Logo

Le pétrole secoué avant le début du sommet de l'Opep+

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole étaient agités en début de séance européenne jeudi, les investisseurs cherchant à anticiper les décisions de l'Opep+ dont le deuxième sommet ministériel commence à 13H00 GMT (14H00 à Paris et à Vienne, siège de l'Organisation).
Vers 11H25 GMT (12H25 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en mai perdait 0,28% à Londres par rapport à la clôture de la veille, à 63,89 dollars.

Dans le même temps, le baril américain de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour avril lâchait 0,31% à 61,09 dollars.

Les deux contrats de référence avaient pourtant commencé la journée en territoire positif.

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs alliés de l'OPEP+ "vont prendre une décision importante sur l'approvisionnement en pétrole aujourd'hui", a résumé Naeem Aslam, analyste d'Avatrade.

Les vingt-trois emmenés par l'Arabie saoudite et la Russie doivent statuer sur le retour progressif de leur production sur le marché à partir d'avril, rendue possible par une demande qui repart.

"La plupart des acteurs du marché attendent de l'OPEP+ un volume supplémentaire de 500.000 barils par jour", a continué M. Aslam, auquel pourrait s'ajouter le retour en partie, voire entier, du million de barils quotidien retiré en février et mars par Ryad.


Si les deux poids lourds ont une approche différente de la politique à mener, les marchés s'attendent toutefois "à ce que la Russie soit raisonnable et ne ruine pas l'alliance", a estimé Ipek Ozkardeskaya, de Swissquote Bank, du moins "pour l'instant".

Les investisseurs digéraient également les données publiées par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) mercredi, faisant état de stocks d'essence en chute de 13,6 millions de barils aux États-Unis la semaine dernière, signe encourageant pour la reprise de la demande d'or noir.

Ce volume a suffisamment marqué les esprits pour mettre de côté la hausse globale de 21,6 millions de barils des stocks de brut, soit la plus forte hausse hebdomadaire depuis 1982, rendue publique dans le même rapport.

(c) AFP

Commenter Le pétrole secoué avant le début du sommet de l'Opep+


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.