    🇦🇴 L'Angola se retire de l'Opep, désaccord avec les quotas p…

    Luanda: L'Angola a décidé de se retirer de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), sur fond de désaccord sur les quotas...

    mercredi 13 décembre 2023

    🛢️ L'Opep prévoit un nouveau record de la demande de pétrole…

    Paris: La demande de pétrole connaîtra en 2024 une croissance "saine" vers un nouveau record, a estimé l'Opep dans son rapport mensuel...

    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    jeudi 07 mars 2024

    L'Arabie saoudite transfère 8% des actions d'Aramco à son fo…

    Ryad: L'Arabie saoudite a transféré jeudi une nouvelle tranche d'actions du géant pétrolier saoudien Aramco, représentant 8% du capital, à des entreprises...

    mardi 30 janvier 2024

    🇸🇦 L'Arabie saoudite revient sur son projet d'augmenter sa c…

    Ryad: L'Arabie saoudite a demandé à sa compagnie nationale Aramco de maintenir sa capacité de production de pétrole à 12 millions de...

    mardi 12 décembre 2023

    🌍 Au dernier jour de la COP28, bras de fer sur les énergies …

    Dubaï (Emirats arabes unis): La centaine de pays en faveur d'une sortie des énergies fossiles, dont ceux de l'Union européenne et de...

    Le pétrole aux Emirats arabes unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Emirats arabes unis

    lundi 31 juillet 2023

    Le géant pétrolier des Emirats promet d'"accélérer…

    Dubaï (Emirats arabes unis): Le géant pétrolier des Emirats arabes unis, Adnoc, a annoncé lundi avoir revu à la hausse ses ambitions...

    dimanche 02 avril 2023

    Alger, Bagdad et les géants pétroliers du Golfe coupent la p…

    Ryad: L'Irak, l'Algérie, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Oman et le Koweït ont annoncé dimanche une réduction dès mai de leur...

    dimanche 02 avril 2023

    Plusieurs pays annoncent réduire leur production de pétrole…

    Ryad: L'Irak, l'Algérie, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Koweït, ont annoncé dimanche une réduction de leur production de pétrole...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 19 avril 2024 à 21:05

    Le pétrole en légère hausse, prudence avant un week-end ince…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse modérée, vendredi, les opérateurs prenant des précautions en prévision d'un week-end...

    vendredi 19 avril 2024 à 11:05

    Le pétrole se stabilise, espoirs de désescalade malgré les e…

    Londres: Les cours du pétrole montaient à peine vendredi en fin de matinée, après avoir pourtant bondi temporairment de plus de 4%...

    jeudi 18 avril 2024 à 22:00

    Quatrième séance de baisse d'affilée pour le pétrole Brent

    Cours de clôture: Le prix du baril de Brent de la mer du Nord a enchaîné jeudi une quatrième séance de baisse...

    jeudi 18 avril 2024 à 11:55

    Le pétrole en baisse, l'économie l'emporte sur la géopolitiq…

    Londres: Les prix du pétrole restaient dans le rouge jeudi, les investisseurs se concentrant sur les perspectives économiques américaines mitigées alors que...

    mercredi 17 avril 2024 à 21:05

    Le pétrole chute, plombé par la retenue israélienne et les s…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse mercredi, entraînés par des signes de retenue d'Israël dans sa...

    mercredi 17 avril 2024 à 18:45

    USA: Nouvelle hausse des stocks de pétrole brut après ajuste…

    NYC / Stocks aux USA: Les stocks de pétrole ont de nouveau enregistré une hausse hebdomadaire plus importante que prévu aux Etats-Unis...

    mercredi 17 avril 2024 à 11:25

    Le pétrole baisse, entre risque géopolitique et économie amé…

    Londres: Les cours du pétrole baissaient encore mercredi, la réponse d'Israël à l'attaque iranienne se faisant toujours attendre, les investisseurs mettant en...

    mardi 16 avril 2024 à 21:30

    Le pétrole stagne en attendant une réponse d'Israël à l'atta…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole sont restés quasiment stables mardi, les traders restant dans l'expectative d'une réaction d'Israël à une...

    mardi 16 avril 2024 à 11:30

    Le pétrole patiente, le marché attend la réponse d'Israël à …

    Londres: Les prix du pétrole fléchissaient légèrement mardi, les investisseurs attendant la réaction d'Israël après une attaque de l'Iran sur son sol...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 28 mars 2024 La banque internationale Standard Chartered estime que le resserrement des marchés pétroliers continuera à alimenter la hausse des prix du pétrole et prévoit que le Brent atteindra une moyenne de 94 dollars le baril au cours du deuxième trimestre 2024.

    📊 Les grandes hausses et baisses des prix du pétrole brut depuis 30 ans

    Le mardi 10 mars 2020

    Les prix du pétrole ont chuté de plus de 30% le 9 mars 2020 après l'échec d'un accord entre l'Arabie saoudite et la Russie visant à réduire la production pétrolière au sein de ce qu'on aura appelé l'alliance OPEP+. Voici les principaux mouvements du pétrole, au fil des événements internationaux depuis 30 ans.

    Lire la suite

    📈 En janvier 2024, le prix du pétrole rebondit

    Le vendredi 16 février 2024

    En janvier 2024, le prix du pétrole en euros rebondit (+3,1 % sur un mois après ‑7,3 % en décembre 2023).

    Lire la suite

    📈 Actions du pétrole en hausse, malgré le repli du baril 📉

    Le lundi 12 février 2024

    Paris: Le prix du baril baisse depuis 2022. Par contre, les actions des producteurs de pétrole grimpent. Henry Bonner vous présente dans son dossier spécial les raisons de sa confiance dans les actions du pétrole, sa "transaction de la décennie".

    Lire la suite