Menu
A+ A A-

Le baril de pétrole londonien sous 50 dollars pour la première fois depuis 2017

prix du petrole Cours de clôtureCours de clôture: Le baril londonien a terminé jeudi à son plus bas niveau en deux ans et demi, les investisseurs se demandant si la Russie allait accepter la proposition de l'Opep de réduire encore plus sa production pour enrayer la chute des cours liée au coronavirus.
Le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en mai a perdu 2,2% ou 1,14 dollar à 49,99 dollars, un niveau plus vu depuis juillet 2017.

A New York, le baril américain de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour avril a lui perdu 1,9% ou 88 cents à 45,90 dollars.

Réunis à Vienne, les 13 membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ont proposé jeudi une coupe drastique de 1,5 million de barils par jour jusque fin juin 2020 pour faire face à la forte baisse de la demande, affectée par l'épidémie de pneumonie virale.

Cette recommandation doit désormais être acceptée vendredi par les 10 partenaires extérieurs de l'organisation, dont la Russie.

"Si l'Arabie saoudite semble avoir réussi à persuader les autres membres de l'OPEP de soutenir cette décision, la Russie reste sceptique", prévient Robbie Fraser de Schneider Electric.

Deuxième producteur mondial de brut derrière les États-Unis et devant l'Arabie saoudite, Moscou a en effet basé ses prévisions budgétaires sur un baril à 42,4 dollars et répète se satisfaire du niveau actuel des prix.

Pour les majors russes, tout baril retiré du marché implique une baisse des rentrées financières et le risque de céder des parts de marché aux États-Unis qui inondent la planète de leur pétrole de schiste.

Depuis début 2017, l'OPEP et ses alliés sont liés par un accord de réduction de leur production quotidienne. Révisé en décembre, il vise à retirer 1,7 million de barils du marché.

De son côté, l'Arabie saoudite s'est engagée à ôter 400.000 barils de plus à titre personnel.

Par ailleurs, la production libyenne a chuté de manière spectaculaire depuis près d'un mois et demi après des blocages de terminaux pétroliers par des opposants au régime.

"En résumé, avec ou sans accord, il n'y aucune garantie que la réunion de Vienne ait un impact majeur sur le niveau actuel de production ou sur les exportations", prédit M. Fraser, étant donné que les coupes actuelles dépassent déjà largement les termes de l'accord de réduction.

Plusieurs analystes estimaient toutefois qu'un refus de la Russie ferait probablement encore plus chuter les cours de l'or noir.

(c) AFP

Commenter Le baril de pétrole londonien sous 50 dollars pour la première fois depuis 2017


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 30 juillet 2021 à 14:53

    Chevron, aidé par le rebond de la demande en énergie, gâte s…

    New York: Le groupe américain d'hydrocarbures Chevron a dépassé les attentes au deuxième trimestre, ses activités de production de pétrole et de...

    vendredi 30 juillet 2021 à 14:21

    ExxonMobil dopé par le rebond de la demande en énergie au 2e…

    New York: La major pétrolière américaine ExxonMobil, portée par le rebond de la demande pour le pétrole, le gaz et ses produits...

    vendredi 30 juillet 2021 à 11:58

    Le pétrole fléchit légèrement mais conserve des gains sur la…

    Londres: Les prix du pétrole étaient en léger repli vendredi mais s'appréciaient sur l'ensemble de la semaine, bien aidés par la petite...

    vendredi 30 juillet 2021 à 10:05

    Eni fait mieux qu'attendu et retrouve ses niveaux d'avant la…

    Milan: Le géant italien des hydrocarbures Eni a annoncé vendredi être revenu dans le vert au second trimestre grâce aux cours élevés...

    jeudi 29 juillet 2021 à 21:18

    Le pétrole profite du dollar faible, se rapproche de ses plu…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse jeudi, profitant toujours d'une baisse des réserves aux Etats-Unis ainsi que...

    jeudi 29 juillet 2021 à 20:55

    Pétrole au Venezuela: PDVSA rachète des parts de TotalEnergi…

    Caracas: Une filiale du géant pétrolier d'Etat vénézuélien PDVSA a racheté les parts du Français TotalEnergies et du Norvégien Equinor dans Petrocedeño...

    jeudi 29 juillet 2021 à 13:39

    Les compagnies pétrolières européennes profitent de la hauss…

    Londres: Les géants européens des hydrocarbures Royal Dutch Shell et TotalEnergies ont profité à plein du fort rebond des prix du pétrole...

    jeudi 29 juillet 2021 à 11:59

    Le pétrole avance sur fond de stocks et de dollar plus faibl…

    Londres: Les prix du pétrole continuaient sur leur lancée jeudi, tirés vers la haut par un dollar plus faible et des stocks...

    jeudi 29 juillet 2021 à 10:33

    Shell engrange à nouveau des bénéfices grâce à la hausse des…

    Londres: Le géant des hydrocarbures Royal Dutch Shell a annoncé jeudi un bénéfice net de 3,4 milliards de dollars (environ 3,1 milliards...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 13 juillet 2021 La demande mondiale de pétrole a continué à croître en juin avec la reprise économique, a annoncé mardi l'Agence internationale de l'énergie (AIE), pour atteindre désormais 96,8 millions de barils par jour. A ce rythme, la demande mondiale, qui s'était effondrée avec la pandémie de Covid-19, devrait dépasser les niveaux d'avant la crise d'ici la fin 2022, selon elle.

    En mai 2021, le prix du pétrole se redresse

    Le vendredi 25 juin 2021 - Analyses des prix du pétrole

    En mai 2021, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après −1,5 % en avril). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) ralentissent (+3,9 % après +5,2 %), à l’image des matières premières alimentaires (+1,8 % après +6,8 %). En revanche, les prix des matières premières industrielles accélèrent (+6,5 % après +3,2 %). Le prix du pétrole se redresse En mai 2021, le prix en euros du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) se redresse (+4,3 % après −1,5  %), s’établissant à 56.4 € en moyenne par...

    Lire la suite

    Rien ne semble freiner les cours pétroliers, un an après leur plongeon

    Le mardi 20 avril 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Londres: Il y a un an, les cours du brut sombraient dans les abîmes, anéantis par la pandémie et les dissensions au sein de l'Opep+. Ils ont depuis refait surface et continuent à grimper, dopés par la vaccination et les espoirs de reprise.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2020

    Le mardi 12 janvier 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2020.

    Lire la suite