Menu
A+ A A-

Les prix du pétrole divergent après de récents sommets

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole divergeaient vendredi en cours d'échanges européens alors que les investisseurs reprenaient leur souffle après les sommets en près de cinq mois atteints la veille.
Vers 10H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en juin valait 69,24 dollars à Londres, en baisse de 16 cents par rapport à la clôture de jeudi.

A New York, le baril américain de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour le contrat de mai prenait 2 cents à 62,12 dollars.

Jeudi, le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. avait brièvement passé le seuil des 70 dollars le baril pour la première fois depuis novembre 2018.

La référence européenne avait culminé à 70,03 dollars, tandis que le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. avait atteint jeudi un plus haut en près de cinq mois, à 62,99 dollars.

"Le risque d'un tweet de Donald Trump pèse sur le pétrole comme une épée de Damoclès qui s'abattra sur le marché si le baril coûte plus de 70 dollars trop longtemps", ont prophétisé les analystes de Commerzbank.

Le président américain a utilisé Twitter pour critiquer l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) à plusieurs reprises ces derniers mois.

La pression de Washington avait été créditée par de nombreux observateurs du marché pour l'assouplissement de l'accord de l'OPEP et de ses partenaires, qui avaient moins limité leur production au deuxième semestre 2018, conduisant à une fonte des prix.

L'accord avait ensuite été durci et renouvelé en décembre pour le premier semestre 2019.

Mais le Congrès américain a approuvé jeudi un résolution exhortant Donald Trump à arrêter tout soutien à la coalition saoudienne dans la guerre au Yémen.

"Le président va sans aucun doute mettre son veto, mais ce serait une preuve de soutien aux Saoudiens au moment-même où ces derniers ignorent ses demandes répétées de produire plus", a remarqué Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

L'OPEP et ses partenaires, dont la Russie, devront décider fin juin de renouveler ou non leur accord.

Les prix sont également soutenus par des baisses de production involontaires. Dernièrement focalisé sur l'Iran et le Venezuela, tous deux sous le coup de sanctions américaines, le marché s'est tourné jeudi vers la Libye.

Les forces alliées au gouvernement en Libye ont repoussé vendredi des combattants rivaux engagés dans une offensive pour prendre la capitale Tripoli, des affrontements susceptibles de replonger le pays dans un nouveau conflit.

Enfin, alors que la production des États-Unis continue de battre ses propres records (12,2 millions de barils par jour la semaine dernière, selon les données officielles), certains analystes prévoient un essoufflement de la croissance.

"La croissance va continuer d'être forte, mais les gains de productivité par puit vont ralentir et une discipline budgétaire plus stricte des groupes pétroliers va rendre le marché moins imprévisible", ont prévenu les analystes de Morgan Stanley, qui ont revu en légère baisse leurs prévisions pour la production de pétrole de schiste en 2019.

(c) AwP

Commenter Les prix du pétrole divergent après de récents sommets


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 16 août 2019 à 21:39

    Le pétrole en légère hausse, mais le marché inquiet d'une fa…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont légèrement progressé vendredi mais les investisseurs restaient prudents, dans un marché toujours préoccupé par...

    vendredi 16 août 2019 à 16:11

    Le pétrole efface une partie de ses gains après le rapport m…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi dans les échanges européens, mais effaçaient une partie de leurs gains après la publication par...

    vendredi 16 août 2019 à 14:51

    Norvège: la production de pétrole rebondit en juillet par ra…

    Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a nettement augmenté (+37%) en juillet par rapport à...

    vendredi 16 août 2019 à 14:08

    Nouvelle baisse de la production de pétrole en juillet (Opep…

    Paris: La production de pétrole des pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a de nouveau baissé en juillet, en...

    vendredi 16 août 2019 à 11:10

    Le pétrole monte dans un climat d'incertitude

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi dans les échanges européens, alors qu'un climat d'incertitude a vu les cours faire le yo-yo...

    jeudi 15 août 2019 à 21:04

    Le pétrole baisse, toujours miné par l'inquiétude économique

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont reculé jeudi, toujours plombés par les inquiétudes sur l'économie mondiale et la hausse des...

    jeudi 15 août 2019 à 13:36

    Le pétrole baisse, toujours miné par l'inquiétude économique

    Londres: Les prix du pétrole baissaient jeudi en cours d'échanges européens, toujours sous l'effet des craintes sur l'économie mondiale, renforcées par les...

    mercredi 14 août 2019 à 22:04

    Le pétrole dégringole, miné par les stocks américains et les…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont fortement reculé mercredi, lestés par la hausse des stocks de brut aux États-Unis et...

    mercredi 14 août 2019 à 17:56

    Le pétrole chute, miné par les craintes économiques

    Londres: Les prix du pétrole chutaient mercredi en cours d'échanges européens, après l'annonce des stocks américains et alors que les marchés mondiaux souffraient...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 30 juillet 2019 La chute des exportations de pétrole de l'Iran sont tombées en juillet à un plus bas de 100.000 barils par jour.
    L'Iran, l'un des membres fondateurs de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a accentué la baisse de l'offre du cartel mais les cours du brut n'en ont pas moins reculé à environ 64 dollars actuellement contre un plus haut de 2019 à 75 dollars, sur fond d'inquiétudes sur la croissance mondiale et la demande.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite