Menu
A+ A A-

Craintes pour la demande: le pétrole chute encore de plus de 3%

prix du petrole Cours de clôtureCours de clôture: Les cours du pétrole ont encore chuté jeudi pour la deuxième séance consécutive, au plus bas depuis début juin, plombés par la propagation rapide du Covid-19 qui entraîne en Europe des mesures sanitaires drastiques, limitant la consommation de brut.
Le baril américain de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. coté à New York pour livraison en décembre a lâché 3,26% ou 1,22 dollar, à 36,17 dollars, après avoir déjà perdu 5,51% la veille.

A Londres, le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison le même mois a perdu quant à lui 3,75% ou 1,47 dollar, à 37,65 dollars, après un repli de 5,05% mercredi.

Entre l'annonce des mesures de reconfinement liées à l'épidémie, le gonflement des stocks de brut américains et l'augmentation de la production libyenne: "quoi d'autre peut-on encore jeter à la face de ce marché ?", se lamente Phil Flynn à Price Futures Group.

"Où que l'on se tourne, il n'y a que des mauvaises nouvelles. Un seul de ces facteurs n'aurait pas l'impact que l'on voit sur les cours, mais pris tous ensemble, il est difficile de rester optimiste", a ajouté ce spécialiste de longue date du marché de l'énergie.

Le marché digère difficilement les nouvelles mesures drastiques annoncées mercredi soir en France et en Allemagne pour contrer la propagation du Covid-19, des mesures qui limitent fortement la demande d'or noir au moment où l'offre augmente, notamment à cause du retour sur le marché de la production libyenne.

Cet écart qui se creuse entre offre et demande entraîne une situation de surplus et, mécaniquement, une hausse des stocks de brut. Les réserves commerciales américaines de pétrole ont gonflé de 4,3 millions de barils la semaine passée, selon un rapport hebdomadaire publié mercredi, quand les analystes misaient sur trois fois moins.


"Une correction des prix était attendue, elle est là", a réagi Bjornar Tonhaugen, analyste de Rystad.

"Des contaminations records frappent chaque jour l'Europe et les États-Unis, et de nombreux pays qui consomment beaucoup de pétrole comme l'Italie, l'Allemagne et la France, se retrouvent à nouveau en situation de confinement", a-t-il indiqué ajoutant que ces nouvelles mesures avaient "depuis hier provoqué un carnage sur le marché pétrolier". Mercredi a connu la pire liquidation en une journée depuis le 8 septembre.

Phil Flynn distingue néanmoins une lueur d'optimisme alors que les cours qui ont plongé de plus de 6% en séance jeudi ont finalement terminé sur une baisse moindre.

"Il n'est pas certain que les nouveaux confinements aient un impact aussi négatif qu'on le pense", a estimé l'analyste. "De toute évidence, ces prix ont capté l'attention de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole, NDLR) et cette liquidation nous assure que l'organisation ne va pas augmenter sa production cette année, peut-être même pas au premier trimestre de l'année prochaine", affirme-t-il.

L'expert estime aussi que si le marché boursier, qui a connu mercredi comme le pétrole sa pire journée depuis juin, reprend confiance sur l'impact des confinements et se stabilise après l'élection présidentielle américaine dans cinq jours, "le marché du pétrole suivra".

Face à ces facteurs baissiers, les perturbations de la production dans le Golfe du Mexique du fait du passage de l'ouragan Zeta, rétrogradé en tempête tropicale jeudi, sur une zone concentrant raffineries et plateformes pétrolières, pesaient peu.

(c) AFP

Commenter Craintes pour la demande: le pétrole chute encore de plus de 3%


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 30 novembre 2020 à 12:32

    Le pétrole recule, les investisseurs prudents avant le somme…

    Londres: Les cours du pétrole étaient en baisse lundi, alors que le doute plane sur un accord des membres de l'Opep+ qui...

    dimanche 29 novembre 2020 à 06:46

    Or noir: l'Opep au chevet d'un marché toujours déprimé par l…

    Londres: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés se réunissent lundi et mardi pour tenter de redonner un peu...

    vendredi 27 novembre 2020 à 20:07

    Le pétrole quasiment stable en attendant l'Opep+

    Cours de clôture: Les deux contrats de référence du pétrole brut ont fini proches de l'équilibre vendredi, dans un marché calme qui...

    vendredi 27 novembre 2020 à 11:59

    Le pétrole en ordre dispersé attend l'Opep+

    Londres: Les deux cours de référence du pétrole brut étaient partagés en première partie de séance européenne vendredi, dans un marché calme...

    vendredi 27 novembre 2020 à 10:57

    La soif de biocarburants cale pour la première fois en 20 an…

    Londres: La demande pour les biocarburants recule pour la première fois en deux décennies cette année, dans la foulée de la pandémie...

    jeudi 26 novembre 2020 à 13:40

    Repsol investira 18,3 milliards d'euros d'ici à 2025 pour se…

    Madrid: Le groupe pétrolier espagnol Repsol a annoncé jeudi un plan d'investissement de 18,3 milliards d'euros (19,8 milliards de francs) d'ici 2025...

    jeudi 26 novembre 2020 à 12:12

    Le pétrole marque une pause en attendant le sommet de l'Opep…

    Londres: Les prix du pétrole cédaient un peu de terrain jeudi, après avoir atteint la veille de nouveaux plus hauts en huit...

    mercredi 25 novembre 2020 à 21:40

    Le pétrole au plus haut depuis mars après les stocks américa…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini au plus haut en huit mois mercredi, portés par une baisse inattendue des...

    mercredi 25 novembre 2020 à 17:49

    🛢️ USA: les stocks commerciaux de pétrole brut en baisse

    New York: Les stocks commerciaux de pétrole brut ont un peu reculé aux Etats-Unis la semaine dernière, déjouant les attentes des analystes...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 24 novembre 2020 Stimulés par les espoirs suscités par le vaccin, les cours du pétrole ont atteint des niveaux inégalés depuis que la COVID-19 a commencé à se propager en mars et a fait dégringolé la demande de pétrole. Vers 16h00 à Paris, les prix évoluaient à la hausse de plus de 3%.

    En septembre 2020, le prix du pétrole est quasi stable

    Le mercredi 21 octobre 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2020, le prix du pétrole en euros se replie (−8,3 % après +0,3 %). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) augmentent de nouveau (+2,3 % après +2,1 %), du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent pour le cinquième mois consécutif (+1,9 % après +4,4 %) et des prix des matières premières alimentaires qui se redressent (+2,6 % après −0,4 %). Le prix du pétrole se replie En septembre 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) se replie (−8,3 % après +0,3 %)...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite