Menu
A+ A A-

Le pétrole, cette matière première si difficile à laisser sous terre

prix du petrole LondresLondres: L'industrie pétrolière continue de pomper au mépris de cours de l'or noir et d'une demande mondiale en chute libre, se heurtant à des obstacles financiers et techniques, dans un contexte de vives luttes commerciales.
L'arrêt de la production "coûte cher car certains travaux d'entretien courants demeurent indispensables" pendant la période de fermeture, explique à l'AFP Chris Midgley, de S&P Global Platts.

"Il vaut mieux essayer de ralentir l'activité", estime auprès de l'AFP le PDG d'une société pétrolière nigériane sous couvert de l'anonymat. "L'arrêt doit se faire en dernier recours car il est également très coûteux de redémarrer la production".

L'or noir, issu des sables bitumineux du Canada par exemple qui nécessite une étape de chauffage, peut même être perdu lorsque le site s'arrête et refroidit, selon Raphaela Hein, analyste de JBC Energy.

Les champs russes situés dans des zones, où le forage n'est possible que pendant l'hiver, connaissent des contraintes similaires, d'après l'analyste indépendant Peter Zeihan. "En cas de fermeture, les puits gèlent et leur réouverture nécessite un nouveau forage", explique-t-il dans une note.

L'arrêt d'un puits russe "est beaucoup plus complexe (et coûteux) sur le plan technique qu'en Arabie saoudite", confirme Louise Dickson, de Rystad Energy.

Bjarne Schieldrop, analyste de SEB, cite également le cas norvégien, où il est fréquent que plusieurs exploitants opèrent sur un même site d'extraction. Sans l'accord de tous, une coupure n'est pas envisageable.


"Personne ne veut fermer"

C'est un cercle vicieux: aucun producteur ne veut être le premier à fermer le robinet pour tenter de sauver des parts de marchés. Les cuves de stockage se remplissent au point de déborder, et aggravent la crise de l'ensemble de la filière.

Aux États-Unis, premier producteur mondial, "personne ne veut fermer" affirme Bart Melek, analyste de TD Securities, "même s'il est presque certain que tout le monde perd de l'argent" aux prix actuels, très bas.

"Cela coûte cher aux compagnies pétrolières. Elles réduisent les dividendes et les dépenses d'investissement se sont effondrées", ajoute M. Melek. Mais ces coupes sombres concernent les projets de production future, et le forage des champs en exploitation continue.

"Certains facteurs réglementaires peuvent aussi jouer un rôle aux États-Unis, où les opérateurs risquent de perdre leur bail lorsqu'ils cessent de produire", renchérit Mme Heim, interrogée par l'AFP, "ce qui conduit des Etats comme l'Oklahoma à abroger temporairement cette réglementation".

Dans l'Etat voisin du Texas, le débat fait rage au sein de l'organe de régulation du pétrole sur de possibles quotas de production qui, d'un côté soutiendraient les petits producteurs étouffés financièrement, mais de l'autre entraveraient la libre concurrence tout en se heurtant à des obstacles légaux.

L'Agence d'information sur l'énergie, qui publie les chiffres de la production américaine chaque semaine, témoigne toutefois d'une amorce de baisse depuis un pic historique mi-mars.


Faire le dos rond

Le manque de clients et l'impossibilité de stocker le brut "pèseront davantage sur la production que des contraintes purement financières", estime M. Midgley.

D'ici là, les producteurs se rassurent tant bien que mal avec la perspective d'une reprise de l'activité économique, sensible en Asie mais encore fantasmée en Europe et en Amérique du Nord, deux continents mis sous cloche par des mesures drastiques de confinement.

Les politiques volontaires et exceptionnelles des principales banques centrales, qui injectent des milliers de milliards de dollars, seront à même de doper un retour de la demande encore plus soutenue.

Les prix des contrats à terme des barils de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. et de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. - les deux références du brut dans le monde - plus élevés à mesure que leurs échéances s'éloignent dans le temps, incitent l'industrie à faire le dos rond.

(c) AFP

Commenter Le pétrole, cette matière première si difficile à laisser sous terre


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 25 septembre 2020 à 23:41

    Le pétrole à peine à l'équilibre, face à une demande déprimé…

    New York: Les cours du pétrole ont manqué de direction vendredi pour terminer un peu en-dessous de l'équilibre, coincés par les perspectives...

    vendredi 25 septembre 2020 à 20:03

    A la raffinerie de Grandpuits, la CGT appelle à la grève le …

    Grandpuits:BAILLY-CARROIS (awp/afp) - La syndicat CGT de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) a appelé vendredi à la grève le 6 octobre au...

    vendredi 25 septembre 2020 à 16:24

    Le pétrole pique du nez, le Covid-19 menace toujours la dema…

    Londres: Après une séance asiatique et des débuts européens en hausse, les cours du brut repartaient vers le bas vendredi, coincés par...

    vendredi 25 septembre 2020 à 11:47

    Le pétrole amorce la fin de la semaine en petite hausse

    Londres: Les prix du pétrole connaissaient une légère hausse vendredi, dans la lignée de la veille, aidés par un timide regain d'optimisme...

    jeudi 24 septembre 2020 à 22:46

    Total vise le top 5 de la production d'énergie renouvelable

    Paris: Total se donne pour ambition de long terme de faire partie des cinq plus grands producteurs mondiaux d'énergies renouvelables face au...

    jeudi 24 septembre 2020 à 22:39

    Hésitant en séance, le pétrole termine en modeste hausse

    Cours de clôture: Les prix du pétrole, qui avaient démarré en légère baisse à Londres, se sont redressés jeudi mais restent toujours...

    jeudi 24 septembre 2020 à 13:28

    Total: Arrêt du raffinage et projet de reconversion à Grandp…

    Paris: Total a annoncé jeudi un projet de transformation de sa raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) en une plate-forme "zéro pétrole", le groupe...

    jeudi 24 septembre 2020 à 12:41

    Le pétrole cale après la publication des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole étaient en légère baisse jeudi, malgré une baisse des stocks américains la veille, les préoccupations qui entourent...

    mercredi 23 septembre 2020 à 22:04

    Modeste hausse du pétrole après une nouvelle baisse des stoc…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont modéré leur progression mercredi après une petite envolée en séance, à la suite du...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 14 septembre 2020 L'OPEP table désormais sur une chute de 9,46 millions de barils par jour (bpj) cette année soit 400.000 bpj de moins que prévu le mois dernier, montre son nouveau rapport mensuel.

    En juillet 2020, le prix du pétrole augmente moins qu’en juin

    Le dimanche 16 août 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En juillet 2020, le prix du pétrole en euros  ralentit (+5,6 % après +30,2 % en juin).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent légèrement (+0,4 % après −2,5 %), notamment du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent de nouveau (+2,8 % après +3,5 %). En revanche, les prix des matières premières alimentaires diminuent encore (−2,0 % après −7,9 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En juillet 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros augmente moins qu’en juin (+5,6 % après +30,2...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite