Logo

Le pétrole flanche face au Covid-19 et à une offre amenée à augmenter

prix du petroleLondres: Les prix du pétrole, après s'être maintenus à l'équilibre au cours de la séance européenne, reculaient jeudi devant l'évolution de la pandémie, qui menace la reprise de la demande et les perspectives d'une offre plus importante.
Vers 15H00 GMT (17H00 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 42,13 dollars à Londres, en baisse de 2,68% par rapport à la clôture de mercredi.

A New York, le baril de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. américain pour le mois d'août perdait 3,52%, à 39,46 dollars.

Les investisseurs sont prudents face à la perspective "d'une demande toujours faible et d'une offre plus élevée", a résumé Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote Bank.

L'explosion de nouveaux cas de Covid-19, dans le sud et l'ouest des États-Unis notamment, menace la reprise économique du premier consommateur d'or noir. Plusieurs Etats ont d'ailleurs dû suspendre leur processus de déconfinement, voire revenir en arrière en ordonnant la fermeture des bars et restaurants.

Côté offre, "l'excédent est encore énorme sur le marché mondial du pétrole", ont souligné Carsten Fritsch et Barbara Lambrecht, analystes de Commerzbank.


Les observateurs et acteurs de marchés regardent notamment vers la Libye, où les exportations de brut avaient quasiment disparues depuis janvier et pourraient revenir sur le marché.

La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a en effet annoncé mercredi être prête à suspendre la situation de "force majeure" sur son terminal pétrolier d'Es Sider, "bloqué depuis six mois" rappelle Tamas Varga, de PVM.

"Toute augmentation de la production et des exportations pétrolières libyennes est un casse-tête supplémentaire pour l'OPEP+", a-t-il ajouté.

Victime de la guerre civile, la production libyenne avait chuté en début d'année de plus d'un million de barils par jour - moyenne de l'an dernier - à moins de 100.000, selon les données de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) dont la Libye fait partie.

Si elle revenait sur le marché, une telle quantité pourrait menacer le fragile équilibre entre offre et demande que le cartel et ses alliés, connus sous le nom d'OPEP+, essayent de maintenir à grand renfort de coupes dans leur production.

D'autant plus que ces dernières doivent passer de 9,6 millions de barils par jour (mbjMBJ Abréviation de Million(s) de Barils (de pétrole brut) par Jour, sachant qu'un baril équivaut environ à 159 litres soit 42 gallons américains.) en juillet à 7,7 mbjMBJ Abréviation de Million(s) de Barils (de pétrole brut) par Jour, sachant qu'un baril équivaut environ à 159 litres soit 42 gallons américains. en août, jusqu'à décembre.

(c) AFP

Commenter Le pétrole flanche face au Covid-19 et à une offre amenée à augmenter

graphcomment>