Menu
A+ A A-

Entre Iran et tempête tropicale, le pétrole termine la semaine en légère hausse

prix du petrole Cours de clôtureCours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en petite hausse vendredi à la fin d'une semaine marquée par des tensions géopolitiques autour de l'Iran, l'arrivée d'une tempête perturbant la production aux Etats-Unis et les craintes persistantes sur la demande en brut.
Le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en septembre s'est apprécié de 20 cents, ou 0,3%, pour terminer à 66,72 dollars à Londres.

A New York, le baril américain de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en août a grappillé 1 cent pour finir à 60,21 dollars.

Sur la semaine, le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. a gagné 3,9% et le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. 4,7%.

"Les étoiles se sont alignées pour faire grimper les prix cette semaine", a observé Martijn Rats de Morgan Stanley.

D'un point de vue macroéconomique, les indices de Wall Street ont atteint de nouveaux records alors que le président de la Banque centrale américaine a laissé la porte ouverte à d'imminentes baisses des taux d'intérêt. De quoi entraîner dans leur sillage les autres actifs jugés risqués comme le pétrole.

D'un point de vue fondamental, les producteurs américains ont suspendu environ 58% de la production de brut dans le Golfe du Mexique, l'équivalent d'environ 1,1 million de barils par jour (mbj), avec la fermeture de plusieurs centaines de plateformes à l'approche de la tempête tropicale Barry, selon un décompte de l'agence américaine BSEE vendredi.

Parallèlement les autorités américaines ont dans un rapport hebdomadaire mercredi fait état d'une chute hebdomadaire de 9,5 millions des stocks de barils de brut aux États-Unis alors que les raffineries fonctionnent à leur cadence la plus élevée depuis le début de l'année.

Et d'un point de vue géopolitique, la situation reste tendue autour de l'Iran suite à l'arraisonnement la semaine dernière au large de Gibraltar d'un pétrolier iranien soupçonné de faire route vers la Syrie. Londres a accusé des bateaux iraniens d'avoir tenté en représailles, mercredi soir, de bloquer un pétrolier britannique dans le détroit d'Ormuz.

La somme de ces événements alimente les craintes sur le niveau de l'offre, alors que depuis plusieurs mois c'est plutôt celui de la demande qui posait question.

Dans son rapport mensuel publié jeudi, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a ainsi prévu une demande en baisse pour son pétrole brut en 2020.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a de son côté estimé vendredi dans son propre rapport mensuel que le rééquilibrage entre l'offre et la demande de pétrole ralentissait. L'AIE a notamment révisé à la baisse son estimation de la croissance de la demande mondiale au deuxième trimestre 2019.

Cette situation a plusieurs causes, selon l'AIE: la demande a ralenti en Europe, la croissance a fondu en Inde en avril et mai, et la demande de carburants est en baisse aux États-Unis par rapport à l'année dernière.

(c) AwP

Commenter Entre Iran et tempête tropicale, le pétrole termine la semaine en légère hausse


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 04 avril 2020 à 14:12

    L'Opep et ses alliés se penchent sur la crise du marché pétr…

    Londres: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et la Russie veulent reprendre leurs discussions pour envisager une réplique d'ampleur au marasme...

    vendredi 03 avril 2020 à 22:50

    L'Opep et ses alliés tenteront lundi de trouver une réponse …

    Londres: L'Opep a confirmé vendredi la tenue d'une réunion de ses membres et alliés lundi, au lendemain d'annonces de Donald Trump sur...

    vendredi 03 avril 2020 à 21:45

    Le pétrole bondit à nouveau, le marché s'attend à une réduct…

    Cours de clôture: Le pétrole a enregistré vendredi une deuxième séance de forte hausse consécutive, les investisseurs anticipant des coupes importantes de...

    vendredi 03 avril 2020 à 20:25

    La Russie prête à coopérer sur la baisse de la production de…

    Moscou: La Russie est prête à coopérer avec les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite sur la baisse de la production de pétrole, a...

    vendredi 03 avril 2020 à 17:40

    L'«Opep+» discute d'une réduction record de l'offre de pétro…

    Dubaï/Londres/Moscou: L'Opep et ses alliés cherchent à conclure un accord sur une réduction sans précédent de l'offre mondiale de pétrole équivalant à...

    vendredi 03 avril 2020 à 13:19

    Pétrole: Une réduction massive de la production en discussio…

    Vienne: L'Opep et ses partenaires réunis au sein du groupe Opep+ discutent d'un projet de réduction de la production de 10 millions...

    vendredi 03 avril 2020 à 03:35

    Tokyo en légère hausse après la flambée du pétrole

    Tokyo: Après quatre séances consécutives de baisse, la Bourse de Tokyo démarrait vendredi sur une hausse modérée, soutenue par la remontée fulgurante...

    jeudi 02 avril 2020 à 19:47

    Trump enflamme les cours du pétrole en annonçant des coupes …

    Londres: Les cours du pétrole se sont envolés jeudi après un tweet de Donald Trump promettant une réduction de la production russe...

    jeudi 02 avril 2020 à 18:09

    Les cours du pétrole flambent après un tweet de Donald Trump

    Londres: Les cours du pétrole ont flambé jeudi après un tweet du président américain indiquant s'attendre à une réduction "d'environ 10 millions...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 2 avril 2020 Le prix du baril de Brent de la mer du Nord coté à Londres pour livraison en juin a frôlé les 50% de hausse par rapport à la clôture de la veille et celui de WTI à New York les 35%.

    Les grandes hausses et baisses des prix du pétrole brut depuis 30 ans

    Le mardi 10 mars 2020 - Analyses des prix du pétrole

    Les prix du pétrole ont chuté de plus de 30% le 9 mars 2020 après l'échec d'un accord entre l'Arabie saoudite et la Russie visant à réduire la production pétrolière au sein de ce qu'on aura appelé l'alliance OPEP+. Voici les principaux mouvements du pétrole, au fil des événements internationaux depuis 30 ans.

    Lire la suite

    En février 2020, le prix du pétrole chute

    Le jeudi 26 mars 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2020, le prix du pétrole en euros se replie fortement (−10,9 % après −5,1 %).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) diminuent bien plus modérément (−0,4 % après +0,7  %) sous l’effet des prix des matières premières industrielles (−2,2 % après +1,5 %). Le prix du pétrole chute En février 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros chute (−10,9 % après −5,1 %) à 51,1 € en moyenne par baril. En dollars, la chute des prix est un peu plus marquée (−12,5 % après...

    Lire la suite

    En janvier 2020, le prix du pétrole décroît

    Le mercredi 26 février 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2020, le prix du pétrole  en euros se replie de −5,1 % après +5,6 %, et de −5,3 % en dollars.Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) ralentissent (+0,7 % après +2,5 %) sous l’effet des prix des matières premières industrielles qui décélèrent (+1,5 % après +3,0 %) et de ceux des matières premières alimentaires qui se replient (−0,3 % après +2,1 %). Le prix du pétrole diminue En janvier 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros baisse (−5,1 % après +5,6 %) à 57,3 €...

    Lire la suite