Logo

Le pétrole recherché, nouveaux records en plus d'un an

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole poursuivaient leur hausse, malgré des stocks de brut qui augmentent aux Etats-Unis et la perspective d'un retour prochain sur le marché d'une partie de l'or noir de l'Opep+.
Vers 10H45 GMT (11H45 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en avril gagnait 0,30% à Londres par rapport à la clôture de mercredi, à 67,24 dollars.

Le baril américain de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour le même mois s'appréciait dans le même temps de 0,24% à 63,37 dollars.

A respectivement 67,70 dollars et 63,73 dollars le baril, les deux contrats de référence ont touché plus tôt en séance des niveaux plus vus depuis le 8 janvier 2020.

Les cours de l'or noir "continuent de grimper malgré une hausse surprise des stocks de brut américain", s'est étonné Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote bank.

Les réserves de pétrole brut aux États-Unis ont en effet augmenté la semaine dernière de 1,3 million de barils selon un rapport de l'Agence américaine d'Information sur l'Energie (EIA) diffusé mercredi, à la surprise des analystes qui s'attendaient à une substantielle diminution après la vague de froid extrême qui a frappé le sud et le centre des États-Unis la semaine dernière.

C'est en fait l'effondrement du niveau de production américain (-1,1 million de barils par jour) qui l'a emporté chez les investisseurs, causé par la paralysie des infrastructures pétrolières et d'électricité, notamment au sein de l'Etat producteur du Texas.


"Il s'agit de la plus grande chute hebdomadaire jamais enregistrée", a souligné Avtar Sandu, de Phillip Futures.

"Tout le monde attend maintenant" la réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de leurs alliés de l'OPEP+ qui se tiendra la semaine prochaine, le 4 mars, qui pourrait déboucher sur un "assouplissement des contraintes d'offre" auquel le cartel s'astreint, selon Neil Wilson, de Markets.com, et d'autres analystes.

(c) AFP

Commenter Le pétrole recherché, nouveaux records en plus d'un an


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.