Menu
A+ A A-

Or noir: l'Opep au chevet d'un marché toujours déprimé par la pandémie

prix du petrole LondresLondres: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés se réunissent lundi et mardi pour tenter de redonner un peu de vigueur à un marché du brut toujours déprimé par la pandémie de coronavirus.
Après une "annus horribilis" qui a vu la consommation d'or noir et les cours sombrer, les membres du cartel pourraient décider de prolonger le niveau de réduction de leur production actuelle au-delà du 1er janvier.

L'OPEP et d'autres grands producteurs, notamment la Russie, réunis sous le terme d'OPEP+, se sont astreints cette année à des coupes drastiques dans leur production d'or noir pour tenter de l'adapter à un niveau de demande qui a fondu.

Selon l'accord en vigueur décidé en avril, le retrait actuel du marché de 7,7 millions de barils par jour doit être ramené à 5,8 millions à compter de janvier 2021, mais la plupart des observateurs tablent sur un report de trois à six mois.

Les ministres influents du cartel ont d'ailleurs envoyé ces dernières semaines des signaux en ce sens, et les bonnes nouvelles autour des vaccins ne devraient pas les faire changer d'avis.

Les laboratoires AstraZeneca, Pfizer/BioNTech et Moderna ont en effet fait part ces dernières semaines d'une efficacité élevée de leurs candidats vaccins contre le Covid-19, une véritable planche de salut pour faire repartir l'activité économique, les déplacements et donc la consommation d'or noir.

Mais leur impact ne devrait pas se faire sentir avant des mois tandis que l'action du cartel vise a minima le premier, au plus le deuxième trimestre 2021.


Tensions et psychodrames

Mais rien n'est jamais gagné d'avance avec l'OPEP+ car le groupe des vingt-trois pays producteurs figure autant de situations intérieures différentes, et presque autant d'avis sur la politique de l'offre qu'il conviendrait de tenir.

Mi-novembre, les Émirats arabes unis ont par exemple fait preuve d'une certaine réticence à continuer à appliquer pleinement les réductions volontaires au-delà de la fin de l'année.

Le cartel doit également gérer l'appréciation toute relative de certains de ses membres à respecter les quotas de coupes qui leur sont assignés.

Les mauvais élèves qui pompent davantage que prévu par l'accord, Irak et Nigeria en tête, se font régulièrement tancer par le chef de file de l'alliance, le ministre saoudien de l'Energie Abdel Aziz ben Salmane.

Et le souvenir du fiasco du premier sommet de l'année est toujours vif. Au début du mois de mars, la Russie et l'Arabie saoudite étaient reparties de Vienne dos à dos et s'étaient engagées l'espace d'un mois dans une guerre des prix fratricides.

Contrôle de l'offre

Si le cartel est attentif aux cours du brut, qui sont revenus à leurs niveaux du début de la pandémie, soit entre 45 et 50 dollars pour les deux références mondiales (Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de mer du Nord et WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. américain), il guette également les données de production hors de son giron et les niveaux de remplissage des capacités de stockage à travers le monde.

L'offre du premier producteur mondial, à savoir les États-Unis, est en baisse depuis ses records historiques atteints en début d'année, à 11 millions de barils par jour. Et la victoire du démocrate Joe Biden, qui porte un projet timide mais réel de limitation de l'exploitation du pétrole de schiste dans le pays, laisse présager que le pic de la production américaine est passé.

L'OPEP+ doit également surveiller les niveaux de production dans ses rangs, d'autant que trois de ses membres ne sont pas tenus à des quotas.

C'est le cas de la Libye, dont la production presque réduite à néant en 2020 des suites d'un conflit intérieur est repartie en flèche depuis octobre. Elle a désormais dépassé le million de barils par jour, selon la Compagnie libyenne nationale de pétrole (NOC).

A moyen terme, une politique américaine plus souple vis-à-vis de l'Iran, également non concerné par les quotas, pourrait faire revenir sur le marché des centaines de milliers de barils quotidiens qu'il aura des difficultés à absorber en l'état.

(c) AFP

Commenter Or noir: l'Opep au chevet d'un marché toujours déprimé par la pandémie


    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    mercredi 23 novembre 2022

    Les États-Unis sont prêts à autoriser Chevron à augmenter la…

    Washington: Chevron pourrait obtenir l'approbation des États-Unis pour étendre considérablement ses opérations au Venezuela dès samedi, une fois que le gouvernement vénézuélien...

    lundi 21 novembre 2022

    Ryad dément des discussions à l'Opep+ pour augmenter la prod…

    Ryad: L'Arabie saoudite a démenti lundi des informations du Wall Street Journal faisant état de discussions entre les pays producteurs de pétrole...

    lundi 21 novembre 2022

    L'Arabie saoudite envisage une hausse de la production de l…

    Ryad: L'Arabie saoudite et d'autres Etats membres de l'Opep discutent d'une augmentation de la production de pétrole, rapporte lundi le Wall Street...

    lundi 14 novembre 2022

    L'Opep révise encore à la baisse sa prévision de demande de …

    Paris: L'Opep a revu une nouvelle fois en légère baisse ses prévisions de croissance de la demande de pétrole pour cette année...

    mercredi 09 novembre 2022

    Selon l'AIE, l'OPEP+ devra repenser sa décision de réduire s…

    Charm el-Cheikh: Le groupe OPEP+ pourrait devoir "repenser" sa décision de réduire son objectif collectif de production de pétrole de 2 millions...

    jeudi 13 octobre 2022

    Pétrole/Opep+: Ryad rejette "totalement" les criti…

    Ryad: L'Arabie saoudite a rejeté "totalement" jeudi les accusations américaines selon lesquelles la décision de l'Opep et de ses alliés, dont la...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 02 décembre 2022 à 12:50

    Le pétrole stable avant la réunion de l'Opep+

    Londres: Les prix du pétrole stagnaient vendredi, l'incertitude autour des conséquences de l'embargo européen imminent sur le pétrole russe et le plafonnement...

    vendredi 02 décembre 2022 à 08:40

    L'Opep+ dans l'incertitude, entre prix en berne et sanctions

    Londres: Nouvelle coupe des quotas de production ou statu quo? L'Opep+ se réunit dimanche dans un contexte délicat, marqué par la chute...

    jeudi 01 décembre 2022 à 21:15

    Le pétrole finit en ordre dispersé dans un climat d'incertit…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini sur une note contrastée jeudi, en proie au suspense qui entoure la décision...

    jeudi 01 décembre 2022 à 16:05

    Accord provisoire de l'UE pour plafonner le pétrole russe à …

    Bruxelles: Les membres de l'Union européenne, à l'exception de la Pologne, se sont provisoirement mis d'accord jeudi sur un plafonnement du prix...

    jeudi 01 décembre 2022 à 13:45

    L'UE cherche à plafonner le prix du pétrole russe à 60 dolla…

    Bruxelles: L'Union européenne a demandé à ses 27 États membres de soutenir un plafonnement du prix du baril de pétrole russe à...

    jeudi 01 décembre 2022 à 12:20

    Le pétrole en petite hausse avec les espoirs de réouverture …

    Londres: Les prix du pétrole montaient légèrement jeudi, toujours encouragés par les espoirs d'allègement de la politique sanitaire chinoise, avant une réunion...

    mercredi 30 novembre 2022 à 21:29

    Le pétrole poursuit son ascension, possible contraction de l…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur progression mercredi, toujours encouragés par la possibilité d'une réduction de production de...

    mercredi 30 novembre 2022 à 21:21

    Venezuela: Maduro plaide pour une levée complète des sanctio…

    Caracas: Le président vénézuélien Nicolas Maduro a salué mercredi comme un pas dans la "bonne direction" l'autorisation donnée par les Etats-Unis au...

    mercredi 30 novembre 2022 à 17:32

    🛢️ USA: baisse massive des stocks de pétrole, les raffinerie…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut ont chuté brutalement la semaine dernière aux Etats-Unis, selon des chiffres...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Comment investir dans le pétrole ?

    Le jeudi 01 décembre 2022

    Le pétrole est la matière première par excellence de ces 150 dernières années... Cet or noir qui a permis l'incroyable évolution moderne que nous connaissons dans nos vies de tous les jours autant dans l'industrie que dans le transport, pour ne citer qu’eux. Essentiel à notre niveau de vie, rare car limité, donc cher, le pétrole n’en demeure pas moins la ressource primordiale vers la transition énergétique nouvellement entamée.Ne vous y trompez pas : le baril n’a pas fini de surprendre dans les années à venir, tant dans ses niveaux de prix...

    Lire la suite

    📈 En octobre 2022, le cours du pétrole rebondit

    Le jeudi 24 novembre 2022

    En octobre 2022, le prix en euros du pétrole rebondit (+4,8 % après ‑8,8 % en septembre). Le prix du pétrole rebondit En octobre 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) repart à la hausse (+4,0 % après ‑10,8 % en septembre), s’établissant en moyenne à 93,3 dollars.En euros, la hausse est un peu plus marquée (+4,8 % après ‑8,8 %), s’établissant en moyenne à 95 €, en raison de la dépréciation en octobre de l’euro vis-à-vis du dollar. Cours du pétrole Brent - octobre 2022

    Lire la suite

    Les prix du pétrole sont prêts à s'envoler cet hiver

    Le mardi 08 novembre 2022

    Paris: Dans moins d'un mois (le 5 décembre), un embargo sur les exportations maritimes de pétrole brut russe vers l'Union européenne entrera en vigueur. En conséquence, l'offre mondiale de pétrole devrait se resserrer considérablement, la Russie étant le plus grand exportateur de pétrole et de carburants au monde. Le marché pétrolier s'y prépare.

    Lire la suite