Menu
A+ A A-

Le pétrole new-yorkais chute de 9% en pleines négociations de l'Opep+

cours de cloture du petroleCours de clôture: Les prix du pétrole new-yorkais ont brutalement chuté jeudi, après avoir pourtant grimpé plus tôt, dans un marché s'interrogeant sur les détails d'un accord censé réduire la production mondiale d'or noir pour enrayer la chute des prix.
Le baril américain de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en mai a dégringolé de 9,3%, à 22,76 dollars. Il avait gagné jusqu'à 12% en cours de séance.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a baissé de 4,15% à 31,48 dollars, après avoir lui aussi beaucoup monté plus tôt dans la journée.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses principaux partenaires, réunis au sein de l'Opep +, ont débuté jeudi par vidéoconférence une réunion pour tenter de s'accorder sur des coupes dans la production.

Le ministre koweïtien du Pétrole, Khaled al-Fadhel, a confirmé un objectif de "10 à 15 millions de barils par jour (mbj)",un chiffre déjà évoqué la semaine dernière par le président américain Donald Trump.

Selon des informations de presse, les membres de l'Opep+ ont accepté une réduction de 23% de leur production globale pour mai et juin, mais aucune annonce officielle n'a encore été faite.

Pour Daniel Ghali de TD Securities, "le marché cherche à avoir une idée plus claire du niveau de référence pour calculer ces coupes"

L'expert rappelle ainsi que la Russie et encore plus l'Arabie saoudite, les plus gros producteurs d'or noir au monde derrière les États-Unis, ont considérablement augmenté leur production ces dernières semaines.

Moscou et Riyad n'avaient pas réussi à s'accorder sur une limitation du nombre de barils produits lors de la précédente réunion de l'Opep+ mi-mars et avaient décidé de se lancer dans une guerre des prix.

"Si on se base sur le niveau de la production d'avril, une coupe de 10 mbj de l'Opep pour mai-juin pourrait ne pas être suffisante pour compenser la destruction massive de la demande", indique M. Ghali.

Les mesures de confinement et le net ralentissement du transport international, en réponse à la pandémie de coronavirus, ont fait chuter la consommation d'énergie un peu partout dans le monde.

L'une des clefs des négociations de l'Opep+ vient également de la participation ou non des États-Unis à une réduction de la production.

Les prix actuels de l'or noir nuisent particulièrement aux producteurs américains de pétrole de schiste, les cours étant trop bas pour leur permettre de dégager des bénéfices.

Les premiers signes d'un ralentissement des extractions sont apparus mercredi dans le rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) sur les stocks de pétrole brut.

Celui-ci a montré que les producteurs américains avaient pompé 12,4 mbj au 4 avril, ce qui représente une forte baisse par rapport aux 13 mbj extraits la semaine précédente.

Toutefois, les règles de la concurrence rendent difficile toute intervention directe du pouvoir fédéral américain pour fermer les robinets.

"La Russie souhaite une participation américaine qui va au-delà des baisses naturelles", telle que celle observé dans le dernier rapport de l'EIA, note M. Ghali.

"Il n'est pas certain que la Russie ait changé d'avis à ce sujet", ajoute-t-il.


(c) Afp

Commenter Le pétrole new-yorkais chute de 9% en pleines négociations de l'Opep+


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 25 septembre 2020 à 23:41

    Le pétrole à peine à l'équilibre, face à une demande déprimé…

    New York: Les cours du pétrole ont manqué de direction vendredi pour terminer un peu en-dessous de l'équilibre, coincés par les perspectives...

    vendredi 25 septembre 2020 à 20:03

    A la raffinerie de Grandpuits, la CGT appelle à la grève le …

    Grandpuits:BAILLY-CARROIS (awp/afp) - La syndicat CGT de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) a appelé vendredi à la grève le 6 octobre au...

    vendredi 25 septembre 2020 à 16:24

    Le pétrole pique du nez, le Covid-19 menace toujours la dema…

    Londres: Après une séance asiatique et des débuts européens en hausse, les cours du brut repartaient vers le bas vendredi, coincés par...

    vendredi 25 septembre 2020 à 11:47

    Le pétrole amorce la fin de la semaine en petite hausse

    Londres: Les prix du pétrole connaissaient une légère hausse vendredi, dans la lignée de la veille, aidés par un timide regain d'optimisme...

    jeudi 24 septembre 2020 à 22:46

    Total vise le top 5 de la production d'énergie renouvelable

    Paris: Total se donne pour ambition de long terme de faire partie des cinq plus grands producteurs mondiaux d'énergies renouvelables face au...

    jeudi 24 septembre 2020 à 22:39

    Hésitant en séance, le pétrole termine en modeste hausse

    Cours de clôture: Les prix du pétrole, qui avaient démarré en légère baisse à Londres, se sont redressés jeudi mais restent toujours...

    jeudi 24 septembre 2020 à 13:28

    Total: Arrêt du raffinage et projet de reconversion à Grandp…

    Paris: Total a annoncé jeudi un projet de transformation de sa raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) en une plate-forme "zéro pétrole", le groupe...

    jeudi 24 septembre 2020 à 12:41

    Le pétrole cale après la publication des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole étaient en légère baisse jeudi, malgré une baisse des stocks américains la veille, les préoccupations qui entourent...

    mercredi 23 septembre 2020 à 22:04

    Modeste hausse du pétrole après une nouvelle baisse des stoc…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont modéré leur progression mercredi après une petite envolée en séance, à la suite du...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 14 septembre 2020 L'OPEP table désormais sur une chute de 9,46 millions de barils par jour (bpj) cette année soit 400.000 bpj de moins que prévu le mois dernier, montre son nouveau rapport mensuel.

    En juillet 2020, le prix du pétrole augmente moins qu’en juin

    Le dimanche 16 août 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En juillet 2020, le prix du pétrole en euros  ralentit (+5,6 % après +30,2 % en juin).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent légèrement (+0,4 % après −2,5 %), notamment du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent de nouveau (+2,8 % après +3,5 %). En revanche, les prix des matières premières alimentaires diminuent encore (−2,0 % après −7,9 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En juillet 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros augmente moins qu’en juin (+5,6 % après +30,2...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite