Menu
A+ A A-

Le pétrole plonge, les Bourses du Golfe se noient

  • Cours du pétrole
prix du petroleDubaï: Les Bourses du Golfe ont plongé lundi dans le sillage de l'effondrement des cours du pétrole en raison du déclenchement par l'Arabie saoudite d'une guerre des prix qui fait chuter les marchés mondiaux.
Cette dégringolade est la conséquence du plongeon des prix du brut après l'échec vendredi de négociations entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et la Russie sur des réductions de production pour soutenir les prix, affectés par l'épidémie de nouveau coronavirus, et faire face à une baisse de la demande mondiale.

En réponse, l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de brut, a entamé une guerre des prix en procédant dimanche à sa plus grande réduction en une vingtaine d'années.

Les cours du pétrole se sont effondrés de plus de 30% lundi matin en Asie, leur chute la plus sévère depuis la guerre du Golfe de 1991, après la décision saoudienne. Dans les échanges européens, ils ont limité un peu la casse, perdant tout de même 20%, avec un baril largement en dessous des 40 dollars.

Lundi, la Bourse de Ryad, la plus importante du Golfe, a clôturé en baisse de 7,8%.

Le titre de Saudi Aramco, géant pétrolier qui pompe plus de 9 millions de barils par jour, a perdu 5,5% après avoir enregistré une chute de 10% à l'ouverture.

Son prix s'est enfoncé bien en dessous de celui de son introduction en Bourse (32 riyals) en grande pompe en décembre.

Ces deux derniers jours, la valorisation d'Aramco, plus grande entreprise cotée au monde, a perdu 250 milliards de dollars.

Sa capitalisation boursière s'élève désormais à environ 1.510 milliards de dollars, bien en dessous des 2.000 milliards de dollars un temps visés par le royaume.

Plus bas niveau

L'indice principal de la place du Koweït, Premier Index, a dégringolé de 10,3% et les échanges y ont été suspendus pour le deuxième jour consécutif, tandis que l'indice All-Shares a chuté de 8,6%.

Dans le Golfe, les échanges sont automatiquement suspendus quand un titre ou l'ensemble de la Bourse chutent de 10% ou augmentent de 15%.

La place de Dubaï a dévissé de 8,3%, atteignant son plus bas niveau depuis sept ans et les autorités ont suspendu les échanges pour la majorité des principales valeurs après qu'elles eurent perdu 10%.

La Bourse d'Abou Dhabi a dégringolé de 8,1%, atteignant son plus bas niveau en quatre ans, tandis que la place du Qatar a chuté de 9,7%.

Les marchés financiers, moins importants, d'Oman et de Bahreïn ont baissé respectivement de 5,6% et 5,8%.

Les Bourses des pays du Golfe avaient déjà plongé dimanche, premier jour de la semaine dans le Golfe, accusant des pertes se chiffrant en dizaines de milliards de dollars.

Ces pays dépendent du pétrole pour 70 à 90% de leurs recettes publiques et se démenaient déjà pour faire face à la baisse des prix afin de combler leur déficit budgétaire persistant.

"Aussi longtemps qu'il le faudra"

Les discussions entre l'Opep et ses alliés, la Russie en tête, portaient sur une réduction supplémentaire de 1,5 million de barils par jour qui se serait ajoutée aux réductions décidées dès 2017 et reconduites depuis par le cartel et ses partenaires pour soutenir les prix.

Mais la Russie, deuxième producteur mondial après l'Arabie saoudite, a refusé de baisser davantage la production.

En réponse, Ryad a réduit son prix pour livraison en avril de 6 dollars par baril comparé au mois de mars en Asie, de 7 dollars aux États-Unis et de 6 à 8 dollars en Europe occidentale et en région méditerranéenne où la Russie vend une grande partie de sa production.

Les Saoudiens "réagissent au refus de la Russie en lançant une guerre des prix", a déclaré à l'AFP Bill Farren-Price, directeur du centre de recherche britannique spécialisé RS Energy.

L'Arabie saoudite va faire continuer la bataille des prix du pétrole "aussi longtemps qu'il le faudra", estime Anas al-Hajji, un expert en pétrole basé au Texas.

"Etant donné la forte baisse des prix, on espère qu'ils recommenceront à coopérer en mai (...) mais cela se produira très probablement en juillet", date à laquelle les réunions de l'OPEP sont prévues, a déclaré M.Hajji à l'AFP.

(c) Afp

Commenter Le pétrole plonge, les Bourses du Golfe se noient


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 17 janvier 2022 à 15:20

    ⛽️ Forte hausse des prix des carburants en ce début d'année …

    Paris: Les prix des carburants routiers vendus dans les stations-service en France poursuivaient leur hausse la semaine passée. Pour sa part, la moyenne des cours du pétrole...

    lundi 17 janvier 2022 à 14:47

    Le pétrole Brent au plus haut en trois ans, dopé par des ten…

    Londres: Le prix du pétrole brut a atteint lundi un sommet en trois ans, dopé par les perturbations de l'offre en Libye...

    lundi 17 janvier 2022 à 12:50

    Le pétrole Brent touche un plus haut en trois ans

    Londres: Les cours du pétrole prolongeaient leurs gains lundi, le prix du baril Brent européen touchant un plus haut de trois ans...

    vendredi 14 janvier 2022 à 21:47

    Le pétrole au plus haut en deux mois et demi, proche de son …

    New York: Les cours du pétrole ont grimpé vendredi à leurs plus hauts depuis deux mois et demi, alors que la production...

    vendredi 14 janvier 2022 à 12:43

    Le pétrole au plus haut en deux mois, inquiétudes sur l'offr…

    Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi à leurs plus hauts en plus de deux mois, alors que la production d'or noir...

    jeudi 13 janvier 2022 à 21:36

    Le pétrole se stabilise à haut niveau avant un indicateur ch…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont enregistré un léger repli jeudi, toujours proches des records de la pandémie, dans l'attente...

    jeudi 13 janvier 2022 à 12:17

    Le pétrole stagne, proche des records de prix enregistrés pe…

    Londres: Les cours du pétrole se stabilisaient jeudi, après une forte hausse la veille, à un niveau proche des records de prix...

    jeudi 13 janvier 2022 à 09:19

    Les prix du pétrole marquent une pause après une phase de ha…

    Zurich : Après avoir encore grimpé mercredi suite à la forte baisse des stocks américains de brut, les prix du pétrole marquaient...

    mercredi 12 janvier 2022 à 21:30

    Le pétrole approche les records d'octobre après une forte ba…

    New York: Les cours du pétrole ont encore grimpé mercredi grâce à la forte baisse des stocks américains de brut, au point...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📈 Les prix du pétrole pourraient atteindre 125$ en 2022 et 150$ en 2023

    Le mercredi 01 décembre 2021 - L'actualité des prix du pétrole

    New York: Le prix du pétrole brut pourrait s'envoler à 125 dollars le baril l'année prochaine et à 150 dollars en 2023 en raison de la capacité limitée de l'OPEP à augmenter sa production, estiment les analystes de JP Morgan dans leur nouveau rapport.

    Lire la suite

    📉 En novembre 2021, le prix du pétrole diminue un peu

    Le vendredi 17 décembre 2021 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2021, le prix du pétrole en euros se replie (-1,4 % après +13,8 % en octobre).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) baissent légèrement (-0,6 % après +3,3 %) sous l'effet du recul de ceux des matières premières industrielles (-4,7 % après +4,5 %). Les prix des matières premières alimentaires, pour leur part, restent orientés à la hausse (+2,4 % après +2,5 %). Le prix du pétrole se replie En novembre 2021, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) recule (-3,0 % après +12,1 %)...

    Lire la suite

    Puiser dans les réserves stratégiques de pétrole, mesure rare et temporaire

    Le mardi 23 novembre 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Washington: En butte à l'accélération de l'inflation qui mécontente les Américains, le président Joe Biden a annoncé mardi que les Etats-Unis allaient puiser dans leurs réserves stratégiques de pétrole pour tenter de faire baisser les prix de l'essence à la pompe, une initiative rarement utilisée.Cinquante millions de barils de brut américain vont être déversés sur le marché, accompagnés d'une contribution de la Chine, de l'Inde, du Japon, de la Corée du Sud et du Royaume-Uni. L'Inde a précisé qu'elle participerait à hauteur de 5 millions de barils.

    Lire la suite