Menu
A+ A A-

A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain fait peau neuve

prix du petrole Corpus christiCorpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des Etats-Unis, l'un des ports les plus importants du pays en matière de commerce de pétrole brut n'a pas lésiné sur son lifting.
"Les États-Unis vivent une renaissance énergétique inconnue depuis 70 ans", s'enthousiasme Sean Strawbridge, fringant PDG du port depuis 2015.

"Les volumes de pétrole produits doivent trouver un débouché. Si on ne s'en charge pas, quelqu'un d'autre le fera", ajoute le quinquagénaire. Les exportations du port pourraient passer à 2,7 millions de barils par jour une fois les travaux achevés, contre 700.000 aujourd'hui, d'après lui.

L'énergie est de loin l'activité principale sur le port. Bien loin de l'imagerie d'Epinal des conteneurs multicolores, des grues, et des poids lourds, ce sont ici les tuyaux larges, les raffineries fumantes et les énormes cuves de stockage de liquides qui trônent dans les allées du quatrième port du pays en tonnage, mais qui se dispute avec celui de Houston la première place sur les exportations de brut.

Trois nouveaux oléoducs s'ajouteront bientôt à ce paysage peu esthétique mais très rentable. Epic, Cactus et Grey Oak seront opérationnels fin 2019, pour une capacité de transport de deux millions de barils supplémentaires par jour.

Ces trois conduits géants relieront le port aux deux principaux réservoirs de pétrole de schiste du pays: Eagle Ford, mais surtout le bassin permien, à cheval entre l'ouest du Texas et le Nouveau-Mexique.

Navires "stars"

Nourri aux investissements massifs des deux géants ExxonMobil et Chevron, le "permien" libère chaque jour 4,1 millions de barils. Il pourrait monter à 4,5 millions d'ici cinq ans selon les autorités américaines, de quoi rivaliser avec les champs les plus productifs au monde.

Les trois oléoducs permettront d'endiguer les problèmes de congestion qui affectent le bassin, imposant le transport du brut par camions et trains, beaucoup plus coûteux.

Tout au long de la baie de Corpus Christi, un gigantesque projet de dragage est également à l'oeuvre, consistant à racler le fond de l'eau à plus de 16 mètres de profondeur, contre 13 actuellement.

Grâce à ces 3 mètres supplémentaires, les navires "VLCC", pourront charger un peu plus de barils sur la côte -- et moins au large à l'aide de bateaux plus petits -- ce qui est moins cher et plus rapide. Ces navires "stars" de l'industrie, plus longs que deux terrains de football, peuvent transporter deux millions de barils.

"Le nerf de la guerre c'est de pouvoir mettre plus de pétrole par navire", confie Khalid Muslih, à la tête des activités de terminaux pour Buckeye Partners. Ce groupe construit deux terminaux à Corpus Christi et va agrandir ses capacités de stockage de liquides.

Avec une production journalière de 12 millions de barils et une consommation stagnante, l'Amérique dépasse régulièrement les trois millions de barils exportés chaque jour, du jamais-vu. Alléchée par les perspectives, elle veut désormais vendre davantage de pétrole brut et de produits raffinés qu'elle n'en achète, de quoi soigner un peu son déficit commercial record.

"Mort lente"

Cependant, ce qui est vu par les uns comme une chance historique est perçu par d'autres comme une "destruction" annoncée.

A l'embouchure de la baie de Corpus Christi, la commune côtière de Port Aransas, sur le tracé du programme de dragage, constitue un estuaire par lequel transitent beaucoup d'animaux marins, tels que les crabes et les crevettes.

"Si vous modifiez la profondeur de l'eau, vous modifiez l'ensemble du cycle de ces espèces", s'alarme Dan Pecore, membre de l'organisation écologiste Port Aransas Conservancy, bien que le port mette en avant sa préoccupation de la préservation de la nature.

Ancien de l'industrie pétrolière, reconverti dans la fabrication de bateaux, il s'inquiète de la "mort lente" de la pêche et du surf alors que le port lorgne déjà sur un dragage plus profond encore à 23 mètres.

L'organisation ne nie pas l'argument du développement économique dans une ville de plus de 300.000 habitants où plus de 76.000 emplois directs et indirects sont liés au port.

Elle préconise toutefois des infrastructures offshore pour accueillir les supertankers sans dénaturer la côte, à l'image de ce qui se fait en Louisiane. Or le port combat ce projet, porté par un concurrent, qui risquerait d'amputer ses recettes liées au trafic des navires.

Selon Dan Pecore, la fuite en avant est révélatrice de la présidence de Donald Trump. Le milliardaire a déjà montré le peu d'intérêt qu'il portait à l'environnement en retirant une partie de la régulation sur le secteur pétrolier.

Sur les perspectives de dragage, M. Trump affirmait en octobre: "Cela représentera un avantage énorme. On pourra vendre beaucoup plus de pétrole".

"Il ne peut pas y avoir meilleure relation entre Trump et le port", soupire l'écologiste.

(c) AwP

Commenter A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain fait peau neuve


    Le pétrole aux Etats-Unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Etats-Unis

    mercredi 16 septembre 2020

    Les réserves américaines de brut repartent à la baisse

    New York: Les stocks commerciaux de pétrole brut aux Etats-Unis ont baissé la semaine dernière, après une hausse inattendue la semaine précédente...

    jeudi 10 septembre 2020

    USA: hausse surprise des stocks de pétrole brut

    New York: Les réserves américaines de pétrole brut sont reparties à la hausse début septembre, à la surprise des analystes, avec une...

    mercredi 02 septembre 2020

    USA: les stocks de pétrole brut au plus bas depuis avril

    New York: Les réserves américaines de pétrole brut ont baissé pour la sixième semaine de suite, touchant leur niveau le plus bas...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 26 septembre 2020 à 15:28

    Total : La Russie voit sa production pétrolière progresser a…

    Paris, 26 septembre (reuters): La Russie s'attend à ce que sa production de pétrole augmente une fois que l'accord de l'Opep et...

    vendredi 25 septembre 2020 à 23:41

    Le pétrole à peine à l'équilibre, face à une demande déprimé…

    New York: Les cours du pétrole ont manqué de direction vendredi pour terminer un peu en-dessous de l'équilibre, coincés par les perspectives...

    vendredi 25 septembre 2020 à 20:03

    A la raffinerie de Grandpuits, la CGT appelle à la grève le …

    Grandpuits:BAILLY-CARROIS (awp/afp) - La syndicat CGT de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) a appelé vendredi à la grève le 6 octobre au...

    vendredi 25 septembre 2020 à 16:24

    Le pétrole pique du nez, le Covid-19 menace toujours la dema…

    Londres: Après une séance asiatique et des débuts européens en hausse, les cours du brut repartaient vers le bas vendredi, coincés par...

    vendredi 25 septembre 2020 à 11:47

    Le pétrole amorce la fin de la semaine en petite hausse

    Londres: Les prix du pétrole connaissaient une légère hausse vendredi, dans la lignée de la veille, aidés par un timide regain d'optimisme...

    jeudi 24 septembre 2020 à 22:46

    Total vise le top 5 de la production d'énergie renouvelable

    Paris: Total se donne pour ambition de long terme de faire partie des cinq plus grands producteurs mondiaux d'énergies renouvelables face au...

    jeudi 24 septembre 2020 à 22:39

    Hésitant en séance, le pétrole termine en modeste hausse

    Cours de clôture: Les prix du pétrole, qui avaient démarré en légère baisse à Londres, se sont redressés jeudi mais restent toujours...

    jeudi 24 septembre 2020 à 13:28

    Total: Arrêt du raffinage et projet de reconversion à Grandp…

    Paris: Total a annoncé jeudi un projet de transformation de sa raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) en une plate-forme "zéro pétrole", le groupe...

    jeudi 24 septembre 2020 à 12:41

    Le pétrole cale après la publication des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole étaient en légère baisse jeudi, malgré une baisse des stocks américains la veille, les préoccupations qui entourent...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 14 septembre 2020 L'OPEP table désormais sur une chute de 9,46 millions de barils par jour (bpj) cette année soit 400.000 bpj de moins que prévu le mois dernier, montre son nouveau rapport mensuel.

    En juillet 2020, le prix du pétrole augmente moins qu’en juin

    Le dimanche 16 août 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En juillet 2020, le prix du pétrole en euros  ralentit (+5,6 % après +30,2 % en juin).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent légèrement (+0,4 % après −2,5 %), notamment du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent de nouveau (+2,8 % après +3,5 %). En revanche, les prix des matières premières alimentaires diminuent encore (−2,0 % après −7,9 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En juillet 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros augmente moins qu’en juin (+5,6 % après +30,2...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite