Menu
A+ A A-

Le pétrole new-yorkais chute de 9% en pleines négociations de l'Opep+

cours de cloture du petroleCours de clôture: Les prix du pétrole new-yorkais ont brutalement chuté jeudi, après avoir pourtant grimpé plus tôt, dans un marché s'interrogeant sur les détails d'un accord censé réduire la production mondiale d'or noir pour enrayer la chute des prix.
Le baril américain de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en mai a dégringolé de 9,3%, à 22,76 dollars. Il avait gagné jusqu'à 12% en cours de séance.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a baissé de 4,15% à 31,48 dollars, après avoir lui aussi beaucoup monté plus tôt dans la journée.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses principaux partenaires, réunis au sein de l'Opep +, ont débuté jeudi par vidéoconférence une réunion pour tenter de s'accorder sur des coupes dans la production.

Le ministre koweïtien du Pétrole, Khaled al-Fadhel, a confirmé un objectif de "10 à 15 millions de barils par jour (mbj)",un chiffre déjà évoqué la semaine dernière par le président américain Donald Trump.

Selon des informations de presse, les membres de l'Opep+ ont accepté une réduction de 23% de leur production globale pour mai et juin, mais aucune annonce officielle n'a encore été faite.

Pour Daniel Ghali de TD Securities, "le marché cherche à avoir une idée plus claire du niveau de référence pour calculer ces coupes"

L'expert rappelle ainsi que la Russie et encore plus l'Arabie saoudite, les plus gros producteurs d'or noir au monde derrière les États-Unis, ont considérablement augmenté leur production ces dernières semaines.

Moscou et Riyad n'avaient pas réussi à s'accorder sur une limitation du nombre de barils produits lors de la précédente réunion de l'Opep+ mi-mars et avaient décidé de se lancer dans une guerre des prix.

"Si on se base sur le niveau de la production d'avril, une coupe de 10 mbj de l'Opep pour mai-juin pourrait ne pas être suffisante pour compenser la destruction massive de la demande", indique M. Ghali.

Les mesures de confinement et le net ralentissement du transport international, en réponse à la pandémie de coronavirus, ont fait chuter la consommation d'énergie un peu partout dans le monde.

L'une des clefs des négociations de l'Opep+ vient également de la participation ou non des États-Unis à une réduction de la production.

Les prix actuels de l'or noir nuisent particulièrement aux producteurs américains de pétrole de schiste, les cours étant trop bas pour leur permettre de dégager des bénéfices.

Les premiers signes d'un ralentissement des extractions sont apparus mercredi dans le rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) sur les stocks de pétrole brut.

Celui-ci a montré que les producteurs américains avaient pompé 12,4 mbj au 4 avril, ce qui représente une forte baisse par rapport aux 13 mbj extraits la semaine précédente.

Toutefois, les règles de la concurrence rendent difficile toute intervention directe du pouvoir fédéral américain pour fermer les robinets.

"La Russie souhaite une participation américaine qui va au-delà des baisses naturelles", telle que celle observé dans le dernier rapport de l'EIA, note M. Ghali.

"Il n'est pas certain que la Russie ait changé d'avis à ce sujet", ajoute-t-il.


(c) Afp

Commenter Le pétrole new-yorkais chute de 9% en pleines négociations de l'Opep+


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 20 mai 2022 à 22:27

    Le pétrole finit la semaine en hausse, tensions sur l'offre

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé la semaine sur une petite hausse, tirés par les craintes sur l'offre et...

    vendredi 20 mai 2022 à 14:12

    L'ex-chancelier Gerhard Schröder quitte le conseil d'adminis…

    Moscou: La compagnie pétrolière publique russe Rosneft a annoncé vendredi que l'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder et l'homme d'affaires allemand Matthias Warnig l'avaient...

    vendredi 20 mai 2022 à 11:56

    Le pétrole en pause, pris dans des vents contraires

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient vendredi, coincés dans une fourchette de prix élevés, entre les craintes d'une récession qui éroderait...

    vendredi 20 mai 2022 à 09:30

    La Chine augmente discrètement ses achats de pétrole russe à…

    Pékin: La Chine augmente discrètement ses achats de pétrole en provenance de Russie à des prix avantageux, selon les données d'expédition et...

    jeudi 19 mai 2022 à 21:00

    Très volatil, le pétrole se reprend avec le repli du dollar

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont évolué en dents de scie jeudi pour terminer en nette hausse, dans le sillage...

    jeudi 19 mai 2022 à 18:48

    Le pétrole se reprend avec les tensions sur l'offre

    Londres: Les prix du pétrole remontaient jeudi, après un net recul la veille, les craintes quant à l'approvisionnement en or noir rattrapant...

    jeudi 19 mai 2022 à 18:22

    L'augmentation du pétrole russe vers l'est réduit les ventes…

    Téhéran: Les exportations de brut iranien vers la Chine ont fortement chuté depuis le début de la guerre en Ukraine, Pékin privilégiant...

    jeudi 19 mai 2022 à 17:35

    La Chine est en pourparlers avec la Russie pour acheter du p…

    Moscou: La Chine est en pourparlers avec la Russie pour acheter des fournitures supplémentaires de pétrole afin d'ajouter à ses stocks stratégiques...

    jeudi 19 mai 2022 à 11:45

    Le pétrole poursuit sa baisse, lesté par les craintes d'un r…

    Londres: Les prix du pétrole fléchissaient jeudi, poursuivant leur recul de la veille, freinés par les craintes d'un ralentissement économique mondial qui...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 17 mai 2022 La Hongrie a chiffré lundi à 15-18 milliards d'euros le coût d'un arrêt de ses achats de pétrole russe pour expliquer sa demande d'exemption des approvisionnements par oléoduc du projet d'embargo pétrolier de l'UE.

    📈 En mars 2022, les prix du pétrole accélèrent fortement

    Le mardi 26 avril 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En mars 2022, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+24,7 % après +11,6 % en février). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent fortement eux aussi (+9,3 % après +3,8 %), qu'il s'agisse des prix des matières premières industrielles (+10,9 % après +5,1 %) ou de ceux des matières premières alimentaires (+7,7 % après +2,6 %). Le prix du pétrole accélère très fortement En mars 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) bondit (+21,1 % après +11,9 %), s’établissant en moyenne à 117,2...

    Lire la suite

    🇪🇺 D'où proviennent les importations de pétrole de l'Union européenne (UE) ?

    Le lundi 28 mars 2022 - Analyses des prix du pétrole

    La Russie n'est pas seulement l'un des plus grands exportateurs de produits énergétiques au monde (le deuxième exportateur mondial de pétrole brut), mais elle est aussi le plus grand fournisseur de ces combustibles en Europe.Un examen plus approfondi des importations d'énergie révèle que la Russie est le principal fournisseur en pétrole brut de l'Union européenne (ainsi que de charbon et de gaz naturel).

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite