Menu
A+ A A-

Perspectives en berne pour les cours du pétrole

prix du petrole LondresLondres: Le sentiment s'est brutalement détérioré ces derniers jours sur le marché pétrolier, où fonds spéculatifs, producteurs et traders adoptent une position plus défensive dans l'anticipation d'un affaiblissement durable de la demande mondiale.
Le marché peine à maintenir sa tendance positive malgré des restrictions de l'offre qui devraient en principe la favoriser. Les sanctions américaines contre le Venezuela et l'Iran ont retiré plus de 1,5 million de barils par jour du marché, les tensions entre Washington et Téhéran ne cessent de monter et l'Opep a prolongé jusqu'en 2020 ses baisses de production.

Pour autant, les futures sur le Brent ont buté sur les 65 dollars et perdu quelque 7% la semaine dernière, tandis que le brut léger américain n'a pu se maintenir au-dessus des 60 dollars.

"Malgré toutes les nouvelles favorables qu'on a eues, les cours ont à peine bougé", commente Janelle Matharoo chez InsideOut Advisors. "Il y a 15 ans, ce genre de nouvelle aurait fait grimper les cours de 20 ou 30 dollars."

Les investisseurs et les fonds spéculatifs se font à l'idée d'une offre durablement abondante, compte tenu du boom de la production américaine, et d'un affaiblissement de la demande. Les producteurs, pour leur part, cherchent à se protéger contre une future baisse des cours.

Les contrats les plus rapprochés n'ont pas souffert de dégagements mais les fondamentaux moins porteurs sont apparents dans les échéances plus lointaines.

La prime pour le Brent "front month" par rapport au contrat pour livraison dans six mois est passée d'un plus haut de six ans en mai à plus de 4 dollars le baril à moins de 1,50 dollar la semaine dernière, ce qui montre que les craintes autour de l'offre se sont dissipées.

Même la montée des tensions dans le détroit d'Ormuz, où les États-Unis renforcent leur présence pour protéger le passage de pétroliers, n'a que peu d'effet sur les cours. Vendredi, l'annonce de l'arraisonnement d'un pétrolier britannique par l'Iran a fait grimper les prix de moins de 1%.

"Les Iraniens ont plus de mal à influer sur le marché aujourd'hui qu'il y a 10 ans", a affirmé lundi le secrétaire américain à l'Energie, Rick Perry, en visite à Jerusalem.

Les efforts de l'Arabie saoudite pour réduire l'offre - ses exportations en mai ont été les plus faibles depuis un an et demi - sont pour leur part compensés par l'augmentation des pompages aux États-Unis, devenus le premier producteur mondial.

Avec la guerre commerciale sino-américaine qui fait craindre un ralentissement de la croissance mondiale, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a récemment réduit ses prévisions pour la demande de pétrole en 2019 et 2020, et pourrait les abaisser encore si l'activité en Chine continue de ralentir.

Les traders signalent des ventes "continues" d'options d'achat sur le Brent à échéance de décembre 2021 et 2022, reflétant des anticipations de ralentissement de la demande alors que l'offre augmente.

"Il y a le sentiment à la marge que le niveau actuel des cours sera potentiellement intenable", explique Janelle Matharoo.

Le prix moyen de 2020 pour le Brent a reculé la semaine dernière à 60,28 dollars le baril, au plus bas depuis un mois. Sur le Nymex, les options d'achat spéculatives sur le brut léger américain sont au plus bas depuis 2013.

Dans ce contexte, les producteurs sont nombreux à vouloir se couvrir contre une future baisse des cours en achetant des options pour vendre ou acheter du pétrole à un prix déterminé.

"On dit aux producteurs qu'il est temps de se couvrir", dit Thibaut Remoundos chez CTC à Londres. "On est moins optimistes que la plupart de nos clients  (...) On pense que le risque baissier est plus important que ce qui est actuellement intégré dans les cours."

(c) Reuters

Commenter Perspectives en berne pour les cours du pétrole


    Les dernières prévisions des prix du baril

    -Voir toutes les actualités sur les prévisions des cours du pétrole

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 28 septembre 2022 à 21:10

    Le pétrole monte encore, aidé par le dollar et une surprise …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur rebond mercredi, soutenus par un repli du dollar, la fermeture d'installations dans...

    mercredi 28 septembre 2022 à 18:35

    Le pétrole grimpe avec les tensions sur l'offre, le gaz bond…

    Londres:  Les prix du pétrole grimpaient à nouveau mercredi, après leur rebond de la veille, les inquiétudes sur l'insuffisance de l'offre et...

    mercredi 28 septembre 2022 à 17:17

    🛢️USA: baisse inattendue des stocks de pétrole, les exportat…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut ont légèrement diminué la semaine dernière aux Etats-Unis, selon des chiffres...

    mercredi 28 septembre 2022 à 15:43

    TotalEnergies investit dans les renouvelables et gratifie se…

    Paris: Devant "l'évolution des marchés du pétrole, du gaz et de l'électricité", le géant des hydrocarbures TotalEnergies a annoncé mercredi verser à...

    mercredi 28 septembre 2022 à 14:05

    Les prix du pétrole rebondiront-ils au-dessus de 100$ avant …

    Paris: Le ralentissement des économies et la hausse des taux d'intérêt devraient éloigner les investisseurs et les traders des actifs à risque...

    mercredi 28 septembre 2022 à 12:25

    Le pétrole stable, le gaz bondit toujours

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient mercredi, après leur rebond de la veille, les craintes de récession compensant les inquiétudes sur...

    mercredi 28 septembre 2022 à 11:50

    Le pétrole repart à la baisse

    Londres: Les prix du pétrole repartaient à la baisse après avoir pris plus de 2% la veille au soir, le WTI ayant...

    mardi 27 septembre 2022 à 21:59

    Le pétrole rebondit grâce à des incidents sur les gazoducs N…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont rebondi mardi, portés par la nouvelle de fuites sur les deux gazoducs européens Nord...

    mardi 27 septembre 2022 à 16:45

    La Russie suggère à l'OPEP+ de réduire sa production de pétr…

    Moscou:  La Russie est susceptible de proposer que l'OPEP+ réduise sa production de pétrole d'environ 1 million de barils par jour lors...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En août 2022, le prix du pétrole baisse de nouveau

    Le vendredi 23 septembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En août 2022, le prix du pétrole en euros recule pour le deuxième mois consécutif (‑9,6 % après ‑4,8 % en juillet). Le prix du pétrole diminue de nouveau En août 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) baisse nettement de nouveau (‑10,1 % après ‑8,3 % en juillet), s'établissant en moyenne à 100,6 dollars.En euros, le prix du baril diminue également (‑9,6 % après ‑4,8 %), s’établissant en moyenne à 99,4 €, du fait de la forte dépréciation de l'euro vis-à-vis du dollar en août. Cours du pétrole Brent - Août 2022

    Lire la suite

    📊 Qui sont les plus grands producteurs de pétrole ? 

    Le mercredi 14 septembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le secteur économique, le pétrole constitue la matière première incontournable puisqu’il assure le bon fonctionnement de l’agriculture, des transports, des industries et bien d’autres. C’est pour cette raison qu’il est très échangé partout dans le monde avec ses dérivés tels que l’essence, le gazole, le fioul… Les principaux pays producteurs de pétrole proviennent généralement du Moyen-Orient et de l’Amérique du nord. Découvrez ci-dessous le classement mondial des plus grands producteurs de pétrole, basé sur les dernières données statistiques de BP en 2022, l’une des plus grandes compagnies pétrolières au monde.

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite