Logo

Le pétrole hésite au terme d'une semaine agitée

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole étaient proches de l'équilibre vendredi, dans la dernière ligne droite d'une semaine mouvementée marquée par une hausse des stocks de brut aux Etats-Unis mais des prévisions plus favorables pour la demande par l'Opep.
Vers 10H45 GMT (11H45 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en mai valait 69,84 dollars à Londres, en hausse de 0,30% par rapport à la clôture de jeudi.

A New York, le baril américain de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour avril avançait de 0,24%, à 66,18 dollars.

Les cours du brut "ont du mal" à progresser davantage, a constaté Jeffrey Halley, analyste de Oanda, "mais ils gardent les sommets de lundi en ligne de mire".

Le WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. a en effet atteint 67,98 dollars le baril en tout début de semaine, une première depuis octobre 2018. Le même jour, le BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. franchissait brièvement la barre des 70 dollars, s'approchant de son précédent record du 8 janvier 2020.

Vendredi, les investisseurs s'appuient notamment sur les données partagées par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) la veille. Dans son dernier rapport mensuel, le cartel a ajusté à la hausse ses prévisions de rebond de la demande mondiale d'or noir cette année.

Celui-ci est désormais attendu à quelque 5,9 millions de barils (mbjMBJ Abréviation de Million(s) de Barils (de pétrole brut) par Jour, sachant qu'un baril équivaut environ à 159 litres soit 42 gallons américains.) par jour pour atteindre 96,3 mbjMBJ Abréviation de Million(s) de Barils (de pétrole brut) par Jour, sachant qu'un baril équivaut environ à 159 litres soit 42 gallons américains..


"L'amélioration des perspectives économiques s'inscrit dans un cocktail favorable dont les ingrédients sont le déploiement des vaccins, un plan de relance massif aux États-Unis et la perspective d'un assouplissement des confinements", a commenté Stephen Brennock, de PVM.

De quoi "fournir une base solide pour la reprise de la demande de pétrole en 2021" selon lui.

Parallèlement, la production du cartel a continué de baisser en février, a-t-il également annoncé jeudi, conformément à la politique de fermeture du robinet d'or noir à laquelle elle s'astreint.

Cet écart entre offre limitée et demande qui repart contribue à la baisse des stocks - qui n'a pourtant pas été visible aux États-Unis ces deux dernières semaines - et pousse les prix vers le haut.

(c) AFP

Commenter Le pétrole hésite au terme d'une semaine agitée

graphcomment>