Menu
A+ A A-

L'Opep+ à la manoeuvre contre la surchauffe du marché

OPEPLondres: L'Opep+, le cartel des pays producteurs de pétrole emmené par l'Arabie saoudite et la Russie, se réunit jeudi pour décider d'une nouvelle augmentation de sa production face à la reprise économique et endiguer une surchauffe des prix.
Si l'amélioration de la demande avait motivé les dernières hausses, c'est désormais aussi le niveau des prix qui devrait aiguiller la décision du club de producteurs, dont la stratégie initiée en avril 2020 en réponse à la pandémie de Covid-19 a presque trop bien fonctionné.

Les treize membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs dix alliés via l'accord OPEP+ avaient alors décidé d'en garder sous le pied, ou plutôt sous terre, afin de redresser des cours ayant plongé dans l'abîme faute de demande.

A grand renfort de millions de barils retirés du marché, ils ont depuis réussi à juguler la chute des prix et procèdent maintenant à la réouverture prudente, par palier mensuel, des robinets d'or noir.

Avec un certain succès puisque le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. et le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie., les deux contrats de référence de part et d'autre de l'Atlantique, s'échangent aux alentours de 75 dollars le baril, du jamais vu depuis octobre 2018.

Cette situation commence à gêner aux entournures: la Russie devrait une fois de plus pousser pour ouvrir les vannes "afin de sécuriser sa part de marché", explique Ole Hansen, analyste de Saxobank.

Des cours élevés sont certes favorables aux caisses des membres de l'OPEP+, mais ils génèrent aussi davantage de concurrence puisqu'ils encouragent d'autres acteurs, non soumis aux quotas, à entrer sur le marché grâce à une production devenue soudain rentable.

La pression "pour refroidir le marché vient également des principaux consommateurs", souligne Warren Patterson, d'ING.


C'est notamment le cas de l'Inde. Le troisième consommateur de brut au monde, durement frappé par le Covid-19 au printemps, "exhorte le groupe de producteurs à réduire ses coupes afin de tempérer la pression inflationniste naissante", note Stephen Brennock, de PVM.

"Si les prix restent à ce niveau, cela grignotera les revenus disponibles des consommateurs et étouffera potentiellement la croissance économique", complète Fawad Razaqzada, de Thinkmarkets.

Les membres de l'OPEP+ disposent d'une importante marge de manoeuvre pour accroître l'offre puisqu'ils laisseront encore sous terre quelque 5,8 millions de barils chaque jour au mois de juillet.

Les investisseurs tablent pour l'instant sur une légère augmentation de 500.000 barils par jour à partir d'août. Mais l'OPEP+ n'est jamais avare de surprises.

Les perspectives s'améliorent mois après mois. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) l'a confirmé dans son dernier rapport mi-juin, prévoyant que la demande mondiale de pétrole dépasse les niveaux d'avant la pandémie d'ici fin 2022.

De plus, "les Américains s'apprêtent à passer un été riche en voyages", estime Jeffrey Halley, de Oanda, qui salue au passage les progrès des campagnes de vaccination à travers le monde.

Le cartel, qui se réunit désormais très régulièrement afin d'ajuster le plus finement sa politique, doit cependant faire en fonction d'un de ses membres, l'Iran.

Actuellement hors-jeu du fait de l'embargo qui pèse sur son industrie pétrolière, Téhéran pourrait revenir dans la course à moyen terme si les discussions internationales sur le nucléaire aboutissaient. De quoi rebattre les cartes du fragile équilibre entre l'offre et la demande d'or noir.

Dans le débat, entre aussi en jeu la propagation du très contagieux variant Delta qui apporte son lot de restrictions pénalisant la demande, comme en Australie, en Thaïlande ou en Afrique du Sud, et rend la situation incertaine.

(c) AFP

Commenter L'Opep+ à la manoeuvre contre la surchauffe du marché


    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    mercredi 23 novembre 2022

    Les États-Unis sont prêts à autoriser Chevron à augmenter la…

    Washington: Chevron pourrait obtenir l'approbation des États-Unis pour étendre considérablement ses opérations au Venezuela dès samedi, une fois que le gouvernement vénézuélien...

    lundi 21 novembre 2022

    Ryad dément des discussions à l'Opep+ pour augmenter la prod…

    Ryad: L'Arabie saoudite a démenti lundi des informations du Wall Street Journal faisant état de discussions entre les pays producteurs de pétrole...

    lundi 21 novembre 2022

    L'Arabie saoudite envisage une hausse de la production de l…

    Ryad: L'Arabie saoudite et d'autres Etats membres de l'Opep discutent d'une augmentation de la production de pétrole, rapporte lundi le Wall Street...

    lundi 14 novembre 2022

    L'Opep révise encore à la baisse sa prévision de demande de …

    Paris: L'Opep a revu une nouvelle fois en légère baisse ses prévisions de croissance de la demande de pétrole pour cette année...

    mercredi 09 novembre 2022

    Selon l'AIE, l'OPEP+ devra repenser sa décision de réduire s…

    Charm el-Cheikh: Le groupe OPEP+ pourrait devoir "repenser" sa décision de réduire son objectif collectif de production de pétrole de 2 millions...

    jeudi 13 octobre 2022

    Pétrole/Opep+: Ryad rejette "totalement" les criti…

    Ryad: L'Arabie saoudite a rejeté "totalement" jeudi les accusations américaines selon lesquelles la décision de l'Opep et de ses alliés, dont la...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 02 décembre 2022 à 12:50

    Le pétrole stable avant la réunion de l'Opep+

    Londres: Les prix du pétrole stagnaient vendredi, l'incertitude autour des conséquences de l'embargo européen imminent sur le pétrole russe et le plafonnement...

    vendredi 02 décembre 2022 à 08:40

    L'Opep+ dans l'incertitude, entre prix en berne et sanctions

    Londres: Nouvelle coupe des quotas de production ou statu quo? L'Opep+ se réunit dimanche dans un contexte délicat, marqué par la chute...

    jeudi 01 décembre 2022 à 21:15

    Le pétrole finit en ordre dispersé dans un climat d'incertit…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini sur une note contrastée jeudi, en proie au suspense qui entoure la décision...

    jeudi 01 décembre 2022 à 16:05

    Accord provisoire de l'UE pour plafonner le pétrole russe à …

    Bruxelles: Les membres de l'Union européenne, à l'exception de la Pologne, se sont provisoirement mis d'accord jeudi sur un plafonnement du prix...

    jeudi 01 décembre 2022 à 13:45

    L'UE cherche à plafonner le prix du pétrole russe à 60 dolla…

    Bruxelles: L'Union européenne a demandé à ses 27 États membres de soutenir un plafonnement du prix du baril de pétrole russe à...

    jeudi 01 décembre 2022 à 12:20

    Le pétrole en petite hausse avec les espoirs de réouverture …

    Londres: Les prix du pétrole montaient légèrement jeudi, toujours encouragés par les espoirs d'allègement de la politique sanitaire chinoise, avant une réunion...

    mercredi 30 novembre 2022 à 21:29

    Le pétrole poursuit son ascension, possible contraction de l…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur progression mercredi, toujours encouragés par la possibilité d'une réduction de production de...

    mercredi 30 novembre 2022 à 21:21

    Venezuela: Maduro plaide pour une levée complète des sanctio…

    Caracas: Le président vénézuélien Nicolas Maduro a salué mercredi comme un pas dans la "bonne direction" l'autorisation donnée par les Etats-Unis au...

    mercredi 30 novembre 2022 à 17:32

    🛢️ USA: baisse massive des stocks de pétrole, les raffinerie…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut ont chuté brutalement la semaine dernière aux Etats-Unis, selon des chiffres...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le mercredi 16 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    📊 Qui sont les plus grands producteurs de pétrole ? 

    Le mercredi 14 septembre 2022

    Dans le secteur économique, le pétrole constitue la matière première incontournable puisqu’il assure le bon fonctionnement de l’agriculture, des transports, des industries et bien d’autres. C’est pour cette raison qu’il est très échangé partout dans le monde avec ses dérivés tels que l’essence, le gazole, le fioul… Les principaux pays producteurs de pétrole proviennent généralement du Moyen-Orient et de l’Amérique du nord. Découvrez ci-dessous le classement mondial des plus grands producteurs de pétrole, basé sur les dernières données statistiques de BP en 2022, l’une des plus grandes compagnies pétrolières au monde.

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite