Menu
A+ A A-

Pétrole: le baril new-yorkais se rattrape, aidé par les mesures de relance

prix du petrole Cours de clôtureCours de clôture: Le baril de pétrole new-yorkais, en s'envolant de près de 24% jeudi, a compensé presque toutes ses pertes de la veille grâce aux mesures de relance, à une chasse aux bonnes affaires et à des signes d'apaisement dans la guerre des prix entre Moscou et Ryad.
Le baril de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en avril a terminé à 25,22 dollars, en hausse de 4,85 dollars par rapport à la clôture de mercredi.

Celui de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en mai, coté à Londres, a gagné 14,4%, ou 3,59 dollars, pour finir à 28,47 dollars.

Mercredi, les deux barils de référence avaient connu une des pires journées de leur histoire, le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. s'écrasant de 24,4%, à 20,37 dollars, et le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de 13%, à 24,88 dollars.

Après avoir perdu environ la moitié de leur valeur en à peine deux semaines, ils étaient descendus à leurs plus bas niveaux depuis près de 20 ans.

Les inquiétudes planant à la fois sur l'offre et la demande d'or noir, et le climat général de panique sur les marchés, entraînent une volatilité très forte, si bien que "les pourcentages à deux chiffres" d'évolution sont devenus "une habitude presque quotidienne", note Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB.

Mais les multiples mesures de relance présentées par les autorités à travers le monde pour amortir le choc économique attendu de la pandémie de coronavirus, dont les banques centrales européenne et américaine, ont apporté un peu de répit aux cours de l'or noir jeudi.

La "chasse aux bonnes affaires" a également contribué à faire monter les prix, a de son côté estimé David Madden, de CMC Markets.

Autre élément encourageant: le vice-président de la société pétrolière russe Lukoïl, Leonid Fedun, a invité jeudi sur la chaîne de télévision du quotidien russe RBK la Russie et l'Arabie saoudite à reprendre les négociations pour stabiliser la situation sur le marché pétrolier.

Les deux pays se livrent une guerre des prix depuis l'échec de leurs négociations lors du dernier sommet de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

Selon un article du WSJ, l'administration américaine envisage d'intervenir auprès des deux parties pour les forcer à restreindre leur production.

Interrogé sur le sujet lors d'une conférence de presse, Donald Trump n'a pas confirmé ces informations, indiquant seulement que l'administration "était en train de chercher un terrain d'entente".

La situation est "dévastatrice pour la Russie" dont l'économie dépend des cours du brut et elle est tout aussi "mauvaise pour l'Arabie saoudite", a commenté le président. "Ils sont entrés dans une guerre des prix, de la production, et au moment opportun j'interviendrai", a-t-il déclaré.

Si la chute des prix de l'or noir affecte "une grande industrie" aux États-Unis, elle fait aussi baisser les prix à la pompe pour les consommateurs, une bonne nouvelle, a-t-il souligné.

Selon des chiffres diffusés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Énergie (EIA), le gallon d'essence (environ 3,8 litres) valait de fait en moyenne 2,343 dollars la semaine dernière, son plus bas niveau en plus d'un an.

Le rebond observé jeudi "représente toutefois plus la forte volatilité qui devrait continuer à ébranler les marchés mondiaux, qu'il ne signale que les prix sont prêts à rebondir fermement après avoir atteint un plancher", estime Robbie Fraser de Schneider Electric.

Les cours sont aussi aidés "par des achats d'instruments permettant de protéger les paris à la baisse et par le rebond des indices sur les marchés boursiers", selon Andy Lipow de Lipow Oil Associates.

"Mais les prix devraient rester sous pression face à la forte baisse de la demande en brut", ajoute-t-il.

(c) AFP

Commenter Pétrole: le baril new-yorkais se rattrape, aidé par les mesures de relance



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 12 avril 2024 à 21:40

    Le pétrole à un sommet de plus de cinq mois, le Moyen-Orient…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole sont montés vendredi à un sommet de plus de cinq mois, dopés par la perspective...

    vendredi 12 avril 2024 à 16:57

    Le pétrole au plus haut depuis octobre, le marché scrute les…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient vendredi, soutenus par le risque géopolitique, les investisseurs craignant des perturbations de l'approvisionnement mondial si le...

    vendredi 12 avril 2024 à 12:47

    Le pétrole soutenu par le risque géopolitique, le marché scr…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi, soutenus par le risque géopolitique, les investisseurs craignant des perturbations de l'approvisionnement mondial si le conflit...

    vendredi 12 avril 2024 à 11:21

    La croissance de la demande de pétrole continue de "s'e…

    Paris: L'appétit du monde pour le pétrole "continue de s'essouffler" sous l'effet de l'électrification du parc automobile et de la fin du...

    jeudi 11 avril 2024 à 16:10

    L'Opep maintient ses prévisions de progression de la demande…

    Vienne: L'appétit pour les transports, notamment aériens, devrait continuer à soutenir la demande mondiale d'or noir en 2024, indique jeudi l'Opep dans...

    jeudi 11 avril 2024 à 15:00

    Le pétrole oscille, entre le risque géopolitique et les stoc…

    New York: Les prix du pétrole hésitaient jeudi, pris entre les feux croisés de facteurs baissiers, comme la hausse des stocks hebdomadaires...

    jeudi 11 avril 2024 à 12:05

    Le pétrole grimpe avec le risque géopolitique malgré les sto…

    Londres: Les prix du pétrole progressaient jeudi, les investisseurs ayant les yeux rivés sur les possibles perturbations de l'approvisionnement en raison de...

    jeudi 11 avril 2024 à 10:35

    ExxonMobil réduit ses activités en France et supprime 677 em…

    Paris: Le géant pétrolier américain ExxonMobil a annoncé jeudi une réduction de ses activités à Port-Jérôme (Normandie), qui "devrait entraîner la suppression...

    mercredi 10 avril 2024 à 20:55

    Le pétrole en hausse malgré le bond des stocks et l'inflatio…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont enregistré un gain, mercredi, la menace d'une escalade entre Iran et Israël l'emportant sur...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 28 mars 2024 La banque internationale Standard Chartered estime que le resserrement des marchés pétroliers continuera à alimenter la hausse des prix du pétrole et prévoit que le Brent atteindra une moyenne de 94 dollars le baril au cours du deuxième trimestre 2024.

    📈 Prévisions des prix du pétrole Brent et WTI en 2023/2024 selon les experts du secteur

    Le vendredi 22 septembre 2023

    Paris: Morgan Stanley a revu à la hausse ses prévisions trimestrielles pour les prix du pétrole Brent en 2023 et 2024, attribuant cette révision à un déséquilibre de l'offre provoqué par la prolongation des réductions de production de l'Arabie saoudite et de la Russie.

    Lire la suite

    📈 Le conflit au Proche-Orient peut entraîner un choc sur les matières premières

    Le lundi 30 octobre 2023

    Washington: La guerre entre Israël et le Hamas, déclenchée par l'attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre, pourrait provoquer un nouveau choc de prix sur les matières premières, a alerté lundi la Banque mondiale (BM), dans son dernier rapport qui y est consacré.

    Lire la suite

    💶 Les plus grandes transactions dans le secteur du pétrole et du gaz depuis le début du siècle

    Le mercredi 11 octobre 2023

    Paris: La major américaine de l'énergie Exxon Mobil a déclaré qu'elle allait acquérir Pioneer Natural Resources dans le cadre d'une opération évaluée à 59,5 milliards de dollars, afin de plus que doubler sa présence dans le bassin permien, la plus grande zone de schiste des États-Unis.  Une fois l'opération réalisée, il s'agirait de la plus importante acquisition d'Exxon depuis celle de Mobil en 1998, qui s'élevait à 81 milliards de dollars. Voici les principales opérations réalisées dans le secteur mondial du pétrole et du gaz depuis les années 2000.

    Lire la suite