Menu
A+ A A-

Presque remis de la pandémie, le brut repasse au-dessus des 60 dollars

prix du petrole LondresLondres: Le baril de Brent est repassé lundi au-dessus des 60 dollars pour la première fois depuis près d'un an, signe que le marché du pétrole se projette dans la reprise et commence à voir la pandémie comme de l'histoire ancienne.
"Nous pouvons considérer que le marché mondial du pétrole est aujourd'hui complètement revenu à la normale, du moins en ce qui concerne les prix", salue Bjarne Schieldrop, analyste de Seb.

Aux alentours de 05H25 GMT (06H25 HEC), le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord a fait une première brève incursion au-dessus des 60 dollars le baril, avant de battre en retraite puis de s'y installer de nouveau depuis 07H45 (08H45 HEC).

La référence européenne, évoluait en-dessous de cette barre symbolique depuis le 20 février 2020, lorsque l'épidémie de Covid-19 commençait à s'étendre à travers le monde, menaçant notamment le secteur des transports, très gourmand en or noir.

En avril, le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. est même tombé à 15,98 dollars le baril, un prix plus vu depuis plus de vingt ans, quand son équivalent américain le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. cotait un prix négatif, une première.

C'est d'abord l'intervention des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) menée de façon conjointe avec leurs alliés de l'OPEP+, qui a permis de sortir les cours du brut de l'abîme.

Le cartel retranche encore aujourd'hui plus de 7 millions de barils par jour dans son volume de production pour l'adapter à une demande en berne du fait des mesures de confinement et de restrictions des déplacements, notamment routiers et aériens.


Vaccins à la rescousse


Ce sont ensuite les premières annonces sur les vaccins contre le Covid-19 en novembre par Pfizer et Biontech rapidement suivis par d'autres laboratoires qui ont accéléré la convalescence des prix.

Les campagnes de vaccination, certes encore poussives dans certaines régions du monde, laissent entrevoir un retour à la normale de l'activité et contribuent à soutenir les prix du brut depuis janvier, de même que la politique de fermeture du robinet d'or noir renouvelée par l'OPEP+ lors de son dernier sommet il y a un mois.

Les acteurs du marché confiants dans la hausse des cours font également le pari que le nouveau président américain Joe Biden, entré en fonction le 20 janvier, parviendra à faire adopter son plan de relance massif de 1.900 milliards de dollars, qui devrait doper la demande du premier consommateur mondial de pétrole.

Au-delà des États-Unis, les perspectives pour la reprise de la demande au niveau mondial en 2021 sont plutôt bonnes, qu'elles émanent de l'Agence internationale de l'Énergie (AIE) ou de l'OPEP lui-même.

Dans son dernier rapport mensuel, l'AIE table sur un rebond de 5,5 millions de barils par jour (mbj MBJ Abréviation de Million(s) de Barils (de pétrole brut) par Jour, sachant qu'un baril équivaut environ à 159 litres soit 42 gallons américains.) en 2021 à 96,6 mbj MBJ Abréviation de Million(s) de Barils (de pétrole brut) par Jour, sachant qu'un baril équivaut environ à 159 litres soit 42 gallons américains., après une chute de 8,8 mbj MBJ Abréviation de Million(s) de Barils (de pétrole brut) par Jour, sachant qu'un baril équivaut environ à 159 litres soit 42 gallons américains. l'an dernier.

Plusieurs observateurs et acteurs du marché considèrent néanmoins que les prix du brut ne sont pas encore sortis des ronces, certains comme le géant pétrolier BP ayant déjà abandonné l'idée que la demande reviendra même un jour à son niveau de 2019.

La circulation toujours active du Covid-19 malgré le début des campagnes de vaccination, l'apparition de variants et la situation économique des entreprises et des ménages à l'hypothétique sortie de crise sont autant d'épées de Damoclès sur la consommation d'or noir.

L'offre n'est pas en reste, puisque celle des États-Unis, qui ne participent pas à la politique coordonnée des membres de l'OPEP+, est toujours élevée, quand celle de l'Iran repart et pourrait noyer le marché dans un flot de barils qu'il ne serait pas en mesure d'écouler.

Des raisons qui ne freinent guère pour le moment la montée du Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole., même si ce dernier est encore loin de son maximum de l'année dernière, à 71,75 dollars le 8 janvier, et encore plus loin des sommets atteints avant la crise financière de 2008, lorsqu'ils dépassait allègrement les 145 dollars.

(c) AFP

Commenter Presque remis de la pandémie, le brut repasse au-dessus des 60 dollars



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 20 février 2024 à 12:05

    Le pétrole fléchit, mais reste attentif aux tensions géopoli…

    Londres: Les cours du pétrole baissaient légèrement mardi, hésitant entre les préoccupations quant à la demande en raison de craintes de récession...

    lundi 19 février 2024 à 17:35

    Les prix du pétrole remontent, le risque géopolitique repren…

    Londres: Les prix du pétrole se rehaussaient quelque peu lundi, la poursuite des tensions géopolitiques au Moyen-Orient et notamment les attaques dans...

    lundi 19 février 2024 à 12:47

    Les prix du pétrole reculent, inquiétudes sur la demande

    Londres: Les prix du pétrole baissaient lundi, toujours plombés par des inquiétudes sur la demande mondiale pétrolière, malgré la poursuite des tensions...

    vendredi 16 février 2024 à 21:05

    Le pétrole reste en hausse, un oeil inquiet sur la Russie

    Cours de clôture: Les cours du pétrole sont restés dans le vert, vendredi, sur un marché toujours sensible aux développements géopolitiques et...

    vendredi 16 février 2024 à 11:10

    Le pétrole flanche avec les estimations de croissance de la …

    Londres: Les prix du pétrole baissaient vendredi, lestés par des estimations de ralentissement de la croissance de la demande mondiale dans le...

    vendredi 16 février 2024 à 11:00

    📈 En janvier 2024, le prix du pétrole rebondit

    En janvier 2024, le prix du pétrole en euros rebondit (+3,1 % sur un mois après ‑7,3 % en décembre 2023).

    vendredi 16 février 2024 à 09:00

    Eni: chute du bénéfice en 2023, dû au recul des cours

    Milan: Le géant italien des hydrocarbures Eni a vu son bénéfice net chuter de 66% à 4,74 milliards d'euros (4,5 milliards de...

    jeudi 15 février 2024 à 21:05

    Le pétrole rebondit, la géopolitique l'emporte sur les fonda…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont repris de la hauteur, jeudi, orientés par la détérioration de la situation au Moyen-Orient...

    jeudi 15 février 2024 à 11:55

    Le pétrole flanche après une forte accumulation des stocks a…

    Londres: Les prix du pétrole fléchissaient jeudi après l'augmentation considérable des stocks de brut aux États-Unis, indiquant une demande moins forte.

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    🛢️ Pour l'Opep, le pétrole a encore des décennies de croissance devant lui

    Le lundi 09 octobre 2023

    Paris: Pas de répit dans la demande d'or noir: l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) s'attend à une hausse continue de la demande mondiale de pétrole d'ici à 2045, selon de nouvelles projections à rebours des efforts requis pour limiter le réchauffement planétaire.

    Lire la suite

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    📈 Actions du pétrole en hausse, malgré le repli du baril 📉

    Le lundi 12 février 2024

    Paris: Le prix du baril baisse depuis 2022. Par contre, les actions des producteurs de pétrole grimpent. Henry Bonner vous présente dans son dossier spécial les raisons de sa confiance dans les actions du pétrole, sa "transaction de la décennie".

    Lire la suite