Menu
A+ A A-

Le pétrole termine un premier trimestre record, victoire pour l'Opep

prix du petrole Cours de clôtureCours de clôture: Les cours du pétrole ont grimpé au premier trimestre comme ils ne l'avaient plus fait depuis plus de 14 ans, ignorant les inquiétudes sur la croissance mondiale pour se focaliser sur l'Opep et les sanctions américaines qui visent les exportations du Venezuela et de l'Iran.
Le baril de Brent de mer du Nord pour livraison en mai a terminé à 68,39 dollars à Londres, en hausse de 57 cents par rapport à la clôture de la veille et en hausse de 27,12% depuis le début de l'année.

Le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l\'énergie., référence américaine, pour livraison le même mois, a gagné 84 cents à 60,14 dollars, s'envolant de 32,43% sur les trois premiers mois de l'année.

Le marché de l'or noir, d'habitude assoupi au premier trimestre, n'avait pas connu un aussi bon début d'année depuis 2005 pour le Brent et 2002 pour le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l\'énergie..

"Les prix se sont rétablis après le plongeon de la fin de l'année dernière, ils ont profité des baisses de production de l'Opep et de ses partenaires", a expliqué à l'AFP Giovanni Staunovo, analyste chez UBS.

Début décembre, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires, dont la Russie, ont décidé de durcir leur accord de limitation de la production pour faire remonter les cours.


Efforts saoudiens

Les investisseurs n'ont pas apprécié d'emblée cette annonce, et les prix ont continué de fondre en décembre.

Déterminé à voir les cours remonter car un pétrole peu cher pèse lourdement sur sa trésorerie, l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial, a multiplié ses efforts, ce qui a permis aux cours de fortement rebondir en ce début d'année.

Mais le royaume "fera attention à éviter que les prix ne grimpent trop pour ne pas mettre sous pression les États-Unis et les autres grands consommateurs", a estimé Dan Smith, analyste chez Oxford Economics.

Le président américain Donald Trump n'hésite d'ailleurs pas à critiquer l'Opep et ses baisses de production, accusant l'Organisation d'être responsable du niveau élevé des prix du pétrole, et donc du carburant.

Il a ainsi demandé jeudi à l'Opep d'augmenter sa production.

Mais après une baisse momentanée des cours du brut suivant l'intervention du président américain, "les cours se sont ressaisis quand il est apparu que les destinataires du message allaient faire la sourde oreille", a commenté vendredi Stephen Brennock, analyste chez PVM.

A la mi-2018, l'Opep et ses partenaires avaient adopté une tactique opposée face à la colère du président américain quand ils avaient accepté d'assouplir leur accord avant que les États-Unis n'appliquent des sanctions sur les exportations de pétrole de l'Iran.

Contrôle américain


Mais les États-Unis, à la dernière minute, avaient accordé des exemptions à certains importateurs, et les prix de l'or noir avaient lourdement chuté au quatrième trimestre (-35% pour le Brent et -38% pour le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l\'énergie.).

Depuis, l'Opep a durci les termes de son accord, et Washington a pris pour cible l'industrie pétrolière d'un autre de ses membres, le Venezuela.

Le marché scrute désormais la décision à venir de Washington sur une possible extension des exemptions pour les importateurs de pétrole iranien.

"Cela va dépendre des prix", a commenté Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB, qui estime que s'ils sont trop élevés "pour le président Trump, il pourrait renouveler les extensions pour protéger les consommateurs américains".

Cependant, le boom du pétrole de schiste ces dernières années a fait des États-Unis le premier producteur mondial, et a redonné au secteur un rôle crucial pour l'économie américaine.

"Ce qui est négatif pour les consommateurs est bon pour les producteurs, en quelque sorte, les États-Unis commencent à ressembler à l'Opep", a remarqué M. Schieldrop.

(c) AwP

Commenter Le pétrole termine un premier trimestre record, victoire pour l'Opep


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 18 août 2019 à 15:40

    Gibraltar rejette la demande US de saisie du pétrolier irani…

    Gibraltar: Les autorités de Gibraltar ont rejeté dimanche la demande américaine de saisie visant le pétrolier iranien Grace 1, arraisonné le 4...

    vendredi 16 août 2019 à 21:39

    Le pétrole en légère hausse, mais le marché inquiet d'une fa…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont légèrement progressé vendredi mais les investisseurs restaient prudents, dans un marché toujours préoccupé par...

    vendredi 16 août 2019 à 16:11

    Le pétrole efface une partie de ses gains après le rapport m…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi dans les échanges européens, mais effaçaient une partie de leurs gains après la publication par...

    vendredi 16 août 2019 à 14:51

    Norvège: la production de pétrole rebondit en juillet par ra…

    Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a nettement augmenté (+37%) en juillet par rapport à...

    vendredi 16 août 2019 à 14:08

    Nouvelle baisse de la production de pétrole en juillet (Opep…

    Paris: La production de pétrole des pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a de nouveau baissé en juillet, en...

    vendredi 16 août 2019 à 11:10

    Le pétrole monte dans un climat d'incertitude

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi dans les échanges européens, alors qu'un climat d'incertitude a vu les cours faire le yo-yo...

    jeudi 15 août 2019 à 21:04

    Le pétrole baisse, toujours miné par l'inquiétude économique

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont reculé jeudi, toujours plombés par les inquiétudes sur l'économie mondiale et la hausse des...

    jeudi 15 août 2019 à 13:36

    Le pétrole baisse, toujours miné par l'inquiétude économique

    Londres: Les prix du pétrole baissaient jeudi en cours d'échanges européens, toujours sous l'effet des craintes sur l'économie mondiale, renforcées par les...

    mercredi 14 août 2019 à 22:04

    Le pétrole dégringole, miné par les stocks américains et les…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont fortement reculé mercredi, lestés par la hausse des stocks de brut aux États-Unis et...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 30 juillet 2019 La chute des exportations de pétrole de l'Iran sont tombées en juillet à un plus bas de 100.000 barils par jour.
    L'Iran, l'un des membres fondateurs de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a accentué la baisse de l'offre du cartel mais les cours du brut n'en ont pas moins reculé à environ 64 dollars actuellement contre un plus haut de 2019 à 75 dollars, sur fond d'inquiétudes sur la croissance mondiale et la demande.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite