Logo

Le pétrole progresse, les investisseurs de nouveau optimistes sur la demande

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole étaient en hausse vendredi, dans l'élan de la séance américaine de la veille, portés par un regain d'optimisme chez les investisseurs sur le retour de la demande d'or noir.
Vers 09h30 GMT (11h30 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en août valait 41,60 dollars à Londres, en hausse de 1,32% par rapport à la clôture de jeudi.

A New York, le baril américain de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour le même mois gagnait 1,16%, à 39,17 dollars.

"Les prix du pétrole semblent déjà avoir surmonté leur récente période de faiblesse (les deux cours de référence ont chuté de plus de 5% mercredi, ndlr) et retrouvent leur trajectoire ascendante", a constaté Carsten Fritsch, de Commerzbank.

L'analyste met en avant "la demande de carburant qui se normalise puisque le trafic routier a retrouvé, dans un certain nombre de grandes villes du monde, le niveau de l'année précédente".

Mais les gains engrangés jeudi et vendredi "risquent de plafonner", estime de son côté Fiona Cincotta, de City Index, "car les inquiétudes concernant l'offre excédentaire persistent".

Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs partenaires via l'accord OPEP+ font pourtant leur possible pour limiter le surplus d'or noir sur le marché, plombé par les mesures de confinement et ses conséquences économiques fâcheuses pour l'industrie, en limitant de façon drastique leur production.


Un total de 9,7 millions de barils par jour (mbjMBJ Abréviation de Million(s) de Barils (de pétrole brut) par Jour, sachant qu'un baril équivaut environ à 159 litres soit 42 gallons américains.) sont ainsi censés être retirés du marché depuis le mois de mai et jusqu'à la fin du mois de juillet. Ensuite, la coupe commune doit passer à 7,7 mbjMBJ Abréviation de Million(s) de Barils (de pétrole brut) par Jour, sachant qu'un baril équivaut environ à 159 litres soit 42 gallons américains. jusqu'à la fin de l'année, puis à 5,8 mbjMBJ Abréviation de Million(s) de Barils (de pétrole brut) par Jour, sachant qu'un baril équivaut environ à 159 litres soit 42 gallons américains. de janvier 2021 à avril 2022.

Mais même si "la demande mondiale de pétrole se redresse, la croissance, elle, est encore lente", souligne Bjarne Schieldrop, analyste de Seb.

En conséquence, ce dernier évalue comme "bonnes" les chances de prolongation en août du volume des coupes actuelles par le cartel et ses partenaires. "Si c'est le cas, ils devront probablement prendre une décision et l'annoncer la semaine prochaine", a-t-il ajouté.

(c) AFP

Commenter Le pétrole progresse, les investisseurs de nouveau optimistes sur la demande

graphcomment>