Menu
A+ A A-

Face au coronavirus, le pétrole au plus bas depuis un an à New York

prix du petrole Cours de clôtureCours de clôture: Le pétrole a poursuivi sa chute mercredi matin, le baril américain de WTI tombant à un niveau plus vu depuis janvier 2019 dans un marché qui continue de s'inquiéter de la propagation du nouveau coronavirus.
Le baril de référence aux États-Unis, le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie., pour livraison en avril a baissé de 2,3%, ou 1,17 dollar, pour terminer à 48,73 dollars.

A Londres, le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison à la même échéance a reculé de 1,52 dollar, ou 2,8%, pour clôturer à 53,43 dollars.

Depuis jeudi dernier, le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. a perdu 9,4% et le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. 9,9%.

"Les craintes d'une pandémie mondiale de Covid-19 se multiplient suite aux dernières informations en provenance d'Europe et des États-Unis et affectent également les marchés financiers: la confiance des investisseurs en souffre fortement", a expliqué Eugen Weinberg, analyste pour Commerzbank.

L'épidémie apparue en décembre dans le centre de la Chine a déjà atteint un pic dans ce pays, où elle a contaminé quelque 78.000 personnes dont plus de 2.700 sont mortes, ont indiqué mercredi les autorités chinoises.

Mais elle touche de plus en plus de pays et l'épidémie a débarqué en Amérique latine, jusqu'ici épargnée, en y entrant par le Brésil, tout en continuant à se propager en Europe et en Asie, attisant l'anxiété dans le monde entier.

Les cours du brut ont accéléré leur chute en fin de séance mercredi "après des informations de presse évoquant des tests effectués sur plus de 80 personnes dans le comté de Nassau", près de New York, a souligné Robert Yawger de Mizuho. "Si des cas se confirment, cela augmenterait drastiquement le nombre de personnes concernées aux États-Unis", a-t-il ajouté.

Le président américain, Donald Trump, devait s'exprimer sur cette crise lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche dans la soirée, à 23H00 GMT, en présence de responsables des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

"La peur d'une pandémie est clairement la principale préoccupation des marchés financiers actuellement", a renchéri Daniel Ghali, de TD Securities. "Le marché de l'énergie est particulièrement vulnérable car il pâtit directement des mesures prises pour limiter la propagation, avec notamment les restrictions sur les voyages".

Les cours se sont bien un peu redressés en cours de séance après la publication du rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) montrant une hausse bien plus faible que prévu des stocks de brut aux États-Unis et une diminution significative des réserves d'essence et de produits distillés dans le pays.

Mais ce répit a été temporaire et les cours sont rapidement repartis à la baisse.

Dans ce contexte, les acteurs du marché sont à l'affût de tout signe sur les intentions des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de leurs alliés, dont la Russie, qui se réunissent la semaine prochaine à Vienne, en Autriche, pour se mettre d'accord sur une stratégie visant à soutenir les cours.

(c) AFP

Commenter Face au coronavirus, le pétrole au plus bas depuis un an à New York


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 26 février 2021 à 11:51

    Le pétrole recule au lendemain de nouveaux records en plus d…

    Londres: Les cours du pétrole restaient gagnants sur la semaine mais cédaient du terrain vendredi, après les plus hauts depuis janvier 2020...

    jeudi 25 février 2021 à 22:07

    Le pétrole fait une pause, en attendant l'Opep+

    Cours de clôture: Après une marche en avant alimentée par un optimisme sur la reprise économique mondiale et la perturbation de la...

    jeudi 25 février 2021 à 15:21

    Le pétrolier Shell voit la demande en GNL doubler d'ici 2040

    Londres: La demande mondiale de gaz naturel liquéfié (GNL) devrait quasi doubler pour atteindre 700 millions de tonnes d'ici 2040, tirée par...

    jeudi 25 février 2021 à 12:22

    Le pétrole recherché, nouveaux records en plus d'un an

    Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur hausse, malgré des stocks de brut qui augmentent aux Etats-Unis et la perspective d'un retour...

    mercredi 24 février 2021 à 21:56

    Le pétrole au plus haut depuis début janvier 2020

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint mercredi leur plus haut niveau depuis plus d'un an, poussés par un recul...

    mercredi 24 février 2021 à 18:21

    🛢️ USA: hausse surprise des stocks de pétrole brut, les cour…

    Washington: Les réserves de pétrole brut aux Etats-Unis ont augmenté la semaine dernière par rapport à la semaine d'avant, à la surprise...

    mercredi 24 février 2021 à 12:14

    BP veut utiliser les profits des hydrocarbures pour sa trans…

    Londres: Le géant pétrolier britannique BP, qui vise la neutralité carbone à horizon 2050, voit dans les hydrocarbures une source de profits...

    mercredi 24 février 2021 à 12:14

    Le pétrole bringuebalé par les stocks américains

    Londres: Les cours du pétrole tournaient autour de l'équilibre mercredi, les investisseurs se montrant attentifs à l'état des stocks de brut aux...

    mardi 23 février 2021 à 22:26

    Le pétrole stable après de nouveaux records en plus d'un an …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont battu en retraite après de niveaux records atteints mardi en matinée, pour terminer proches...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 12 février 2021 Les cours des deux principales références européenne et américaine du brut, qui ont passé une grande partie de la journée dans le rouge, sont repartis à la hausse et même au-delà de leurs précédents plus hauts, revenant à des prix plus vus depuis respectivement les 24 et 10 janvier 2020.

    En décembre 2020, le prix du pétrole accélère

    Le mardi 26 janvier 2021 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2020, le prix du pétrole en euros accélère (+13,9 % après +5,6 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +2,4 %), du fait de ceux des matières premières industrielles (+8,9 % après +3,9 %). En revanche, les prix des matières premières alimentaires se replient (−1,5 % après +0,7 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En décembre 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) accélère (+13,9 % après +5,6 % en novembre), s’établissant à 41,1 € en...

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2020

    Le mardi 12 janvier 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2020.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite