Menu
A+ A A-

Le pétrole, surveillant le coronavirus et l'Opep, monte

prix du petrole Cours de clôtureCours de clôture: Les prix du pétrole ont de nouveau terminé en hausse jeudi, rassérénés par l'espoir d'une réduction de la production des membres du groupe Opep+ et les mesures prises pour lutter contre l'épidémie de coronavirus.
A Londres, le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en avril s'est apprécié de 55 cents, ou 1,0%, pour terminer à 56,34 dollars.

A New York, le baril américain de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour mars a gagné 25 cents, ou 0,5%, pour finir à 51,42 dollars.

Ils avaient déjà bien progressé au cours des deux séances précédentes.

"Les mesures que le groupe OPEP+ va peut-être prendre et les efforts engagés pour contenir la propagation de la maladie Covid-19 laissent un peu de place à l'optimisme", avance Robbie Fraser, de Schneider Electric.

le bilan de l'épidémie s'est alourdi jeudi, la Chine annonçant notamment plus de 15.000 contaminations supplémentaires. Mais ce bond est dû en partie à une nouvelle méthodologie utilisée pour recenser les cas d'infection.

"Dans les semaines à venir, l'attention des courtiers va probablement se focaliser de plus en plus sur la décision de l'OPEP+, dont les membres doivent se réunir en mars", souligne M. Fraser.

Ce groupe, qui réunit les 13 membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et dix autres puissances pétrolières, dont la Russie, est lié depuis fin 2016 par un accord de limitation de sa production destiné à soutenir les cours du brut face à une offre abondante.

Depuis l'apparition du coronavirus, "l'Arabie saoudite pousse pour des coupes supplémentaires mais la Russie reste réticente", rappelle M. Fraser.

"Au minimum, les membres devraient décider d'étendre les quotas actuellement en place pour trois mois supplémentaires jusqu'à la prochaine réunion formelle en juin", avance-t-il. "La vraie question est de savoir si le groupe peut se mettre d'accord sur une réduction supplémentaire d'au moins 500.000 barils par jour".

Cité par des agences russes, le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a indiqué jeudi aux journalistes que la Russie n'avait pas encore pris sa décision, qui sera annoncée "en temps voulu".

Par ailleurs, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a prévenu jeudi des conséquences "significatives" sur la demande de pétrole de l'épidémie de Covid-19, révisant à la baisse de 365.000 barils par jour ses attentes concernant la croissance de la demande de brut pour 2020.

Alors que l'impact de l'épidémie au niveau mondial est encore en train d'être évalué, il y a "déjà un important ralentissement de la consommation de pétrole et de l'économie en Chine plus largement", selon l'agence.

L'OPEP avait déjà fortement révisé à la baisse mercredi sa prévision de croissance de la demande mondiale de brut cette année, soulignant l'impact en Chine du coronavirus sur les carburants pour le transport, notamment l'aviation.

Dans l'immédiat toutefois, "on n'a pas encore vu les flux de pétrole à destination de l'Asie de l'est diminuer", remarque Amir Richani, de ClipperData.

Dans la mesure où ces cargaisons ont été achetées avant la propagation, "le réel effet sur les importations chinoises de brut ne sera peut-être pas visible avant mars", estime-t-il. "Et même alors, le bilan sera peut-être rendu confus par le fait que certains acheteurs ont profité de la baisse des cours du brut pour augmenter leurs stocks", souligne le spécialiste.

(c) AFP

Commenter Le pétrole, surveillant le coronavirus et l'Opep, monte



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 19 avril 2024 à 11:05

    Le pétrole se stabilise, espoirs de désescalade malgré les e…

    Londres: Les cours du pétrole montaient à peine vendredi en fin de matinée, après avoir pourtant bondi temporairment de plus de 4%...

    jeudi 18 avril 2024 à 22:00

    Quatrième séance de baisse d'affilée pour le pétrole Brent

    Cours de clôture: Le prix du baril de Brent de la mer du Nord a enchaîné jeudi une quatrième séance de baisse...

    jeudi 18 avril 2024 à 11:55

    Le pétrole en baisse, l'économie l'emporte sur la géopolitiq…

    Londres: Les prix du pétrole restaient dans le rouge jeudi, les investisseurs se concentrant sur les perspectives économiques américaines mitigées alors que...

    mercredi 17 avril 2024 à 21:05

    Le pétrole chute, plombé par la retenue israélienne et les s…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse mercredi, entraînés par des signes de retenue d'Israël dans sa...

    mercredi 17 avril 2024 à 18:45

    USA: Nouvelle hausse des stocks de pétrole brut après ajuste…

    NYC / Stocks aux USA: Les stocks de pétrole ont de nouveau enregistré une hausse hebdomadaire plus importante que prévu aux Etats-Unis...

    mercredi 17 avril 2024 à 11:25

    Le pétrole baisse, entre risque géopolitique et économie amé…

    Londres: Les cours du pétrole baissaient encore mercredi, la réponse d'Israël à l'attaque iranienne se faisant toujours attendre, les investisseurs mettant en...

    mardi 16 avril 2024 à 21:30

    Le pétrole stagne en attendant une réponse d'Israël à l'atta…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole sont restés quasiment stables mardi, les traders restant dans l'expectative d'une réaction d'Israël à une...

    mardi 16 avril 2024 à 11:30

    Le pétrole patiente, le marché attend la réponse d'Israël à …

    Londres: Les prix du pétrole fléchissaient légèrement mardi, les investisseurs attendant la réaction d'Israël après une attaque de l'Iran sur son sol...

    lundi 15 avril 2024 à 22:00

    Le pétrole baisse après une attaque iranienne sur Israël lar…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont légèrement baissé lundi après une attaque de l'Iran contre Israël largement déjouée avec l'aide...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 28 mars 2024 La banque internationale Standard Chartered estime que le resserrement des marchés pétroliers continuera à alimenter la hausse des prix du pétrole et prévoit que le Brent atteindra une moyenne de 94 dollars le baril au cours du deuxième trimestre 2024.

    📊 Qui sont les plus grands producteurs de pétrole ? 

    Le mercredi 14 septembre 2022

    Dans le secteur économique, le pétrole constitue la matière première incontournable puisqu’il assure le bon fonctionnement de l’agriculture, des transports, des industries et bien d’autres. C’est pour cette raison qu’il est très échangé partout dans le monde avec ses dérivés tels que l’essence, le gazole, le fioul… Les principaux pays producteurs de pétrole proviennent généralement du Moyen-Orient et de l’Amérique du nord. Découvrez ci-dessous le classement mondial des plus grands producteurs de pétrole, basé sur les dernières données statistiques de BP en 2022, l’une des plus grandes compagnies pétrolières au monde.

    Lire la suite

    🔎 Qu'est-ce que l'OPEP+ et quel est son impact sur les prix du pétrole ?

    Le lundi 20 novembre 2023

    Paris: L'OPEP+, coalition entre les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d'autres producteurs majeurs tels que la Russie, exerce une influence majeure sur les marchés pétroliers mondiaux. Explorons le rôle de l'OPEP+ et analysons son impact significatif sur les fluctuations des prix du pétrole.

    Lire la suite

    📉 Le pétrole restera volatil en 2024, selon BofA

    Le vendredi 05 janvier 2024

    New York: Les compagnies pétrolières et les raffineurs américains devraient être confrontés à une nouvelle période difficile en 2024, ont écrit les analystes de Bank of America (BofA) dans une note vendredi, qui s'attendent à ce que le baril de Brent atteigne 80 dollars en moyenne cette année.

    Lire la suite