Menu
A+ A A-

Entre Iran et tempête tropicale, le pétrole termine la semaine en légère hausse

prix du petrole Cours de clôtureCours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en petite hausse vendredi à la fin d'une semaine marquée par des tensions géopolitiques autour de l'Iran, l'arrivée d'une tempête perturbant la production aux Etats-Unis et les craintes persistantes sur la demande en brut.
Le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en septembre s'est apprécié de 20 cents, ou 0,3%, pour terminer à 66,72 dollars à Londres.

A New York, le baril américain de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en août a grappillé 1 cent pour finir à 60,21 dollars.

Sur la semaine, le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. a gagné 3,9% et le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. 4,7%.

"Les étoiles se sont alignées pour faire grimper les prix cette semaine", a observé Martijn Rats de Morgan Stanley.

D'un point de vue macroéconomique, les indices de Wall Street ont atteint de nouveaux records alors que le président de la Banque centrale américaine a laissé la porte ouverte à d'imminentes baisses des taux d'intérêt. De quoi entraîner dans leur sillage les autres actifs jugés risqués comme le pétrole.

D'un point de vue fondamental, les producteurs américains ont suspendu environ 58% de la production de brut dans le Golfe du Mexique, l'équivalent d'environ 1,1 million de barils par jour (mbj), avec la fermeture de plusieurs centaines de plateformes à l'approche de la tempête tropicale Barry, selon un décompte de l'agence américaine BSEE vendredi.

Parallèlement les autorités américaines ont dans un rapport hebdomadaire mercredi fait état d'une chute hebdomadaire de 9,5 millions des stocks de barils de brut aux États-Unis alors que les raffineries fonctionnent à leur cadence la plus élevée depuis le début de l'année.

Et d'un point de vue géopolitique, la situation reste tendue autour de l'Iran suite à l'arraisonnement la semaine dernière au large de Gibraltar d'un pétrolier iranien soupçonné de faire route vers la Syrie. Londres a accusé des bateaux iraniens d'avoir tenté en représailles, mercredi soir, de bloquer un pétrolier britannique dans le détroit d'Ormuz.

La somme de ces événements alimente les craintes sur le niveau de l'offre, alors que depuis plusieurs mois c'est plutôt celui de la demande qui posait question.

Dans son rapport mensuel publié jeudi, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a ainsi prévu une demande en baisse pour son pétrole brut en 2020.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a de son côté estimé vendredi dans son propre rapport mensuel que le rééquilibrage entre l'offre et la demande de pétrole ralentissait. L'AIE a notamment révisé à la baisse son estimation de la croissance de la demande mondiale au deuxième trimestre 2019.

Cette situation a plusieurs causes, selon l'AIE: la demande a ralenti en Europe, la croissance a fondu en Inde en avril et mai, et la demande de carburants est en baisse aux États-Unis par rapport à l'année dernière.

(c) AwP

Commenter Entre Iran et tempête tropicale, le pétrole termine la semaine en légère hausse


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 23 septembre 2020 à 22:04

    Modeste hausse du pétrole après une nouvelle baisse des stoc…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont modéré leur progression mercredi après une petite envolée en séance, à la suite du...

    mercredi 23 septembre 2020 à 18:25

    USA: deuxième baisse hebdomadaire d'affilée des stocks de pé…

    New York: Les stocks commerciaux de pétrole brut aux Etats-Unis ont baissé la semaine dernière pour la deuxième semaine consécutive, moins que...

    mercredi 23 septembre 2020 à 12:03

    Le pétrole proche de l'équilibre avant la publication des st…

    Londres: Les prix du pétrole étaient relativement stables mercredi, avant la publication par l'EIA des stocks de brut aux Etats-Unis plus tard...

    mardi 22 septembre 2020 à 21:20

    Le pétrole repart timidement de l'avant

    Cours de clôture: Les prix du pétrole se sont timidement repris mardi, après un accès de faiblesse la veille, dans un marché...

    mardi 22 septembre 2020 à 11:52

    Le pétrole repart de l'avant, les investisseurs concentrés s…

    Londres: Les prix du pétrole se reprenaient mardi, après un accès de faiblesse la veille, dans un marché "nerveux" et attentif à...

    lundi 21 septembre 2020 à 21:25

    Le pétrole chute face aux craintes sur la demande et la Liby…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont plongé lundi devant le retour sur le marché des exportations libyennes, au moment où...

    lundi 21 septembre 2020 à 17:38

    Le pétrole dégringole face aux craintes sur la demande et la…

    Londres: Les cours du pétrole plongeaient lundi en début de séance américaine devant le retour sur le marché des exportations libyennes, au...

    lundi 21 septembre 2020 à 14:51

    En pleine mutation verte, Shell veut réduire de 40% ses coût…

    Londres: Royal Dutch Shell prévoit de réduire de 30% à 40% les dépenses consacrées à sa production pétrolière et gazière afin d'orienter...

    lundi 21 septembre 2020 à 14:30

    ⛽️ Les prix des carburants prolongent leur tendance baissièr…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service en France poursuivaient leur tendance baissière la semaine dernière, selon des données officielles diffusées ce jour. La...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 14 septembre 2020 L'OPEP table désormais sur une chute de 9,46 millions de barils par jour (bpj) cette année soit 400.000 bpj de moins que prévu le mois dernier, montre son nouveau rapport mensuel.

    En juillet 2020, le prix du pétrole augmente moins qu’en juin

    Le dimanche 16 août 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En juillet 2020, le prix du pétrole en euros  ralentit (+5,6 % après +30,2 % en juin).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent légèrement (+0,4 % après −2,5 %), notamment du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent de nouveau (+2,8 % après +3,5 %). En revanche, les prix des matières premières alimentaires diminuent encore (−2,0 % après −7,9 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En juillet 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros augmente moins qu’en juin (+5,6 % après +30,2...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite