Logo

Le pétrole sous pression, inquiétudes sur le commerce

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole baissaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens, pénalisés par les inquiétudes du marché concernant les tensions sino-américaines et en attendant la publication des stocks aux Etats-Unis.
Vers 10H30 GMT (11H30 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en février valait 63,97 dollars à Londres, en baisse de 0,58% par rapport à la clôture de mardi.

A New York, le baril américain de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour janvier perdait 0,52% à 58,93 dollars.

Malgré les nouvelles baisses de production annoncées vendredi par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés, le pétrole est sous pression, ont relevé plusieurs analystes.

Pour Warren Patterson et Wenyu Yao, analystes chez ING, cela s'explique par les inquiétudes commerciales alors que le principal conseiller économique de la Maison Blanche Larry Kudlow a affirmé que l'imposition de nouveaux droits de douane à la Chine prévue le 15 décembre était "toujours sur la table".

Néanmoins, d'autres informations ont été de nature à soutenir les cours selon Stephen Brennock, de PVM.

"Des rumeurs ont circulé selon lesquelles Washington envisageait un report de la nouvelle tranche de taxes", a-t-il indiqué.

"Cela donnerait aux négociateurs plus de marge de manoeuvre pour parvenir à une percée", a-t-il conclu.

Mardi, plusieurs indicateurs sont en outre venus tirer les prix dans des directions différentes, ont aussi indiqué Warren Patterson et Wenyu Yao.

Tandis que la fédération professionnelle API a estimé que les stocks de brut américains avaient progressé de 1,4 million de barils, alors que le marché s'attendait à une baisse, l'Agence américaine d'information sur l'Energie a revu à la baisse ses prévisions concernant la croissance de la production des États-Unis en 2020, ont-ils indiqué.

Concernant les stocks américains, les analystes suivront la publication des données officielles, considérées comme plus fiables que celles de l'API, à 15H30 GMT.

Selon la médiane d'un consensus établi par l'agence Bloomberg, les analystes s'attendent à une baisse des stocks de brut de 3 millions de barils, à une hausse de 2,6 millions de barils pour ceux d'essence et de 1,95 million pour les autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole), pour la semaine achevée le 6 décembre.

(c) AFP

Commenter Le pétrole sous pression, inquiétudes sur le commerce

graphcomment>