Le pétrole grimpe avant les données officielles sur les stocks américains

prix du petrole LondresLondres: Le prix du pétrole de Brent bondissait mercredi en cours d'échanges européens à son plus haut niveau en cinq mois, galvanisés par la perspective d'une baisse inattendue des stocks avant la publication des chiffres officiels.
Vers 10H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en juin valait 72,14 dollars à Londres, en hausse de 43 cents par rapport à la clôture de mardi.

Vers 08H35 GMT, il avait grimpé à son plus haut niveau depuis novembre, à 72,24 dollars.

A New York, le baril américain de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour le contrat de mai gagnait 41 cents à 64,46 dollars.

Comme chaque mercredi, le marché se tourne vers l'Agence américaine d'information sur l'Energie, dont les données sur les stocks des États-Unis sont un indicateur hebdomadaire de l'offre et de la demande du premier producteur et consommateur de pétrole.

Pour la semaine achevée le 12 avril, les analystes tablent sur une hausse de 2,3 millions de barils des stocks de brut, sur une baisse de 2,3 millions de barils des stocks d'essence et sur une baisse d'un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole), selon la médiane d'un consensus compilé par Bloomberg.

Mais la fédération professionnelle American petroleum institute (API), qui publie ses chiffres de manière indépendante le mardi soir, a estimé que les stocks de brut avaient reculé, et ceux d'essence augmenté.

"Les taux d'utilisation des raffineries devraient augmenter prochainement, ce qui devrait compenser les baisses des stocks d'essence enregistrés récemment", ont jugé les analystes de ING.

Le marché gardera par ailleurs un oeil sur l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires, dont la Russie.

Engagés à limiter leurs extractions au premier semestre, ces producteurs doivent se réunir les 25 et 26 juin pour décider si cet accord doit être renouvelé.

Un responsable de Gazprom Neft, branche pétrolière du géant russe de l'énergie Gazprom, estime que l'accord ne sera pas renouvelé au second semestre, selon l'agence Reuters.

"Rien n'est sûr, mais clairement, la Russie traîne des pieds au sujet d'un renouvellement au-delà de la date limite de juin", a commenté Stephen Brennock, analyste de PVM.

(c) AwP

Commenter Le pétrole grimpe avant les données officielles sur les stocks américains