Menu
A+ A A-

La dispute sur le pétrole montre les divergences entre Saoudiens et Emiratis

prix du petrole DubaïDubaï: La querelle entre l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis lors des dernières négociations sur la production de pétrole à l'Opep+ a exposé les divergences croissantes entre les deux alliés, confrontés à des défis économiques qui passent désormais avant leur amitié.
Cette semaine, les Emirats se sont farouchement opposés à la prolongation "injuste" d'un accord qui limite la production d'or noir, soutenu par l'Arabie saoudite dans le cadre des discussions à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) avec des pays partenaires (OPEP+).

Après plusieurs reports, les négociations ont finalement été repoussées sine die lundi: un rare revers pour l'Arabie saoudite, premier exportateur de brut au monde et plus grande économie du monde arabe.

Les désaccords entre pays du Golfe sont habituellement traités en toute discrétion entre les murs des palais. Mais cette discorde publique inédite s'inscrit dans un contexte plus large de divergences grandissantes observées entre les deux pays ces dernières années.

Le scénario d'une rupture totale reste néanmoins improbable, selon des observateurs.

Les princes héritiers d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, et d'Abou Dhabi (capitale des Emirats), Mohammed ben Zayed, sont considérés comme proches et ont eu des parcours similaires.

Connus sous leurs initiales MBS et MBZ, ils dirigent tous deux de facto leur riche pays pétrolier et ont mené jusqu'à récemment des diplomaties parallèles.


Les finances d'abord

La rivalité économique se trouve au coeur de la querelle entre ces deux pays du Golfe, qui tentent de tirer profit de leurs vastes réserves d'or noir, tout en préparant l'après-pétrole.

Ryad a récemment amorcé une diversification de son économie ultradépendante du pétrole, processus entamé depuis des décennies déjà par les Emirats.

L'Arabie saoudite "a souffert de 50 années de léthargie sur le plan de la politique et du dynamisme économiques, maintenant il est temps de se rattraper", estime Ali Shihabi, conseiller du gouvernement saoudien.

Selon lui, les Emirats doivent désormais "faire de la place".

Mastodonte endormi, l'Arabie saoudite espère rivaliser avec les Emirats, devenus un important centre économique et commercial, classés par la Banque mondiale parmi les pays où il est le plus facile de faire des affaires.

Dubaï en particulier, une des sept principautés qui forment les Emirats, dispose de l'économie la plus diversifiée du Golfe (finances, tourisme, transport et technologies).

L'Arabie saoudite a récemment lancé une campagne de séduction auprès des investisseurs internationaux mais sa bureaucratie réputée nébuleuse et son mode de vie ultraconservateur rebutent les expatriés.

Les deux voisins veulent "faire primer le futur de (leurs) finances sur (leur) amitié", observe Kirsten Fontenrose, chercheuse du groupe de réflexion Atlantic Council.

Cette confrontation est dictée par les seules "réalités économiques" et les rumeurs de rupture sont "exagérées", selon cette ancienne responsable chargée de l'Arabie saoudite à la Maison Blanche.

"Coups bas"


"Coups bas"

En février, Ryad a lancé un ultimatum aux entreprises étrangères souhaitant obtenir des contrats publics dans le royaume: d'ici 2024, elles doivent y installer leur siège régional, pour la plupart déjà à Dubaï.

"Il y a eu quelques coups bas de la part de notre voisin, mais les divergences resteront sous contrôle si Dieu le veut", assure à l'AFP un conseiller du gouvernement émirati sous le couvert de l'anonymat.

"De nouvelles alliances sont en train de se dessiner dans la région. Deux camps sont en train d'émerger", ajoute-t-il, sans préciser lesquels.

La première grande fissure est apparue en 2019, lorsque les Emirats ont commencé à se retirer du bourbier yéménite, où ils étaient engagés aux côtés de l'Arabie saoudite dans une coalition militaire contre les rebelles Houthis. Le pays, en guerre depuis près de sept ans, est victime de la pire catastrophe humanitaire au monde, selon l'ONU.

Cette décision a installé un "malaise", selon Ali Shihabi. "Les Saoudiens espéraient un retrait moins rapide des Emirats et plus dans la coordination, mais ils ont fait leurs propres calculs", analyse-t-il.

La diplomatie régionale a également divisé les deux partenaires. En septembre 2020, les Emirats ont conclu un accord de normalisation avec Israël. L'Arabie saoudite insiste elle toujours sur la nécessité de régler la question palestinienne avant toute démarche similaire.

En janvier, Ryad a enfin oeuvré pour résoudre une brouille de trois ans qui opposait l'Arabie saoudite et ses alliés au Qatar, accusé de soutenir les islamistes, bêtes noires des Emirats. Abou Dhabi a plié sans enthousiasme, se contentant de rétablir des relations minimales avec Doha.

(c) AFP

Commenter La dispute sur le pétrole montre les divergences entre Saoudiens et Emiratis


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    mercredi 18 janvier 2023

    L'Arabie saoudite vise à devenir l'économie à la croissance …

    Ryad: L'Arabie Saoudite a déclaré qu'elle deviendra l'économie à la croissance la plus rapide en 2023 grâce à son programme ambitieux de...

    vendredi 09 décembre 2022

    La Chine et l'Arabie saoudite affirment l'importance de la s…

    Riyad: La Chine et l'Arabie saoudite ont réaffirmé l'importance de la stabilité du marché pétrolier mondial et le rôle de Riyad dans...

    mercredi 07 décembre 2022

    Arabie saoudite: premier excédent budgétaire en presque 10 a…

    Ryad: L'Arabie saoudite a annoncé mercredi son premier excédent budgétaire depuis près de dix ans, dépassant ses propres prévisions, dans une année...

    Le pétrole aux Emirats arabes unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Emirats arabes unis

    samedi 14 janvier 2023

    Le magnat pétrolier président de la COP28 appelle à réduire …

    Abou Dhabi: Le président de la COP28, patron d'un géant pétrolier du Golfe, a appelé samedi à "se focaliser" sur la réduction...

    dimanche 05 juin 2022

    La France discute avec les Emirats arabes unis pour remplace…

    Paris: La France mène actuellement des discussions avec les Emirats arabes unis pour trouver une alternative au pétrole russe dans le contexte...

    lundi 28 mars 2022

    Les Emirats réaffirment leur attachement à l'Opep+ et taclen…

    Dubaï: Les Emirats arabes unis ont appelé lundi les Occidentaux à être "raisonnables" dans leurs attentes, en réaffirmant leur attachement à l'alliance...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 31 janvier 2023 à 21:54

    Le pétrole en ordre dispersé, l'attentisme domine avant les …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé sur une note contrastée mardi, dans un contexte d'attentisme avant une série de...

    mardi 31 janvier 2023 à 14:42

    Opep+: Arkab prendra part mercredi par visioconférence aux t…

    ALGER: Le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab, prendra part, mercredi, par visioconférence, aux travaux de la 47ème réunion du...

    mardi 31 janvier 2023 à 13:50

    ExxonMobil : profit record de 55,7 milliards de dollars en 2…

    New York: La major pétrolière américain ExxonMobil a dégagé un profit record de 55,7 milliards de dollars (presque autant en francs suisses)...

    mardi 31 janvier 2023 à 13:05

    Le pétrole baisse, les exportations russes résistent

    Londres: Les prix du pétrole poursuivent leur déclin mardi, lestés par des exportations russes résilientes, tandis que les investisseurs désertent les actifs...

    lundi 30 janvier 2023 à 21:55

    En baisse, le pétrole attend toujours des signes du rebond d…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé lundi pour la troisième séance d'affilée, dans un marché qui s'essouffle à force...

    lundi 30 janvier 2023 à 18:00

    Le pétrole baisse mais une attaque en Iran inquiète

    Londres: Les cours du pétrole baissaient lundi, mais une attaque sur un site militaire Iranien ainsi que l'approche de l'embargo sur l'or...

    lundi 30 janvier 2023 à 17:25

    Guerre en Ukraine : BP revoit en baisse ses prévisions de de…

    Londres: Le géant énergétique britannique BP a revu en baisse ses prévisions de consommation d'énergie mondiale à long terme à cause de...

    lundi 30 janvier 2023 à 13:00

    ⛽️ Augmentation des prix des carburants: Le SP98 frôle les 2…

    Paris: Les tarifs des carburants continuent de grimper depuis le début de l'année en raison de la fin des subventions de l'État...

    lundi 30 janvier 2023 à 12:00

    Le pétrole hésite, une attaque en Iran inquiète

    Londres: Les cours du pétrole évoluaient sans direction forte lundi, mais une attaque sur un site militaire iranien ainsi que l'approche de...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 31 janvier 2022 Depuis vendredi, les cours du pétrole ont perdu plus de 2%.

    Comment investir dans le pétrole ?

    Le jeudi 01 décembre 2022

    Le pétrole est la matière première par excellence de ces 150 dernières années... Cet or noir qui a permis l'incroyable évolution moderne que nous connaissons dans nos vies de tous les jours autant dans l'industrie que dans le transport, pour ne citer qu’eux. Essentiel à notre niveau de vie, rare car limité, donc cher, le pétrole n’en demeure pas moins la ressource primordiale vers la transition énergétique nouvellement entamée.Ne vous y trompez pas : le baril n’a pas fini de surprendre dans les années à venir, tant dans ses niveaux de prix...

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite