Menu
A+ A A-

Le pétrole, cette matière première si difficile à laisser sous terre

  • Cours du pétrole
prix du petrole LondresLondres: L'industrie pétrolière continue de pomper au mépris de cours de l'or noir et d'une demande mondiale en chute libre, se heurtant à des obstacles financiers et techniques, dans un contexte de vives luttes commerciales.
L'arrêt de la production "coûte cher car certains travaux d'entretien courants demeurent indispensables" pendant la période de fermeture, explique à l'AFP Chris Midgley, de S&P Global Platts.

"Il vaut mieux essayer de ralentir l'activité", estime auprès de l'AFP le PDG d'une société pétrolière nigériane sous couvert de l'anonymat. "L'arrêt doit se faire en dernier recours car il est également très coûteux de redémarrer la production".

L'or noir, issu des sables bitumineux du Canada par exemple qui nécessite une étape de chauffage, peut même être perdu lorsque le site s'arrête et refroidit, selon Raphaela Hein, analyste de JBC Energy.

Les champs russes situés dans des zones, où le forage n'est possible que pendant l'hiver, connaissent des contraintes similaires, d'après l'analyste indépendant Peter Zeihan. "En cas de fermeture, les puits gèlent et leur réouverture nécessite un nouveau forage", explique-t-il dans une note.

L'arrêt d'un puits russe "est beaucoup plus complexe (et coûteux) sur le plan technique qu'en Arabie saoudite", confirme Louise Dickson, de Rystad Energy.

Bjarne Schieldrop, analyste de SEB, cite également le cas norvégien, où il est fréquent que plusieurs exploitants opèrent sur un même site d'extraction. Sans l'accord de tous, une coupure n'est pas envisageable.


"Personne ne veut fermer"

C'est un cercle vicieux: aucun producteur ne veut être le premier à fermer le robinet pour tenter de sauver des parts de marchés. Les cuves de stockage se remplissent au point de déborder, et aggravent la crise de l'ensemble de la filière.

Aux États-Unis, premier producteur mondial, "personne ne veut fermer" affirme Bart Melek, analyste de TD Securities, "même s'il est presque certain que tout le monde perd de l'argent" aux prix actuels, très bas.

"Cela coûte cher aux compagnies pétrolières. Elles réduisent les dividendes et les dépenses d'investissement se sont effondrées", ajoute M. Melek. Mais ces coupes sombres concernent les projets de production future, et le forage des champs en exploitation continue.

"Certains facteurs réglementaires peuvent aussi jouer un rôle aux États-Unis, où les opérateurs risquent de perdre leur bail lorsqu'ils cessent de produire", renchérit Mme Heim, interrogée par l'AFP, "ce qui conduit des Etats comme l'Oklahoma à abroger temporairement cette réglementation".

Dans l'Etat voisin du Texas, le débat fait rage au sein de l'organe de régulation du pétrole sur de possibles quotas de production qui, d'un côté soutiendraient les petits producteurs étouffés financièrement, mais de l'autre entraveraient la libre concurrence tout en se heurtant à des obstacles légaux.

L'Agence d'information sur l'énergie, qui publie les chiffres de la production américaine chaque semaine, témoigne toutefois d'une amorce de baisse depuis un pic historique mi-mars.


Faire le dos rond

Le manque de clients et l'impossibilité de stocker le brut "pèseront davantage sur la production que des contraintes purement financières", estime M. Midgley.

D'ici là, les producteurs se rassurent tant bien que mal avec la perspective d'une reprise de l'activité économique, sensible en Asie mais encore fantasmée en Europe et en Amérique du Nord, deux continents mis sous cloche par des mesures drastiques de confinement.

Les politiques volontaires et exceptionnelles des principales banques centrales, qui injectent des milliers de milliards de dollars, seront à même de doper un retour de la demande encore plus soutenue.

Les prix des contrats à terme des barils de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. et de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. - les deux références du brut dans le monde - plus élevés à mesure que leurs échéances s'éloignent dans le temps, incitent l'industrie à faire le dos rond.

(c) AFP

Commenter Le pétrole, cette matière première si difficile à laisser sous terre


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 20 mai 2022 à 22:27

    Le pétrole finit la semaine en hausse, tensions sur l'offre

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé la semaine sur une petite hausse, tirés par les craintes sur l'offre et...

    vendredi 20 mai 2022 à 14:12

    L'ex-chancelier Gerhard Schröder quitte le conseil d'adminis…

    Moscou: La compagnie pétrolière publique russe Rosneft a annoncé vendredi que l'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder et l'homme d'affaires allemand Matthias Warnig l'avaient...

    vendredi 20 mai 2022 à 11:56

    Le pétrole en pause, pris dans des vents contraires

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient vendredi, coincés dans une fourchette de prix élevés, entre les craintes d'une récession qui éroderait...

    vendredi 20 mai 2022 à 09:30

    La Chine augmente discrètement ses achats de pétrole russe à…

    Pékin: La Chine augmente discrètement ses achats de pétrole en provenance de Russie à des prix avantageux, selon les données d'expédition et...

    jeudi 19 mai 2022 à 21:00

    Très volatil, le pétrole se reprend avec le repli du dollar

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont évolué en dents de scie jeudi pour terminer en nette hausse, dans le sillage...

    jeudi 19 mai 2022 à 18:48

    Le pétrole se reprend avec les tensions sur l'offre

    Londres: Les prix du pétrole remontaient jeudi, après un net recul la veille, les craintes quant à l'approvisionnement en or noir rattrapant...

    jeudi 19 mai 2022 à 18:22

    L'augmentation du pétrole russe vers l'est réduit les ventes…

    Téhéran: Les exportations de brut iranien vers la Chine ont fortement chuté depuis le début de la guerre en Ukraine, Pékin privilégiant...

    jeudi 19 mai 2022 à 17:35

    La Chine est en pourparlers avec la Russie pour acheter du p…

    Moscou: La Chine est en pourparlers avec la Russie pour acheter des fournitures supplémentaires de pétrole afin d'ajouter à ses stocks stratégiques...

    jeudi 19 mai 2022 à 11:45

    Le pétrole poursuit sa baisse, lesté par les craintes d'un r…

    Londres: Les prix du pétrole fléchissaient jeudi, poursuivant leur recul de la veille, freinés par les craintes d'un ralentissement économique mondial qui...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 17 mai 2022 La Hongrie a chiffré lundi à 15-18 milliards d'euros le coût d'un arrêt de ses achats de pétrole russe pour expliquer sa demande d'exemption des approvisionnements par oléoduc du projet d'embargo pétrolier de l'UE.

    📈 En mars 2022, les prix du pétrole accélèrent fortement

    Le mardi 26 avril 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En mars 2022, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+24,7 % après +11,6 % en février). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent fortement eux aussi (+9,3 % après +3,8 %), qu'il s'agisse des prix des matières premières industrielles (+10,9 % après +5,1 %) ou de ceux des matières premières alimentaires (+7,7 % après +2,6 %). Le prix du pétrole accélère très fortement En mars 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) bondit (+21,1 % après +11,9 %), s’établissant en moyenne à 117,2...

    Lire la suite

    🇪🇺 D'où proviennent les importations de pétrole de l'Union européenne (UE) ?

    Le lundi 28 mars 2022 - Analyses des prix du pétrole

    La Russie n'est pas seulement l'un des plus grands exportateurs de produits énergétiques au monde (le deuxième exportateur mondial de pétrole brut), mais elle est aussi le plus grand fournisseur de ces combustibles en Europe.Un examen plus approfondi des importations d'énergie révèle que la Russie est le principal fournisseur en pétrole brut de l'Union européenne (ainsi que de charbon et de gaz naturel).

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite