Menu
A+ A A-

Le pétrole poursuit sa baisse sur fond d'apaisement entre USA et Iran

prix du petrole Cours de clôtureCours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en nette baisse lundi, après avoir été secoués la semaine dernière par une phase d'escalade puis de détente entre les Etats-Unis et l'Iran.
A Londres, le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en mars a reculé de 78 cents, ou 1,2%, pour finir à 64,20 dollars.

A New York, le baril américain de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour février a cédé 96 cents, ou 1,6% à 58,08 dollars.

L'or noir avait déjà baissé la semaine dernière de 5,3% pour le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. et de 6,4% pour le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie., après cinq semaines consécutives de hausse.

"On assiste ce lundi à la continuation de ce qu'on a vu depuis l'apaisement des tensions entre Washington et Téhéran", qui s'étaient soudainement ravivées après la mort début janvier d'un puissant général iranien, visé par un raid américain à Bagdad, estime Bark Melek de TD Securities. "On ne s'attend plus à un cycle de mesures de représailles entre les deux pays", juge-t-il.

Aussi les investisseurs se focalisent-ils de nouveau selon lui sur la question de l'équilibre entre l'offre et la demande.

"Comme d'autres, notre modèle prévoit un surplus d'au moins un million de barils par jour en ce début d'année, y compris en prenant en compte l'engagement de l'OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) à limiter sa production", indique le spécialiste.

Dans le même temps, "si on regarde les derniers indicateurs sur l'industrie manufacturière ou l'emploi aux États-Unis, on n'a pas beaucoup de raisons de penser que la demande va commencer à accélérer subitement", ajoute M. Melek.

Il est aussi possible selon lui qu'avec la montée des indices boursiers à des sommets inédits à Wall Street, "on assiste à une rotation depuis les matières premières vers le marché des actions", relève-t-il.

Sauf "nouvelles tensions" au Moyen-Orient, la semaine sera surtout animée par la signature de l'accord commercial de "phase 1" entre les États-Unis et la Chine prévue à Washington mercredi, avance Michael Hewson, de CMC Markets.

La plupart des analystes gardent aussi un oeil attentif sur l'Iran, dont le week-end a été marqué par des manifestations.

A Téhéran, la police antiémeute s'est déployée en masse dimanche après un appel à manifester en soirée. La veille, les forces de l'ordre avaient dispersé un rassemblement à la mémoire des victimes de l'avion de ligne ukrainien abattu par erreur le 8 janvier, qui a viré à la manifestation contre les autorités.

Si la République islamique "choisit d'écraser les manifestations comme elle l'a fait il y a deux mois, cela pourrait rapidement mettre un terme à la phase de détente entre les États-Unis et l'Iran", a pointé Carsten Fritsch, analyste de Commerzbank.

(c) AFP

Commenter Le pétrole poursuit sa baisse sur fond d'apaisement entre USA et Iran


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 26 novembre 2022 à 20:43

    L'Ukraine veut plafonner le pétrole russe entre 30 et 40 dol…

    Kiev: Le président ukrainien Volodimir Zelensky a déclaré samedi que le prix du pétrole russe transporté par voie maritime devrait être plafonné...

    vendredi 25 novembre 2022 à 21:00

    Le pétrole en baisse, l'incertitude pèse sur le marché

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse vendredi, orientés par l'incertitude qui pèse sur le marché, quant au...

    vendredi 25 novembre 2022 à 12:50

    Le pétrole remonte, les débats sur un plafond des prix russe…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi alors que les débats se poursuivent au sein de la coalition qui veut plafonner le...

    jeudi 24 novembre 2022 à 18:50

    Un plafonnement du prix du pétrole russe à 65 / 70 dollars p…

    Moscou: Le plafonnement prévu du prix du baril de pétrole russe entre 65 et 70 dollars ne devrait pas réduire immédiatement les...

    jeudi 24 novembre 2022 à 18:25

    Le pétrole se stabilise, faible impact du plafond des prix d…

    Londres: Les prix du pétrole stagnaient jeudi, encore freinés par la perspective d'un plafonnement du prix du pétrole russe peu restrictif et...

    jeudi 24 novembre 2022 à 12:27

    Le pétrole baisse, faible impact du plafond des prix du brut…

    Londres: Les prix du pétrole fléchissaient encore jeudi, lestés par la perspective d'un plafonnement du prix du pétrole russe peu restrictive et...

    jeudi 24 novembre 2022 à 09:00

    Les prix du pétrole poursuivent leur glissade

    Paris: Les prix du pétrole poursuivaient leur repli jeudi, après avoir nettement fléchi la veille au soir, la variété d'or noir de...

    mercredi 23 novembre 2022 à 21:55

    Le pétrole glisse encore, peu d'effet attendu du plafonnemen…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont encore reculé nettement mercredi, toujours orientés par la résurgence de la pandémie de Covid-19...

    mercredi 23 novembre 2022 à 18:55

    Les États-Unis sont prêts à autoriser Chevron à augmenter la…

    Washington: Chevron pourrait obtenir l'approbation des États-Unis pour étendre considérablement ses opérations au Venezuela dès samedi, une fois que le gouvernement vénézuélien...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le mercredi 16 novembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    📉 En octobre 2022, le cours du pétrole rebondit

    Le jeudi 24 novembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2022, le prix en euros du pétrole rebondit (+4,8 % après ‑8,8 % en septembre). Le prix du pétrole rebondit En octobre 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) repart à la hausse (+4,0 % après ‑10,8 % en septembre), s’établissant en moyenne à 93,3 dollars.En euros, la hausse est un peu plus marquée (+4,8 % après ‑8,8 %), s’établissant en moyenne à 95 €, en raison de la dépréciation en octobre de l’euro vis-à-vis du dollar. Cours du pétrole Brent - octobre 2022

    Lire la suite

    Les prix du pétrole sont prêts à s'envoler cet hiver

    Le mardi 08 novembre 2022 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: Dans moins d'un mois (le 5 décembre), un embargo sur les exportations maritimes de pétrole brut russe vers l'Union européenne entrera en vigueur. En conséquence, l'offre mondiale de pétrole devrait se resserrer considérablement, la Russie étant le plus grand exportateur de pétrole et de carburants au monde. Le marché pétrolier s'y prépare.

    Lire la suite