Menu
A+ A A-

Pétrole: seuls contre tous, les Émirats ébranlent l'Opep+

Petrole OPEPLondres: Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs dix alliés via l'accord Opep+ n'ont pas réussi lundi à dépasser leurs différends et repartent fâchés contre les Emirats arabes unis, pointés du doigt comme responsables de leur désunion.
Longtemps resté dans l'ombre de Ryad, Abou Dhabi fait entendre depuis jeudi dernier une voix dissonante au sein d'un groupe qui avait pourtant un accord sur la table, conduisant le dernier sommet de l'OPEP+ dans une impasse.

Les Émirats arabes unis figurent au quatrième rang des vingt-trois producteurs de l'OPEP+, derrière la Russie et l'Arabie saoudite, deuxième et troisième producteurs mondiaux, et l'Irak.

Avec une offre de près de 2,74 millions de barils par jour prévue ce mois-ci, le pays représente un peu plus de 7% du total de l'OPEP+ soumis aux quotas, soit tout le monde sauf l'Iran, le Venezuela et la Libye.

Mais sa capacité maximale est autrement supérieure, avec un pic à plus de 3,8 millions de barils par jour en avril 2020, avant la coupe drastique du cartel.

C'est ce qui a cristallisé les tensions avec les autres membres du cartel, le groupe refusant à Abou Dhabi la prise en compte de cette référence pour le calcul de sa coupe après avril 2022.

Ce différend "semble aller au-delà de la politique pétrolière" a commenté Helima Croft, de RBC, qui y voit une volonté de "sortir de l'ombre de l'Arabie saoudite et tracer sa propre voie sur la scène internationale".

Le risque premier pour le cartel est de voir les Émirats arabes unis claquer la porte, après le Qatar en 2018 et l'Équateur en 2019, mais le divorce est loin d'être acté puisque "les discussions se poursuivent en coulisses", explique Bjarne Schieldrop, analyste de Seb.


Il est tout à fait nouveau que de plus petits acteurs comme les Émirats "montrent les muscles" au sein de l'OPEP+, observe de son côté Naeem Aslam, d'Avatrade.

L'alliance scellée en 2016 est en effet plus habituée aux prises de becs entre Ryad et Moscou, comme en mars 2020 lorsque les ministres russe et saoudien étaient partis dos à dos de Vienne, siège du cartel, déclenchant dans la foulée une courte mais intense guerre des prix qui avait fait plonger les cours du brut.

Ce signal d'indépendance rejoint des vues plus alarmistes. Ainsi pour Samuel Burman, de Capital Economics, les deux reports successifs du sommet jeudi et vendredi puis son annulation lundi font carrément planer le spectre de "l'effondrement de l'ensemble" de l'alliance.

Aucune nouvelle réunion de l'OPEP+ n'a depuis été annoncée.

Sans accord, le niveau de production du cartel au mois d'août, voire au-delà, est identique à celui du mois de juillet.

C'est en tout cas ce qu'a laissé entendre le ministre saoudien et chef de file du cartel Abdelaziz ben Salmane sur Bloomberg TV dimanche et qui a propulsé mardi le cours du brut de référence aux États-Unis à un record depuis 2014 à presque 77 dollars le baril, car le marché s'attendait à voir le robinet d'or noir s'ouvrir au moins un peu.

"L'absence d'accord sur l'augmentation de la production en août et au-delà laisse le marché encore plus déficitaire qu'auparavant", explique de son côté Neil Wilson, de Markets.com, la demande allant en s'améliorant à mesure que les campagnes de vaccinations font leurs oeuvres.

Deux autres scénarios sont sur la table: un accord sur le fil des protagonistes aboutissant à une hausse de la production dès le mois d'août, et un pugilat où tout le monde pomperait à tort et à travers.

(c) AFP

Commenter Pétrole: seuls contre tous, les Émirats ébranlent l'Opep+



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 06 février 2023 à 21:25

    Le pétrole rebondit avec le séisme en Turquie et de nouvelle…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont rebondi lundi, soutenus par la crainte de dégâts sur des oléoducs après le séisme...

    lundi 06 février 2023 à 15:00

    ⛽️ Carburants: Légère baisse des prix à la pompe après l'env…

    Paris: Les prix des carburants se sont envolés ces dernières semaines en raison de la fin des ristournes, mais ils sont repartis...

    lundi 06 février 2023 à 13:20

    Le Kurdistan d'Irak suspend "par sécurité" ses exp…

    Erbil: Le Kurdistan d'Irak a annoncé lundi suspendre par mesure de "sécurité" ses exportations pétrolières qui passent par la Turquie et représentent...

    lundi 06 février 2023 à 12:15

    Le pétrole grimpe légèrement après les nouvelles sanctions c…

    Londres: Les cours du pétrole rebondissaient lundi après avoir dévissé de plus de 8% la semaine passée, l'entrée en vigueur de nouvelles...

    vendredi 03 février 2023 à 21:10

    Le pétrole dégringole, craintes d'une montée du dollar et d…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont connu un nouveau trou d'air vendredi, après la publication d'un chiffre américain de créations...

    vendredi 03 février 2023 à 12:15

    Le pétrole stable avant les sanctions contre la Russie, la d…

    Londres: Les cours du pétrole hésitent vendredi, entre les interrogations sur la reprise de la consommation de pétrole en Chine et celles...

    jeudi 02 février 2023 à 21:40

    Le pétrole reste en baisse, toujours inquiet pour la demande

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur repli jeudi, dans un marché préoccupé par l'inertie de la demande, aux...

    jeudi 02 février 2023 à 13:15

    Le pétrole baisse légèrement après les stocks américains et …

    Londres: Les prix du pétrole perdaient très légèrement du terrain jeudi, après la publication hebdomadaire de l'état des stocks de brut et...

    jeudi 02 février 2023 à 12:20

    Hydrocarbures : le bénéfice annuel d'OMV bondit sur fond d'e…

    Vienne: Le groupe pétrolier et gazier autrichien OMV a publié jeudi un bénéfice net annuel en très forte hausse. A l'image d'autres...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 6 février 2022 Les cours du pétrole rebondissaient après avoir dévissé de plus de 8% la semaine passée.

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite

    🔎 Prix du baril sous les 80 $ : accalmie de passage

    Le lundi 06 février 2023

    Le baril de pétrole a chuté de 4 dollars, au prix du Brent, dans la journée de vendredi. Il a baissé juste en-dessous des 80 $, et a peu bougé depuis lors. La chute a eu lieu après la publication des chiffres de l’emploi, qui semblent trop positifs - et donc signaler plus de resserrement par la banque centrale américaine.

    Lire la suite

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite