Menu
A+ A A-

Chevron dévalue ses gisements face à l'abondance de pétrole

prix du petrole New YorkNew York: Le géant pétrolier américain Chevron a annoncé mardi une dépréciation de la valeur de ses actifs, notamment dans le gaz de schiste, de 10 à 11 milliards de dollars (pratiquement autant en francs), pour faire face à l'abondance d'hydrocarbures alimentée par le boom des énergies de schiste.
Le groupe californien va aussi restructurer ses activités, réduisant ses unités de production dans le monde de quatre à trois.

Des suppressions d'emplois sont également prévues mais Chevron, qui n'est plus présent que dans une vingtaine de pays contre une quarantaine il y a encore peu, n'a pas donné davantage d'informations sur ces coupes.

Le groupe californien attribue principalement la perte de valeur de ses avoirs à la baisse de ses prévisions du prix des hydrocarbures, et en particulier des tarifs du gaz naturel.

Chevron explique qu'à l'heure de forte abondance des énergies fossiles, certains de ses gisements ne seront pas aussi rentables que prévu.

Parmi ces projets, il y a les sites de gaz de schiste Appalachia (dans les régions de Virginie Occidentale, Pennsylvanie et Ohio notamment) et de production pétrolière dans le Golfe du Mexique, notamment la plateforme de "Big Foot" dont la production a démarré il y a un an.

Chevron a également revu à la baisse la valeur d'un site d'exportation de gaz naturel liquéfié (GNL) à partir du Canada (Kitimat LNG).

Des projets internationaux non identifiés ont également perdu une bonne partie de leur valeur, a dit le groupe qui n'exclut pas de vendre la plupart de ces actifs.

"Nous pensons que la meilleure utilisation de nos capitaux consiste à investir dans nos meilleurs actifs", a souligné le PDG Michael Wirth, cité dans le communiqué, ajoutant que le moment de faire des "choix difficiles" était venu pour assurer des retours sur investissements à long terme aux actionnaires.

Chevron a écoulé son baril de pétrole à 47 dollars au troisième trimestre écoulé, en baisse de 24,2% sur un an, tandis qu'il a vendu 1.000 pieds cube (28 m3) de gaz naturel à 0,95 dollar, contre 1,80 dollar au troisième trimestre 2018.

Selon le cabinet d'analyses IHS Market, le prix du gaz naturel devrait baisser davantage dans les prochaines années parce que le niveau de l'offre dépasse celui de la demande.

La production américaine, dopée par le boom du pétrole et du gaz de schiste, a dépassé la consommation depuis 2017, selon les chiffres officiels.

Chevron va se concentrer sur un petit nombre de gisements et projets, situés en grande partie au Kazakhstan et dans la région pétrolière du bassin permien dans le sud des États-Unis. Il entend y investir 20 milliards de dollars en 2020.

La décision du groupe devrait mettre sous pression ses rivaux à lui emboîter le pas car les milieux financiers s'interrogent sur la rentabilité à long terme des groupes pétroliers sur fond d'offre excédentaire d'hydrocarbures.

De nombreux signaux font craindre en effet une offre pléthorique en 2020, malgré la volonté de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) de contrôler les approvisionnements en baissant les quotas de production.

L'OPEP et la Russie ont par exemple encore réduit de 500.000 barils par jour leur production la semaine dernière.

Les tensions commerciales, notamment entre les États-Unis et la Chine, les deux premières puissances économiques mondiales, devraient en outre affecter la demande pour les produits pétroliers et pétrochimiques, assurent les experts.

S'y ajoutent l'avènement des véhicules électriques et le durcissement des politiques publiques contre les énergies fossiles afin de réduire les émissions de CO2.

Avant Chevron, le groupe britannique BP avait déjà dû brader en octobre certains de ses actifs américains, ce qui l'a forcé à inscrire une charge de dépréciations de l'ordre de 2,6 milliards de dollars dans ses comptes.

(c) AFP

Commenter Chevron dévalue ses gisements face à l'abondance de pétrole


    La Compagnie pétrolière américaine Chevron

    Pour le patron de Chevron, les tensions USA-Iran ne feront pas bondir l'o…

    mardi 07 janvier 2020

    New York: La montée des tensions entre Washington et Téhéran ne devrait pas faire grimper de façon significative les prix du pétrole, a estimé mardi le patron de la major américaine Chevron Michael Wirth dans une interview à CNBC.

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 17 janvier 2020 à 21:43

    Le pétrole en légère hausse malgré le ralentissement de la c…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont un peu progressé vendredi en dépit de la publication de données indiquant que la...

    vendredi 17 janvier 2020 à 11:08

    Le pétrole accueille sereinement la croissance chinoise

    Londres: Les prix du pétrole progressaient vendredi en cours d'échanges européens, au dernier jour d'une semaine calme et après la publication de...

    jeudi 16 janvier 2020 à 21:41

    Le pétrole en hausse, dopé par deux accords commerciaux

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont progressé jeudi, portés par la ratification aux Etats-Unis du nouvel accord de libre-échange nord-américain...

    jeudi 16 janvier 2020 à 12:18

    Le pétrole retrouve des couleurs au lendemain de l'accord si…

    Londres: Les prix du pétrole progressaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens, au lendemain de la signature de l'accord commercial entre Washington...

    mercredi 15 janvier 2020 à 21:47

    Le pétrole pénalisé par le bond des stocks de produits raffi…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en baisse mercredi, affectés par un rapport montrant une forte hausse des réserves...

    mercredi 15 janvier 2020 à 18:00

    Le pétrole pénalisé par les stocks américains attend la sign…

    Londres: Les prix du pétrole accentuaient leur baisse mercredi en cours d'échanges européens après la publication des stocks américains et alors que...

    mercredi 15 janvier 2020 à 17:17

    USA: les stocks de brut baissent mais ceux de produits raffi…

    New York: Les stocks de pétrole brut ont enregistré une baisse surprise la semaine dernière aux Etats-Unis mais ceux d'essence et de...

    mercredi 15 janvier 2020 à 14:13

    Opep: la demande mondiale de pétrole 2020 revue en hausse

    Paris: L'Opep a revu en hausse mercredi sa prévision de la demande mondiale de pétrole brut cette année, grâce à des perspectives...

    mercredi 15 janvier 2020 à 12:07

    Le pétrole en baisse attend la signature de l'accord commerc…

    Londres: Les prix du pétrole étaient en légère baisse mercredi en cours d'échanges européens alors que le marché a les yeux braqués...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 3 janvier 2020 Les prix du pétrole ont bondi de plus de 4% peu après l'annonce dans la nuit de la mort du général et émissaire de la République islamique en Irak.

    En octobre 2019, le prix du pétrole se replie

    Le lundi 25 novembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2019, le prix du pétrole en euros se replie (-5,4 % après +7,6 % en septembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) diminuent également (−1,0 % après +0,4 %) sous l’effet notamment des matières premières industrielles (−2,8 % après +1,8 %). Le prix du pétrole se redresse En octobre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se replie (-5,4 % après +7,6 %), à 54 € en moyenne par baril.En dollars, la baisse des prix est moins ample (-5,0 % après +6,4 %)...

    Lire la suite

    En septembre 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le mardi 22 octobre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+7,6 % après -6,9 % en août). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,4 % après −6,4 %) à l’instar des matières premières industrielles (+1,8 % après −10,8 %). Le prix du pétrole se redresse En septembre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+7,6 % après -6,9 %), à 57,1 € en moyenne par baril, après les attaques visant deux sites pétroliers saoudiens.La hausse est moins marquée...

    Lire la suite

    Un nouveau choc pétrolier est-il envisageable ?

    Le samedi 21 septembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    New York: La soudaine flambée des prix du baril de pétrole cette semaine a fait vaguement resurgir le spectre de la pénurie d'or noir. La probabilité d'un nouveau choc pétrolier forçant les automobilistes à faire la queue aux stations-essence reste toutefois ténue, selon plusieurs analystes.

    Lire la suite