Logo

Le pétrole s'enfonce sous la menace des hausses de production

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole étaient en baisse mercredi, au lendemain d'un fort rebond après un lundi noir, pénalisés par les perspectives de hausse d'une production d'or noir déjà très abondante.
Vers 11H40 GMT (12H40 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en mai valait 35,91 dollars à Londres, en baisse de 3,52% par rapport à la clôture de mardi.

A New York, le baril américain de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour avril perdait 3,52%, à 33,15 dollars.

Les deux cours de référence ont pourtant progressé en cours de séance asiatique, dans la lignée de mardi, atteignant brièvement 39,70 dollars le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. et 36,35 dollars celui de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie..

"Après la chute historique des prix en début de semaine, la situation sur le marché du pétrole reste extrêmement volatile", a commenté Carsten Fristch, analyste de Commerzbank.

"Cette phase de fortes fluctuations des prix devrait se poursuivre pendant encore un certain temps", a-t-il ajouté.

Après l'échec des négociations la semaine dernière à Vienne entre les pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) emmenés par l'Arabie saoudite et leurs alliés, dont la Russie, Ryad a décidé d'ouvrir les vannes et a déclenché une guerre des prix qui s'est traduite lundi sur les marchés par une chute historique des cours d'environ 25%, la pire séance depuis le début de la guerre du Golfe en 1991, avant un rebond de 10% le lendemain.

Mais le bras de fer continuait mercredi, la compagnie nationale saoudienne Saudi Aramco annonçant qu'elle envisageait d'augmenter encore davantage sa capacité de production de pétrole d'un million de barils par jour (mbj) pour la porter à 13 mbj, soit plus de 3 mbj de plus que sa production actuelle, sur un marché qui souffre déjà d'une offre excédentaire.

Les Emirats arabes unis se sont également dit prêts mercredi à augmenter leur approvisionnement en pétrole de plus d'un million de baril par jour, a annoncé mercredi Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC).

"Ce n'est probablement pas la meilleure option", a réagi le ministre de l'Energie russe Alexandre Novak, cité par les agences russes, ajoutant que les discussions se poursuivaient avec les ministres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de l'OPEP+.

(c) AFP

Commenter Le pétrole s'enfonce sous la menace des hausses de production


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.