Menu
A+ A A-

Chevron dévalue ses gisements face à l'abondance de pétrole

prix du petrole New YorkNew York: Le géant pétrolier américain Chevron a annoncé mardi une dépréciation de la valeur de ses actifs, notamment dans le gaz de schiste, de 10 à 11 milliards de dollars (pratiquement autant en francs), pour faire face à l'abondance d'hydrocarbures alimentée par le boom des énergies de schiste.
Le groupe californien va aussi restructurer ses activités, réduisant ses unités de production dans le monde de quatre à trois.

Des suppressions d'emplois sont également prévues mais Chevron, qui n'est plus présent que dans une vingtaine de pays contre une quarantaine il y a encore peu, n'a pas donné davantage d'informations sur ces coupes.

Le groupe californien attribue principalement la perte de valeur de ses avoirs à la baisse de ses prévisions du prix des hydrocarbures, et en particulier des tarifs du gaz naturel.

Chevron explique qu'à l'heure de forte abondance des énergies fossiles, certains de ses gisements ne seront pas aussi rentables que prévu.

Parmi ces projets, il y a les sites de gaz de schiste Appalachia (dans les régions de Virginie Occidentale, Pennsylvanie et Ohio notamment) et de production pétrolière dans le Golfe du Mexique, notamment la plateforme de "Big Foot" dont la production a démarré il y a un an.

Chevron a également revu à la baisse la valeur d'un site d'exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) à partir du Canada (Kitimat LNG).

Des projets internationaux non identifiés ont également perdu une bonne partie de leur valeur, a dit le groupe qui n'exclut pas de vendre la plupart de ces actifs.

"Nous pensons que la meilleure utilisation de nos capitaux consiste à investir dans nos meilleurs actifs", a souligné le PDG Michael Wirth, cité dans le communiqué, ajoutant que le moment de faire des "choix difficiles" était venu pour assurer des retours sur investissements à long terme aux actionnaires.

Chevron a écoulé son baril de pétrole à 47 dollars au troisième trimestre écoulé, en baisse de 24,2% sur un an, tandis qu'il a vendu 1.000 pieds cube (28 m3) de gaz naturel à 0,95 dollar, contre 1,80 dollar au troisième trimestre 2018.

Selon le cabinet d'analyses IHS Market, le prix du gaz naturel devrait baisser davantage dans les prochaines années parce que le niveau de l'offre dépasse celui de la demande.

La production américaine, dopée par le boom du pétrole et du gaz de schiste, a dépassé la consommation depuis 2017, selon les chiffres officiels.

Chevron va se concentrer sur un petit nombre de gisements et projets, situés en grande partie au Kazakhstan et dans la région pétrolière du bassin permien dans le sud des États-Unis. Il entend y investir 20 milliards de dollars en 2020.

La décision du groupe devrait mettre sous pression ses rivaux à lui emboîter le pas car les milieux financiers s'interrogent sur la rentabilité à long terme des groupes pétroliers sur fond d'offre excédentaire d'hydrocarbures.

De nombreux signaux font craindre en effet une offre pléthorique en 2020, malgré la volonté de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) de contrôler les approvisionnements en baissant les quotas de production.

L'OPEP et la Russie ont par exemple encore réduit de 500.000 barils par jour leur production la semaine dernière.

Les tensions commerciales, notamment entre les États-Unis et la Chine, les deux premières puissances économiques mondiales, devraient en outre affecter la demande pour les produits pétroliers et pétrochimiques, assurent les experts.

S'y ajoutent l'avènement des véhicules électriques et le durcissement des politiques publiques contre les énergies fossiles afin de réduire les émissions de CO2.

Avant Chevron, le groupe britannique BP avait déjà dû brader en octobre certains de ses actifs américains, ce qui l'a forcé à inscrire une charge de dépréciations de l'ordre de 2,6 milliards de dollars dans ses comptes.

(c) AFP

Commenter Chevron dévalue ses gisements face à l'abondance de pétrole


    La Compagnie pétrolière américaine Chevron

    Chevron, affecté par la chute du prix du baril, passe dans le rouge

    vendredi 30 octobre 2020

    New York: La major pétrolière américaine Chevron, affectée par la chute des cours du brut et de ses marges depuis le début de la pandémie, a essuyé une perte nette de 207 millions de dollars (190 millions de francs) au...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 27 janvier 2021 à 22:13

    Le pétrole stable malgré la chute des stocks américains de b…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont peu évolué mercredi en dépit d'un plongeon inattendu des réserves commerciales de brut aux...

    mercredi 27 janvier 2021 à 18:25

    ExxonMobil se prépare à changer son conseil d'administration

    New York: Le géant américain du pétrole ExxonMobil, sous pression d'investisseurs activistes, se prépare à faire évoluer son conseil d'administration, à adopter...

    mercredi 27 janvier 2021 à 17:30

    Chute inattendue des stocks de pétrole brut américain: -9,9 …

    New York: Les réserves de pétrole brut aux Etats-Unis sont reparties fortement à la baisse, inscrivant leur plus fort recul depuis juillet...

    mercredi 27 janvier 2021 à 12:50

    Le pétrole avance à petits pas, regards vers les stocks amér…

    Londres: Les prix du pétrole étaient en petite hausse mercredi, au lendemain d'une séance calme et avant la publication très attendue par...

    mardi 26 janvier 2021 à 22:19

    Le pétrole stable avant la publication des stocks américains

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont fini proches de l'équilibre mardi à la veille d'un rapport hebdomadaire sur les réserves...

    mardi 26 janvier 2021 à 13:04

    Le pétrole progresse, les investisseurs optimistes sur l'éca…

    Londres:  Les prix du pétrole avançaient mardi, la baisse attendue de l'offre d'or noir prenant le pas sur les craintes qui entourent...

    lundi 25 janvier 2021 à 21:27

    Le pétrole commence la semaine du bon pied

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont progressé lundi, soutenus tant par les perspectives d'une demande amenée à repartir aux Etats-Unis...

    lundi 25 janvier 2021 à 20:13

    Algérie : 22 milliards de dollars de recettes pétrolières en…

    Alger: Les recettes pétrolières de l’Algérie ont atteint 22 milliards de dollars en 2020, dont 2 milliards de dollars générés par les...

    lundi 25 janvier 2021 à 12:22

    Le pétrole commence la semaine du bon pied

    Londres: Les prix du pétrole étaient en hausse lundi, soutenus tant par les perspectives d'une demande amenée à repartir aux Etats-Unis que...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 25 janvier 2021 En début de soirée, l'évolution des cours du pétrole demeurait toujours incertaine: le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars gagnait 0,16% à Londres à 55,50 dollars, et le baril américain de WTI pour le même mois baissait de 0,02% à 52,26 dollars, les deux ayant progressé davantage plus tôt.

    En décembre 2020, le prix du pétrole accélère

    Le mardi 26 janvier 2021 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2020, le prix du pétrole en euros accélère (+13,9 % après +5,6 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +2,4 %), du fait de ceux des matières premières industrielles (+8,9 % après +3,9 %). En revanche, les prix des matières premières alimentaires se replient (−1,5 % après +0,7 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En décembre 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) accélère (+13,9 % après +5,6 % en novembre), s’établissant à 41,1 € en...

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2020

    Le mardi 12 janvier 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2020.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite