Menu
A+ A A-

Pétrole: le baril new-yorkais se rattrape, aidé par les mesures de relance

prix du petrole Cours de clôtureCours de clôture: Le baril de pétrole new-yorkais, en s'envolant de près de 24% jeudi, a compensé presque toutes ses pertes de la veille grâce aux mesures de relance, à une chasse aux bonnes affaires et à des signes d'apaisement dans la guerre des prix entre Moscou et Ryad.
Le baril de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en avril a terminé à 25,22 dollars, en hausse de 4,85 dollars par rapport à la clôture de mercredi.

Celui de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en mai, coté à Londres, a gagné 14,4%, ou 3,59 dollars, pour finir à 28,47 dollars.

Mercredi, les deux barils de référence avaient connu une des pires journées de leur histoire, le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. s'écrasant de 24,4%, à 20,37 dollars, et le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de 13%, à 24,88 dollars.

Après avoir perdu environ la moitié de leur valeur en à peine deux semaines, ils étaient descendus à leurs plus bas niveaux depuis près de 20 ans.

Les inquiétudes planant à la fois sur l'offre et la demande d'or noir, et le climat général de panique sur les marchés, entraînent une volatilité très forte, si bien que "les pourcentages à deux chiffres" d'évolution sont devenus "une habitude presque quotidienne", note Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB.

Mais les multiples mesures de relance présentées par les autorités à travers le monde pour amortir le choc économique attendu de la pandémie de coronavirus, dont les banques centrales européenne et américaine, ont apporté un peu de répit aux cours de l'or noir jeudi.

La "chasse aux bonnes affaires" a également contribué à faire monter les prix, a de son côté estimé David Madden, de CMC Markets.

Autre élément encourageant: le vice-président de la société pétrolière russe Lukoïl, Leonid Fedun, a invité jeudi sur la chaîne de télévision du quotidien russe RBK la Russie et l'Arabie saoudite à reprendre les négociations pour stabiliser la situation sur le marché pétrolier.

Les deux pays se livrent une guerre des prix depuis l'échec de leurs négociations lors du dernier sommet de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

Selon un article du WSJ, l'administration américaine envisage d'intervenir auprès des deux parties pour les forcer à restreindre leur production.

Interrogé sur le sujet lors d'une conférence de presse, Donald Trump n'a pas confirmé ces informations, indiquant seulement que l'administration "était en train de chercher un terrain d'entente".

La situation est "dévastatrice pour la Russie" dont l'économie dépend des cours du brut et elle est tout aussi "mauvaise pour l'Arabie saoudite", a commenté le président. "Ils sont entrés dans une guerre des prix, de la production, et au moment opportun j'interviendrai", a-t-il déclaré.

Si la chute des prix de l'or noir affecte "une grande industrie" aux États-Unis, elle fait aussi baisser les prix à la pompe pour les consommateurs, une bonne nouvelle, a-t-il souligné.

Selon des chiffres diffusés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Énergie (EIA), le gallon d'essence (environ 3,8 litres) valait de fait en moyenne 2,343 dollars la semaine dernière, son plus bas niveau en plus d'un an.

Le rebond observé jeudi "représente toutefois plus la forte volatilité qui devrait continuer à ébranler les marchés mondiaux, qu'il ne signale que les prix sont prêts à rebondir fermement après avoir atteint un plancher", estime Robbie Fraser de Schneider Electric.

Les cours sont aussi aidés "par des achats d'instruments permettant de protéger les paris à la baisse et par le rebond des indices sur les marchés boursiers", selon Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

"Mais les prix devraient rester sous pression face à la forte baisse de la demande en brut", ajoute-t-il.

(c) AFP

Commenter Pétrole: le baril new-yorkais se rattrape, aidé par les mesures de relance


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 06 juin 2020 à 16:44

    L'Opep+ se penche sur les coupes dans la production de pétro…

    Vienne: Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), réunis en visioconférence, ont commencé samedi à débattre des suites de...

    vendredi 05 juin 2020 à 21:36

    L'Opep+ se penche dès samedi sur la baisse de la production

    Vienne: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires, dont la Russie, vont se retrouver dès samedi afin de donner...

    vendredi 05 juin 2020 à 19:22

    Mexico écarte toute nouvelle baisse de sa production, avant …

    Mexico: Le Mexique a écarté vendredi toute nouvelle baisse de sa production de pétrole à la veille de la réunion de l'Opep...

    vendredi 05 juin 2020 à 13:42

    L'Opep+ avance sa vidéoconférence ministérielle à samedi

    Vienne: L'Opep et ses principaux partenaires, dont la Russie, ont décidé d'avancer à samedi leur réunion par visioconférence, prévue la semaine prochaine...

    vendredi 05 juin 2020 à 12:14

    Le pétrole en hausse, les investisseurs attendent l'Opep+

    Londres: Les cours du pétrole s'appréciaient vendredi, les investisseurs étant optimistes malgré le flou qui entoure les discussions et le calendrier de...

    jeudi 04 juin 2020 à 21:28

    Le pétrole stable en attendant l'Opep+

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini proches de l'équilibre jeudi dans un marché s'interrogeant sur les négociations entre les...

    jeudi 04 juin 2020 à 12:11

    Le pétrole perd du terrain devant les atermoiements de l'Ope…

    Londres: Les cours du pétrole cédaient du terrain jeudi face aux incertitudes qui entourent les discussions des membres de l'Opep et de...

    mercredi 03 juin 2020 à 21:20

    Le pétrole progresse dans un marché attendant une décision d…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole sont montés mercredi après une séance volatile marquée par des rumeurs sur une entente a...

    mercredi 03 juin 2020 à 17:25

    🛢️ USA: les stocks de brut reculent, ceux de produits distil…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis sont repartis à la baisse la semaine dernière, surprenant le marché, tandis que...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 4 juin 2020 Selon les calculs du cabinet Kpler, l'OPEP+ a réduit sa production d'environ 8,6 millions de barils par jour (mbj MBJ Abréviation de Million(s) de Barils (de pétrole brut) par Jour, sachant qu'un baril équivaut environ à 159 litres soit 42 gallons américains.) en mai, soit moins que les 9,7 millions auxquels il s'était engagé le 12 avril. Parmi les mauvais élèves "du cartel OPEP élargi" figurent le Nigeria et l'Irak.

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite

    Le prix du pétrole peut-il rester bas pour longtemps ?

    Le jeudi 30 avril 2020 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du pétrole a beaucoup reculé à cause du coronavirus, alors que les efforts des producteurs pour stabiliser le marché sont restés vains. Le cours du pétrole peut-il rester bas longtemps ?

    Lire la suite

    Six semaines de descente aux enfers des cours du pétrole

    Le lundi 20 avril 2020 - Analyses des prix du pétrole

    Analyse: Les cours du baril de pétrole américain, le WTI, sont tombés en territoire négatif lundi, du jamais vu, entre des réserves mondiales qui arrivent à saturation et une demande anéantie par la pandémie de coronavirus.

    Lire la suite