Menu
A+ A A-

Le pétrole new-yorkais chute de 9% en pleines négociations de l'Opep+

cours de cloture du petroleCours de clôture: Les prix du pétrole new-yorkais ont brutalement chuté jeudi, après avoir pourtant grimpé plus tôt, dans un marché s'interrogeant sur les détails d'un accord censé réduire la production mondiale d'or noir pour enrayer la chute des prix.
Le baril américain de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en mai a dégringolé de 9,3%, à 22,76 dollars. Il avait gagné jusqu'à 12% en cours de séance.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a baissé de 4,15% à 31,48 dollars, après avoir lui aussi beaucoup monté plus tôt dans la journée.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses principaux partenaires, réunis au sein de l'Opep +, ont débuté jeudi par vidéoconférence une réunion pour tenter de s'accorder sur des coupes dans la production.

Le ministre koweïtien du Pétrole, Khaled al-Fadhel, a confirmé un objectif de "10 à 15 millions de barils par jour (mbj)",un chiffre déjà évoqué la semaine dernière par le président américain Donald Trump.

Selon des informations de presse, les membres de l'Opep+ ont accepté une réduction de 23% de leur production globale pour mai et juin, mais aucune annonce officielle n'a encore été faite.

Pour Daniel Ghali de TD Securities, "le marché cherche à avoir une idée plus claire du niveau de référence pour calculer ces coupes"

L'expert rappelle ainsi que la Russie et encore plus l'Arabie saoudite, les plus gros producteurs d'or noir au monde derrière les États-Unis, ont considérablement augmenté leur production ces dernières semaines.

Moscou et Riyad n'avaient pas réussi à s'accorder sur une limitation du nombre de barils produits lors de la précédente réunion de l'Opep+ mi-mars et avaient décidé de se lancer dans une guerre des prix.

"Si on se base sur le niveau de la production d'avril, une coupe de 10 mbj de l'Opep pour mai-juin pourrait ne pas être suffisante pour compenser la destruction massive de la demande", indique M. Ghali.

Les mesures de confinement et le net ralentissement du transport international, en réponse à la pandémie de coronavirus, ont fait chuter la consommation d'énergie un peu partout dans le monde.

L'une des clefs des négociations de l'Opep+ vient également de la participation ou non des États-Unis à une réduction de la production.

Les prix actuels de l'or noir nuisent particulièrement aux producteurs américains de pétrole de schiste, les cours étant trop bas pour leur permettre de dégager des bénéfices.

Les premiers signes d'un ralentissement des extractions sont apparus mercredi dans le rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) sur les stocks de pétrole brut.

Celui-ci a montré que les producteurs américains avaient pompé 12,4 mbj au 4 avril, ce qui représente une forte baisse par rapport aux 13 mbj extraits la semaine précédente.

Toutefois, les règles de la concurrence rendent difficile toute intervention directe du pouvoir fédéral américain pour fermer les robinets.

"La Russie souhaite une participation américaine qui va au-delà des baisses naturelles", telle que celle observé dans le dernier rapport de l'EIA, note M. Ghali.

"Il n'est pas certain que la Russie ait changé d'avis à ce sujet", ajoute-t-il.


(c) Afp

Commenter Le pétrole new-yorkais chute de 9% en pleines négociations de l'Opep+



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 07 février 2023 à 13:50

    BP freine la transition énergétique malgré un résultat dopé …

    Londres: Le géant des hydrocarbures britannique BP a annoncé mardi un résultat annuel dopé par les cours des hydrocarbures, accompagné d'importantes distributions...

    mardi 07 février 2023 à 11:55

    Le pétrole grimpe encore après le séisme en Turquie

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient mardi en réaction à la fermeture d'un important terminal d'exportation turque après les séismes qui ont...

    lundi 06 février 2023 à 21:25

    Le pétrole rebondit avec le séisme en Turquie et de nouvelle…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont rebondi lundi, soutenus par la crainte de dégâts sur des oléoducs après le séisme...

    lundi 06 février 2023 à 15:00

    ⛽️ Carburants: Légère baisse des prix à la pompe après l'env…

    Paris: Les prix des carburants se sont envolés ces dernières semaines en raison de la fin des ristournes, mais ils sont repartis...

    lundi 06 février 2023 à 13:20

    Le Kurdistan d'Irak suspend "par sécurité" ses exp…

    Erbil: Le Kurdistan d'Irak a annoncé lundi suspendre par mesure de "sécurité" ses exportations pétrolières qui passent par la Turquie et représentent...

    lundi 06 février 2023 à 12:15

    Le pétrole grimpe légèrement après les nouvelles sanctions c…

    Londres: Les cours du pétrole rebondissaient lundi après avoir dévissé de plus de 8% la semaine passée, l'entrée en vigueur de nouvelles...

    vendredi 03 février 2023 à 21:10

    Le pétrole dégringole, craintes d'une montée du dollar et d…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont connu un nouveau trou d'air vendredi, après la publication d'un chiffre américain de créations...

    vendredi 03 février 2023 à 12:15

    Le pétrole stable avant les sanctions contre la Russie, la d…

    Londres: Les cours du pétrole hésitent vendredi, entre les interrogations sur la reprise de la consommation de pétrole en Chine et celles...

    jeudi 02 février 2023 à 21:40

    Le pétrole reste en baisse, toujours inquiet pour la demande

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur repli jeudi, dans un marché préoccupé par l'inertie de la demande, aux...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 6 février 2022 Les cours du pétrole rebondissaient après avoir dévissé de plus de 8% la semaine passée.

    🔎 Prix du baril sous les 80 $ : accalmie de passage

    Le lundi 06 février 2023

    Le baril de pétrole a chuté de 4 dollars, au prix du Brent, dans la journée de vendredi. Il a baissé juste en-dessous des 80 $, et a peu bougé depuis lors. La chute a eu lieu après la publication des chiffres de l’emploi, qui semblent trop positifs - et donc signaler plus de resserrement par la banque centrale américaine.

    Lire la suite

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite