Logo

Le pétrole fait marche arrière avant les stocks américains

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole reculaient mercredi au lendemain de plus hauts en deux mois et demi, lestés par le regain de vigueur du Covid-19 en Asie, l'avancée des négociations sur le nucléaire iranien et des stocks de brut américains attendus en hausse par l'EIA.
Vers 09H40 GMT (11H40 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 67,65 dollars à Londres, en baisse de 1,54% par rapport à la clôture de mardi.

A New York, le baril de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour le mois de juin perdait 1,66%, à 64,40 dollars.

Les contrats de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. et du WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. reviennent de leurs plus hauts depuis le 8 mars atteints la veille, à respectivement 70,24 dollars et 67,01 dollars.

Ce retour en arrière "rappelle une fois de plus que le pétrole à 70 dollars ne sera pas facile à atteindre", constate Stephen Brennock, analyste de PVM.

C'est surtout l'avancée des négociations sur le nucléaire iranien qui a encouragé les ventes mardi sur les marchés du brut.

"Des progrès significatifs avaient, selon moi, été réalisés" a écrit mardi l'ambassadeur russe auprès des organisations internationales à Vienne Mikhail Ulyanov sur Twitter.


"Cela dit, un large consensus se dégage sur le fait que le retour de l'approvisionnement en pétrole iranien ne fera pas tanguer le bateau du rééquilibrage (entre offre et demande) au cours des prochains mois", a repris M. Brennock.

Les investisseurs continuent par ailleurs de surveiller le Covid-19 en Asie, source d'inquiétude pour la demande.

Même si le nombre de nouvelles contaminations tendait à diminuer, l'Inde a enregistré mercredi un nouveau record de 4.529 décès dus au Covid-19 en 24 heures, toujours sous l'effet d'une violente deuxième vague épidémique.

Et Taïwan a relevé le niveau de son alerte sanitaire en raison d'une flambée de nouvelles contaminations, ordonnant notamment d'observer à nouveau certaines mesures de distanciation sociale.

Le marché attend également les données sur les stocks de pétrole brut aux États-Unis, publiées par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) plus tard dans la journée.

Selon la médiane d'analystes interrogés par l'agence Bloomberg, ces stocks sont attendus en hausse de 2 millions de barils, mais ceux d'essence en baisse de 700.000 barils.

(c) AFP

Commenter Le pétrole fait marche arrière avant les stocks américains


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.