Menu
A+ A A-

Perspectives en berne pour les cours du pétrole

prix du petrole LondresLondres: Le sentiment s'est brutalement détérioré ces derniers jours sur le marché pétrolier, où fonds spéculatifs, producteurs et traders adoptent une position plus défensive dans l'anticipation d'un affaiblissement durable de la demande mondiale.
Le marché peine à maintenir sa tendance positive malgré des restrictions de l'offre qui devraient en principe la favoriser. Les sanctions américaines contre le Venezuela et l'Iran ont retiré plus de 1,5 million de barils par jour du marché, les tensions entre Washington et Téhéran ne cessent de monter et l'Opep a prolongé jusqu'en 2020 ses baisses de production.

Pour autant, les futures sur le Brent ont buté sur les 65 dollars et perdu quelque 7% la semaine dernière, tandis que le brut léger américain n'a pu se maintenir au-dessus des 60 dollars.

"Malgré toutes les nouvelles favorables qu'on a eues, les cours ont à peine bougé", commente Janelle Matharoo chez InsideOut Advisors. "Il y a 15 ans, ce genre de nouvelle aurait fait grimper les cours de 20 ou 30 dollars."

Les investisseurs et les fonds spéculatifs se font à l'idée d'une offre durablement abondante, compte tenu du boom de la production américaine, et d'un affaiblissement de la demande. Les producteurs, pour leur part, cherchent à se protéger contre une future baisse des cours.

Les contrats les plus rapprochés n'ont pas souffert de dégagements mais les fondamentaux moins porteurs sont apparents dans les échéances plus lointaines.

La prime pour le Brent "front month" par rapport au contrat pour livraison dans six mois est passée d'un plus haut de six ans en mai à plus de 4 dollars le baril à moins de 1,50 dollar la semaine dernière, ce qui montre que les craintes autour de l'offre se sont dissipées.

Même la montée des tensions dans le détroit d'Ormuz, où les États-Unis renforcent leur présence pour protéger le passage de pétroliers, n'a que peu d'effet sur les cours. Vendredi, l'annonce de l'arraisonnement d'un pétrolier britannique par l'Iran a fait grimper les prix de moins de 1%.

"Les Iraniens ont plus de mal à influer sur le marché aujourd'hui qu'il y a 10 ans", a affirmé lundi le secrétaire américain à l'Energie, Rick Perry, en visite à Jerusalem.

Les efforts de l'Arabie saoudite pour réduire l'offre - ses exportations en mai ont été les plus faibles depuis un an et demi - sont pour leur part compensés par l'augmentation des pompages aux États-Unis, devenus le premier producteur mondial.

Avec la guerre commerciale sino-américaine qui fait craindre un ralentissement de la croissance mondiale, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a récemment réduit ses prévisions pour la demande de pétrole en 2019 et 2020, et pourrait les abaisser encore si l'activité en Chine continue de ralentir.

Les traders signalent des ventes "continues" d'options d'achat sur le Brent à échéance de décembre 2021 et 2022, reflétant des anticipations de ralentissement de la demande alors que l'offre augmente.

"Il y a le sentiment à la marge que le niveau actuel des cours sera potentiellement intenable", explique Janelle Matharoo.

Le prix moyen de 2020 pour le Brent a reculé la semaine dernière à 60,28 dollars le baril, au plus bas depuis un mois. Sur le Nymex, les options d'achat spéculatives sur le brut léger américain sont au plus bas depuis 2013.

Dans ce contexte, les producteurs sont nombreux à vouloir se couvrir contre une future baisse des cours en achetant des options pour vendre ou acheter du pétrole à un prix déterminé.

"On dit aux producteurs qu'il est temps de se couvrir", dit Thibaut Remoundos chez CTC à Londres. "On est moins optimistes que la plupart de nos clients  (...) On pense que le risque baissier est plus important que ce qui est actuellement intégré dans les cours."

(c) Reuters

Commenter Perspectives en berne pour les cours du pétrole


    Les dernières prévisions des prix du baril

    -Voir toutes les actualités sur les prévisions des cours du pétrole

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 26 mai 2022 à 11:23

    Le pétrole en hausse timide, une augmentation de la demande …

    Londres: Les prix du pétrole étaient en petite hausse jeudi, soutenus par une augmentation de la demande attendue aux États-Unis avec l'ouverture...

    mercredi 25 mai 2022 à 21:48

    Le pétrole grignote du terrain après un rapport américain mi…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé mercredi, soutenus par la possibilité d'un accord européen sur les importations russes, dans...

    mercredi 25 mai 2022 à 21:25

    La production de pétrole russe a augmenté de 8% au 1er trime…

    Moscou: La production de pétrole brut russe, y compris le condensat de gaz naturel, a bondi de 8% sur un an au...

    mercredi 25 mai 2022 à 17:37

    🛢️USA: les stocks de pétrole baissent moins que prévu, produ…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont moins reculé que prévu la semaine dernière, selon...

    mardi 24 mai 2022 à 22:51

    Petrobras recule à la Bourse de Sao Paulo après le limogeage…

    Sao paulo: Les actions de la compagnie publique Petrobras ont perdu jusqu'à plus de 4% à la Bourse de Sao Paulo mardi...

    mardi 24 mai 2022 à 21:51

    Le pétrole oscille autour de l'équilibre avant les stocks am…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont oscillé autour de l'équilibre mardi pour terminer en ordre dispersé, dans un marché prudent...

    mardi 24 mai 2022 à 18:10

    Le sommet de l'UE ne trouvera probablement pas de solution à…

    Davos: Les dirigeants de l'Union européenne ont peu de chances de parvenir à un accord sur un embargo pétrolier contre la Russie...

    mardi 24 mai 2022 à 11:29

    Le pétrole rattrapé par les craintes quant à la croissance m…

    Londres: Les prix du pétrole se repliaient légèrement mardi, les craintes quant à la croissance mondiale et les difficultés de l'Union européenne...

    lundi 23 mai 2022 à 21:53

    Le pétrole en très modeste hausse avec les premiers assoupli…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont conclu en très modeste hausse lundi, légèrement soutenu par des adoucissements de restrictions sanitaires...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 17 mai 2022 La Hongrie a chiffré lundi à 15-18 milliards d'euros le coût d'un arrêt de ses achats de pétrole russe pour expliquer sa demande d'exemption des approvisionnements par oléoduc du projet d'embargo pétrolier de l'UE.

    📈 En mars 2022, les prix du pétrole accélèrent fortement

    Le mardi 26 avril 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En mars 2022, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+24,7 % après +11,6 % en février). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent fortement eux aussi (+9,3 % après +3,8 %), qu'il s'agisse des prix des matières premières industrielles (+10,9 % après +5,1 %) ou de ceux des matières premières alimentaires (+7,7 % après +2,6 %). Le prix du pétrole accélère très fortement En mars 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) bondit (+21,1 % après +11,9 %), s’établissant en moyenne à 117,2...

    Lire la suite

    🇪🇺 D'où proviennent les importations de pétrole de l'Union européenne (UE) ?

    Le lundi 28 mars 2022 - Analyses des prix du pétrole

    La Russie n'est pas seulement l'un des plus grands exportateurs de produits énergétiques au monde (le deuxième exportateur mondial de pétrole brut), mais elle est aussi le plus grand fournisseur de ces combustibles en Europe.Un examen plus approfondi des importations d'énergie révèle que la Russie est le principal fournisseur en pétrole brut de l'Union européenne (ainsi que de charbon et de gaz naturel).

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite