Logo

Le pétrole en retrait au lendemain d'un plus haut depuis début mars

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole reculaient mercredi, au lendemain d'un plus haut en quatre mois et demi, ramenés à la réalité par la progression de la pandémie de Covid-19, notamment aux Etats-Unis, et avant la publication par l'EIA des stocks américains.
Vers 10H20 GMT (12H20 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 43,90 dollars à Londres, en baisse de 0,95% par rapport à la clôture de mardi.

A New York, le baril américain de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour le mois de septembre, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, abandonnait 1,17% à 41,43 dollars.

La veille, les deux cours de référence ont respectivement atteint 44,89 et 42,40 dollars le baril, au plus haut depuis le 6 mars, juste avant la chute déclenchée par une courte mais intense guerre des prix entre la Russie et l'Arabie saoudite.

La tendance "s'inverse ce matin" avec les inquiétudes "d'une forte hausse des stocks de pétrole aux États-Unis", a estimé Stephen Brennock, de PVM.

L'analyste s'appuie sur l'état des stocks publié la veille par l'American Petroleum Institute (API), fédération qui regroupe les professionnels du secteur pétrolier, tandis que le consensus table sur une baisse de 2,2 millions de barils sur la semaine achevée le 17 juillet, selon la médiane établie par Bloomberg.

Les chiffres du rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA), attendus plus tard dans la journée, sont toutefois considérés comme plus fiables que ceux de l'API.


"La crainte de surplus aux États-Unis est devenu un élément majeur sur le marché pétrolier", a insisté M. Brennock, "et cela restera le cas tant que les perspectives de la demande américaine de pétrole seront compromises par l'incapacité du pays à contenir la pandémie de Covid-19".

Le président Donald Trump a pour la première fois admis mardi que la pandémie de coronavirus prenait des proportions "inquiétantes" dans une partie des États-Unis.

Le pays a enregistré pour le huitième jour consécutif plus de 60.000 nouveaux cas de contamination au coronavirus en l'espace de 24 heures, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

(c) AFP

Commenter Le pétrole en retrait au lendemain d'un plus haut depuis début mars


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.