Menu
A+ A A-

Pétrole: des pertes gigantesques et de sombres perspectives

prix du petrole ParisParis: Les grandes compagnies pétrolières et gazières viennent d'annoncer des pertes gigantesques de plusieurs dizaines de milliards de dollars avec la crise du Covid-19, qui les contraint à s'adapter plus vite face à de sombres perspectives.
Les cinq plus grandes entreprises privées du secteur - BP, Chevron, ExxonMobil, Royal Dutch Shell et Total - ont enregistré pour près de 53 milliards de dollars de pertes nettes au total au deuxième trimestre, selon leurs résultats publiés ces derniers jours.

Ces mauvais chiffres ne constituent pas vraiment une surprise: les cours du pétrole ont chuté durant la crise sanitaire, au point de tomber même brièvement en territoire négatif, les opérateurs étant alors prêts à payer pour qu'on les débarrasse de leurs barils.

Certains secteurs, comme le transport aérien, ont été mis quasiment à l'arrêt tandis que les pays producteurs ont tardé à réduire l'offre dans un marché saturé.

Mais ces résultats sont aussi marqués par d'énormes dépréciations: les compagnies pétrolières ont revu la valeur comptable de leurs actifs au regard de cours du pétrole plus bas prévus ces prochaines années mais aussi d'une transition énergétique qui s'accélère.

Après BP et Shell, Total a annoncé des dépréciations exceptionnelles de 8,1 milliards de dollars.

Le groupe français suppose que dans un futur où la demande pétrolière aura tendance à baisser, une partie de ses hydrocarbures en réserve restera peut-être dans le sous-sol. Et ce seront, naturellement, d'abord les plus chers à produire qui seront abandonnés, à l'instar des sables bitumineux canadiens.


"Les énormes dépréciations font partie d'une tendance de fond: la rapidité avec laquelle les énergies renouvelables deviennent compétitives met en danger les entreprises énergétiques traditionnelles", souligne Arthur van Benthem, professeur associé à la Wharton School de l'université de Pennsylvanie.

Remise à plat

Si l'on met de côté ces éléments comptables, les groupes européens s'en sont toutefois plutôt mieux sortis que leurs concurrents américains, parvenant même pour certains à dégager des bénéfices hors éléments exceptionnels.

Shell et Total ont ainsi bénéficié de l'apport de leurs activités de négoce, qui consistent à acheter et vendre les hydrocarbures sur les marchés. Ces activités spéculatives se portent en général bien lorsque tout le reste va mal.

La directrice financière de Shell, Jessica Uhl, a d'ailleurs salué la "performance solide" du négoce dans un contexte de "volatilité de marché sans précédent".

Toutefois, la situation reste globalement difficile pour toutes les entreprises du secteur, qui ont dû rapidement adopter des mesures pour réduire leurs coûts et leurs investissements.

Les approbations de nouveaux projets pétroliers et gaziers devraient ainsi chuter de plus de 75% cette année par rapport à 2019, selon le cabinet spécialisé Rystad Energy, qui tablait en début d'année sur la stabilité.

Ces difficultés accentuent aussi la pression sur les géants du secteur pour qu'ils accélèrent leur mue vers les énergies moins émettrices de gaz à effet de serre, comme l'électricité d'origine renouvelable, dont les revenus sont aussi plus prometteurs.

BP vient d'annoncer vouloir décupler ses investissements dans les énergies à faible émission de carbone d'ici à 2030, avec un repli de 40% de sa production d'hydrocarbures.

Ces annonces stratégiques représentent "une grande avancée", a jugé Luke Parker, du cabinet spécialisé Wood Mackenzie. "S'il y avait bien un moment pour tout remettre à plat, c'était bien maintenant", juge l'analyste.

"La montée plus rapide que prévu des énergies renouvelables, les inquiétudes croissantes sur la crise climatique et la récente récession causée par le Covid-19 ont montré à quel point le secteur pétrolier est vulnérable", résume Arthur van Benthem.

"De plus en plus d'entreprises et de pays se préparent à un futur où les émissions de CO2 seront faibles. Donc pourquoi ne pas commencer à investir maintenant dans l'économie du futur?", conclut-il.

(c) AFP

Commenter Pétrole: des pertes gigantesques et de sombres perspectives


    La Compagnie pétrolière américaine Chevron

    Irak: plusieurs sociétés américaines signent pour 8 milliards de contrats

    jeudi 20 août 2020

    New York: Les sociétés américaines spécialisées dans le secteur de l'énergie Honeywell, General Electric, Stellar Energy, Baker Hugues et Chevron ont signé pour huit milliards de dollars de contrats avec le gouvernement irakien, selon un communiqué du département américain de...

    La Compagnie pétrolière britannique BP

    La demande de pétrole mondiale pourrait déjà avoir atteint son pic (BP)

    lundi 14 septembre 2020

    Londres: La demande de pétrole dans le monde pourrait avoir déjà atteint son pic et ne plus cesser de décliner en raison des conséquences de la pandémie et de la transition énergétique, estime lundi le géant britannique des hydrocarbures BP.

    La Compagnie pétrolière américaine ExxonMobil

    Secoué par la chute du pétrole, ExxonMobil subit la pire perte de son his…

    vendredi 31 juillet 2020

    New York: La major américaine ExxonMobil, affectée par la chute des cours du brut générée par la pandémie de coronavirus et les mesures de restrictions prises pour l'enrayer, a subi au deuxième trimestre une perte nette de 1,1 milliard de...

    La Compagnie pétrolière française Total

    La Tanzanie et l'Ouganda signent un accord pour la construction d'un oléo…

    dimanche 13 septembre 2020

    Dar es salaam: Les présidents tanzanien John Magufuli et ougandais Yoweri Museveni ont signé dimanche un accord sur la construction d'un oléoduc de plus de 1.400 km, un projet dénoncé par des ONG pour ses conséquences sur l'environnement.


    -Voir les actualités de la compagnie pétrolière Total

    La Compagnie pétrolière Shell

    Shell subit une perte abyssale de 18,1 milliards au 2e trimestre

    jeudi 30 juillet 2020

    Londres: Le géant des hydrocarbures Royal Dutch Shell a annoncé jeudi une perte nette abyssale de 18,1 milliards de dollars (16,5 milliards de francs) au deuxième trimestre, du fait d'énormes dépréciations d'actifs reflétant un marché pétrolier déprimé par la pandémie.


    -Toute l'actualité de la compagnie pétrolière Shell

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 18 septembre 2020 à 21:30

    Le pétrole trébuche un peu mais finit la semaine sur une bon…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont partiellement trébuché vendredi, mais restent à leur meilleur niveau depuis début septembre, au lendemain...

    vendredi 18 septembre 2020 à 11:58

    Le pétrole poursuit sur la lancée après l'Opep+

    Londres: Les prix du pétrole continuaient leur progression vendredi, après trois séances consécutives de hausse et au lendemain de la réunion mensuelle...

    jeudi 17 septembre 2020 à 21:58

    Le pétrole hésite puis grimpe après la réunion mensuelle de …

    New York: Les prix du pétrole ont terminé en hausse jeudi, au lendemain d'une poussée déjà notable, les investisseurs se montrant plutôt...

    jeudi 17 septembre 2020 à 20:28

    L'Opep+ sermonne ses mauvais élèves et envisage une réponse …

    Londres: Le ministre saoudien de l'Énergie Abdel Aziz ben Salmane, chef de file de l'Opep+, a haussé le ton jeudi face aux...

    jeudi 17 septembre 2020 à 17:50

    Le pétrole hésite puis grimpe après le début de la réunion m…

    Londres: Les prix du pétrole étaient en hausse jeudi en fin de séance européenne, après une poussée déjà notable la veille, les...

    jeudi 17 septembre 2020 à 16:11

    Opep+: le ministre saoudien hausse le ton sur le non-respect…

    Londres: Le ministre saoudien de l'Energie Abdel Aziz ben Salmane a haussé le ton jeudi face aux membres de l'Opep+ qui ne...

    jeudi 17 septembre 2020 à 13:43

    Réunion de l'Opep+ face à la baisse des prix du pétrole

    Vienne: L'Opep et ses alliés, réunis sous l'acronyme Opep+, tiendront une réunion en ligne jeudi pour discuter du respect de leur accord...

    jeudi 17 septembre 2020 à 11:55

    Le pétrole temporise avant la réunion mensuelle de l'Opep+

    Londres: Les prix du pétrole étaient en légère baisse jeudi, après une hausse notable la veille, les investisseurs se tournant désormais vers...

    mercredi 16 septembre 2020 à 21:53

    Le pétrole progresse après la baisse des stocks américains d…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole sont montés mercredi, confirmant la tendance de la veille, aidés par une baisse inattendue des...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 14 septembre 2020 L'OPEP table désormais sur une chute de 9,46 millions de barils par jour (bpj) cette année soit 400.000 bpj de moins que prévu le mois dernier, montre son nouveau rapport mensuel.

    En juillet 2020, le prix du pétrole augmente moins qu’en juin

    Le dimanche 16 août 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En juillet 2020, le prix du pétrole en euros  ralentit (+5,6 % après +30,2 % en juin).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent légèrement (+0,4 % après −2,5 %), notamment du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent de nouveau (+2,8 % après +3,5 %). En revanche, les prix des matières premières alimentaires diminuent encore (−2,0 % après −7,9 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En juillet 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros augmente moins qu’en juin (+5,6 % après +30,2...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite