Menu
A+ A A-

USA: Trump ordonne un plan d'aide au secteur du pétrole et du gaz

prix du petrole WashingtonWashington: Donald Trump a annoncé mardi avoir demandé à son administration de mettre sur pied un plan d'aide d'urgence à l'industrie du gaz et du pétrole, frappée de plein fouet par la chute vertigineuse des prix de l'or noir.
"Jamais nous ne laisserons tomber notre grande filière américaine du pétrole et du gaz", a promis le président américain dans un tweet, où il annonce que le ministre de l'Energie et le secrétaire au Trésor ont pour mission "de mettre des fonds à disposition pour que ces entreprises très importantes et les emplois soient garantis pour longtemps à l'avenir".

Avec les mesures de confinement imposées pour enrayer la propagation du Covid-19, les transports comme les usines se sont figés un peu partout dans le monde et la demande en énergie s'est effondrée. Mais la production n'a pas baissé d'autant.

Résultat: faute d'espaces de stockage suffisants aux États-Unis, le baril new-yorkais de West Texas Intermediate pour livraison en mai, dont c'est le dernier jour de cotation, a clôturé lundi à environ -38 dollars, les investisseurs étant prêts à payer pour se débarrasser de leur contrat d'or noir.

Les autres contrats de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. ou de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole., coté à Londres, ont aussi perdu plus des deux tiers de leur valeur depuis le début de l'année.

Cette chute historique du prix du baril de brut américain accroît la pression sur un secteur pétrolier déjà sous haute tension aux États-Unis, la faillite guettant des centaines d'entreprises lourdement endettées.

Si les investisseurs semblent miser sur un redressement des cours dans les mois à venir, la situation est loin d'être encourageante, selon Stewart Glickman du cabinet CFRA.

"Le contrat pour livraison en avril 2021 affiche un prix de 33 dollars environ, ce qui est en-dessous du niveau de rentabilité pour de nombreuses compagnies d'exploration et production", explique-t-il à l'AFP. "Celles qui survivront sont celles qui ont les reins financiers les plus solides".

Les entreprises du secteur ont en effet largement profité des taux d'intérêt très faibles ces dernières années et de la volonté des acteurs financiers à leur prêter de l'argent pour s'endetter massivement. Ce qui a permis aux Etats-Unis de devenir le premier producteur mondial d'or noir.

Petits producteurs

Mais où trouver de l'argent actuellement pour rembourser les emprunts ?

"Pour survivre, elles peuvent émettre de nouvelles actions, mais leur prix est tellement bas actuellement que cela ne vaut pas le coup", indique M. Glicksman.

"Elles peuvent émettre des obligations mais elles sont en concurrence avec tellement d'autres entreprises qu'il leur faudrait accepter un niveau absurde d'intérêt. Elles peuvent aussi emprunter auprès des banques qui prennent en garantie leurs réserves de pétrole, mais ces dernières ne valent pas grande chose actuellement", ajoute-t-il.

Les premières victimes seront probablement selon lui les tous petits producteurs, qui extraient chaque jour 10 à 15 barils. "Il y en a des milliers à travers les Etats-Unis qui au total représentent environ 8% à 10% de la production américain de brut".

"Ensuite il y aura les compagnies cotées en Bourse dont le ratio entre dette et capital est à 35% ou plus" et qui pourraient avoir du mal à rembourser les intérêts.

"Le secteur de l'exploration et de la production est tellement endetté aux Etats-Unis que les prix actuels vont probablement créer le plus grand nombre de dépôts de bilan jamais enregistré dans l'histoire moderne", avait pour sa part écrit le cabinet Rystad dans une note début avril.

Sur les 9.000 entreprises du secteur, si le baril reste à 20 dollars, environ 140 pourraient faire faillite en 2020 et près de 400 en 2021, avaient alors prédit ses experts.

Whiting Petroleum Corporation, spécialisée dans les gisements de schiste dans le Dakota du Nord et dans le Colorado (ouest), a déjà déposé le bilan fin avril. Et plusieurs grandes majors pétrolières ont drastiquement révisé à la baisse leurs dépenses.

Du côté des raffineries, qui achètent du brut pour le transformer, les bas prix ne font pas forcément les bonnes affaires, remarque Marc Amons du cabinet Wood Mackenzie.

La chute de la demande en essence et kérosène a "fait baisser fortement les marges des raffineurs et ils ont en conséquence abaissé les volumes raffinés", explique-t-il.

Les raffineries ont ainsi drastiquement abaissé leurs cadence et travaillent maintenant à 60% ou 70% de leurs capacités, là où habituellement, à l'approche des grands déplacements des vacances d'été, elles sont à plus de 90%.

Mais elles ne comptent probablement pas spécialement sur des aides du gouvernement pour s'en sortir, avance M. Amons. Comme le reste du secteur, "elles attendent surtout une reprise de la demande au fur et à mesure que les mesures de restriction vont être levées."

(c) AFP

Commenter USA: Trump ordonne un plan d'aide au secteur du pétrole et du gaz


    Le pétrole aux Etats-Unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Etats-Unis

    jeudi 02 décembre 2021

    L'Opep+ ouvre les vannes malgré Omicron, Washington applaudi…

    New York: Les producteurs de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés ont décidé jeudi d'augmenter leur production en...

    mardi 23 novembre 2021

    Réserves stratégiques de pétrole: impact symbolique mais lim…

    Washington: Les marchés du pétrole se sont montrés dubitatifs mardi sur la force et la durée de l'impact qu'aura, sur les prix...

    mardi 23 novembre 2021

    Puiser dans les réserves stratégiques de pétrole, mesure rar…

    Washington: En butte à l'accélération de l'inflation qui mécontente les Américains, le président Joe Biden a annoncé mardi que les Etats-Unis allaient...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 19 janvier 2022 à 21:44

    Le pétrole frôle les 90 dollars, avant de consolider

    Cours de clôture: Le baril de Brent de mer du Nord a frôlé mercredi les 90 dollars, porté par son élan ainsi...

    mercredi 19 janvier 2022 à 12:20

    Le pétrole grimpe, dopé par la demande et les risques sur l…

    Londres: Les cours du pétrole continuaient leur envolée mercredi, la forte demande et les risques géopolitiques exerçant une pression à la hausse...

    mercredi 19 janvier 2022 à 10:33

    L'AIE met en garde sur une possible "nouvelle année de …

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a revu en hausse ses prévisions de la demande de pétrole cette année et prévenu que...

    mardi 18 janvier 2022 à 22:39

    Le pétrole s'installe en haute altitude, l'attaque sur Abou …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé mardi proches des sommets de 7 ans atteints plus tôt, une attaque sur...

    mardi 18 janvier 2022 à 13:09

    Le pétrole au plus haut depuis 2014, des risques géopolitiqu…

    Londres: Les cours du pétrole s'envolaient mardi, les risques géopolitiques faisant craindre de nouvelles perturbations d'une offre déjà tendue, hissant les prix...

    mardi 18 janvier 2022 à 11:00

    Goldman Sachs voit le baril de Brent à 100 dollars au T3

    Paris: Goldman Sachs s'attend à ce que le prix du baril de Brent atteigne 100 dollars au second semestre de cette année...

    mardi 18 janvier 2022 à 09:43

    Le pétrole Brent et le WTI au plus haut depuis 2014

    Tokyo: Les prix du Brent et du WTI évoluaient mardi à leur plus haut niveau depuis plus de sept ans, dopés par...

    mardi 18 janvier 2022 à 06:28

    Pétrole: le Brent au plus haut depuis 2014, dopé par des ten…

    Tokyo: Le prix du pétrole de Brent a atteint mardi un plus haut en sept ans, dopé par les perturbations de l'offre...

    lundi 17 janvier 2022 à 15:20

    ⛽️ Forte hausse des prix des carburants en ce début d'année …

    Paris: Les prix des carburants routiers vendus dans les stations-service en France poursuivaient leur hausse la semaine passée. Pour sa part, la moyenne des cours du pétrole...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📈 Les prix du pétrole pourraient atteindre 125$ en 2022 et 150$ en 2023

    Le mercredi 01 décembre 2021 - L'actualité des prix du pétrole

    New York: Le prix du pétrole brut pourrait s'envoler à 125 dollars le baril l'année prochaine et à 150 dollars en 2023 en raison de la capacité limitée de l'OPEP à augmenter sa production, estiment les analystes de JP Morgan dans leur nouveau rapport.

    Lire la suite

    📉 En novembre 2021, le prix du pétrole diminue un peu

    Le vendredi 17 décembre 2021 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2021, le prix du pétrole en euros se replie (-1,4 % après +13,8 % en octobre).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) baissent légèrement (-0,6 % après +3,3 %) sous l'effet du recul de ceux des matières premières industrielles (-4,7 % après +4,5 %). Les prix des matières premières alimentaires, pour leur part, restent orientés à la hausse (+2,4 % après +2,5 %). Le prix du pétrole se replie En novembre 2021, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) recule (-3,0 % après +12,1 %)...

    Lire la suite

    Puiser dans les réserves stratégiques de pétrole, mesure rare et temporaire

    Le mardi 23 novembre 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Washington: En butte à l'accélération de l'inflation qui mécontente les Américains, le président Joe Biden a annoncé mardi que les Etats-Unis allaient puiser dans leurs réserves stratégiques de pétrole pour tenter de faire baisser les prix de l'essence à la pompe, une initiative rarement utilisée.Cinquante millions de barils de brut américain vont être déversés sur le marché, accompagnés d'une contribution de la Chine, de l'Inde, du Japon, de la Corée du Sud et du Royaume-Uni. L'Inde a précisé qu'elle participerait à hauteur de 5 millions de barils.

    Lire la suite