Logo

Le pétrole poursuit sa glissade, les stocks américains attendus en baisse

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole reculaient de nouveau jeudi, en écho à l'échec des négociations de l'Opep+ en début de semaine, tandis que les investisseurs lorgnent l'état des stocks de brut aux Etats-Unis, attendus en forte baisse.
Vers 09H45 GMT (11H45 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 73,04 dollars à Londres, en baisse de 0,53% par rapport à la clôture de la veille.

A New York, le baril de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour août perdait 0,73%, à 71,07 dollars.

La chute est plus sévère en comparaison avec les plus hauts atteints mardi à 76,98 dollars et 77,84 dollars pour le WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. et le BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole., des records depuis respectivement novembre 2014 et octobre 2018.

Les investisseurs "ont désespérément besoin de nouveaux indices sur l'orientation des niveaux de production après l'échec des négociations au sein de l'alliance OPEP+", a expliqué Pierre Veyret, analyste d'Activtrades.

"L'incertitude grandissant, ils préfèrent réduire leur exposition au pétrole", a-t-il continué.

Le marché est secoué depuis jeudi dernier par les échecs successifs des négociations entre les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs alliés via l'accord OPEP+, sur fond de désaccord entre les Emirats arabes unis et le reste du groupe.

Certains observateurs redoutent une guerre des prix à l'image de celle qui a eu lieu en mars 2020 lors du dernier couac de l'alliance, lorsque la Russie et l'Arabie saoudite étaient partis fâchés de Vienne, où siège le cartel.


Par conséquent les prix de l'or noir "resteront volatils" tant que la situation "ne sera pas clarifiée", assure Avtar Sandu, de Phillip Futures.

Les investisseurs prendront par ailleurs connaissance plus tard dans la journée de l'état des stocks de pétrole brut aux États-Unis publiés par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA), un jour plus tard qu'à l'accoutumée en raison d'un lundi férié aux États-Unis.

Le marché table sur une baisse de 4 millions de barils pour la semaine passée, selon la médiane d'analystes interrogés par l'agence Bloomberg.

Mercredi, la fédération qui regroupe les professionnels du secteur pétrolier aux États-Unis, l'American Petroleum Institute (API), aux chiffres cependant jugés moins fiables, a rendu compte d'une baisse plus forte encore, de près de 8 millions de barils.

(c) AFP

Commenter Le pétrole poursuit sa glissade, les stocks américains attendus en baisse

graphcomment>