Menu
A+ A A-

A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain fait peau neuve

prix du petrole Corpus christiCorpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des Etats-Unis, l'un des ports les plus importants du pays en matière de commerce de pétrole brut n'a pas lésiné sur son lifting.
"Les États-Unis vivent une renaissance énergétique inconnue depuis 70 ans", s'enthousiasme Sean Strawbridge, fringant PDG du port depuis 2015.

"Les volumes de pétrole produits doivent trouver un débouché. Si on ne s'en charge pas, quelqu'un d'autre le fera", ajoute le quinquagénaire. Les exportations du port pourraient passer à 2,7 millions de barils par jour une fois les travaux achevés, contre 700.000 aujourd'hui, d'après lui.

L'énergie est de loin l'activité principale sur le port. Bien loin de l'imagerie d'Epinal des conteneurs multicolores, des grues, et des poids lourds, ce sont ici les tuyaux larges, les raffineries fumantes et les énormes cuves de stockage de liquides qui trônent dans les allées du quatrième port du pays en tonnage, mais qui se dispute avec celui de Houston la première place sur les exportations de brut.

Trois nouveaux oléoducs s'ajouteront bientôt à ce paysage peu esthétique mais très rentable. Epic, Cactus et Grey Oak seront opérationnels fin 2019, pour une capacité de transport de deux millions de barils supplémentaires par jour.

Ces trois conduits géants relieront le port aux deux principaux réservoirs de pétrole de schiste du pays: Eagle Ford, mais surtout le bassin permien, à cheval entre l'ouest du Texas et le Nouveau-Mexique.

Navires "stars"

Nourri aux investissements massifs des deux géants ExxonMobil et Chevron, le "permien" libère chaque jour 4,1 millions de barils. Il pourrait monter à 4,5 millions d'ici cinq ans selon les autorités américaines, de quoi rivaliser avec les champs les plus productifs au monde.

Les trois oléoducs permettront d'endiguer les problèmes de congestion qui affectent le bassin, imposant le transport du brut par camions et trains, beaucoup plus coûteux.

Tout au long de la baie de Corpus Christi, un gigantesque projet de dragage est également à l'oeuvre, consistant à racler le fond de l'eau à plus de 16 mètres de profondeur, contre 13 actuellement.

Grâce à ces 3 mètres supplémentaires, les navires "VLCC", pourront charger un peu plus de barils sur la côte -- et moins au large à l'aide de bateaux plus petits -- ce qui est moins cher et plus rapide. Ces navires "stars" de l'industrie, plus longs que deux terrains de football, peuvent transporter deux millions de barils.

"Le nerf de la guerre c'est de pouvoir mettre plus de pétrole par navire", confie Khalid Muslih, à la tête des activités de terminaux pour Buckeye Partners. Ce groupe construit deux terminaux à Corpus Christi et va agrandir ses capacités de stockage de liquides.

Avec une production journalière de 12 millions de barils et une consommation stagnante, l'Amérique dépasse régulièrement les trois millions de barils exportés chaque jour, du jamais-vu. Alléchée par les perspectives, elle veut désormais vendre davantage de pétrole brut et de produits raffinés qu'elle n'en achète, de quoi soigner un peu son déficit commercial record.

"Mort lente"

Cependant, ce qui est vu par les uns comme une chance historique est perçu par d'autres comme une "destruction" annoncée.

A l'embouchure de la baie de Corpus Christi, la commune côtière de Port Aransas, sur le tracé du programme de dragage, constitue un estuaire par lequel transitent beaucoup d'animaux marins, tels que les crabes et les crevettes.

"Si vous modifiez la profondeur de l'eau, vous modifiez l'ensemble du cycle de ces espèces", s'alarme Dan Pecore, membre de l'organisation écologiste Port Aransas Conservancy, bien que le port mette en avant sa préoccupation de la préservation de la nature.

Ancien de l'industrie pétrolière, reconverti dans la fabrication de bateaux, il s'inquiète de la "mort lente" de la pêche et du surf alors que le port lorgne déjà sur un dragage plus profond encore à 23 mètres.

L'organisation ne nie pas l'argument du développement économique dans une ville de plus de 300.000 habitants où plus de 76.000 emplois directs et indirects sont liés au port.

Elle préconise toutefois des infrastructures offshore pour accueillir les supertankers sans dénaturer la côte, à l'image de ce qui se fait en Louisiane. Or le port combat ce projet, porté par un concurrent, qui risquerait d'amputer ses recettes liées au trafic des navires.

Selon Dan Pecore, la fuite en avant est révélatrice de la présidence de Donald Trump. Le milliardaire a déjà montré le peu d'intérêt qu'il portait à l'environnement en retirant une partie de la régulation sur le secteur pétrolier.

Sur les perspectives de dragage, M. Trump affirmait en octobre: "Cela représentera un avantage énorme. On pourra vendre beaucoup plus de pétrole".

"Il ne peut pas y avoir meilleure relation entre Trump et le port", soupire l'écologiste.

(c) AwP

Commenter A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain fait peau neuve


    Le pétrole aux Etats-Unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Etats-Unis

    dimanche 14 avril 2019

    Au Texas, la vie au gré du prix du baril de pétrole

    Cotulla: Cotulla, l'autoproclamée "capitale hôtelière" du pétrole texan, avec ses 24 bâtiments pour 4.200 habitants, profite de la bonne santé des cours...

    samedi 13 avril 2019

    Le bassin permien américain, nouvel eldorado des majors pétr…

    New York: L'annonce du rachat d'Anadarko par Chevron vendredi est venue illustrer le poids prépondérant du bassin permien aux Etats-Unis, qui vient...

    vendredi 12 avril 2019

    La major Chevron rachète sa compatriote Anadarko pour 33 mil…

    New York: La major pétrolière américaine Chevron a cassé sa tirelire vendredi pour racheter sa compatriote Anadarko: pour 33 milliards de dollars...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 18 avril 2019 à 16:32

    Les prix du pétrole divergent dans un marché indécis

    Londres: Les cours du pétrole divergeaient jeudi en cours d'échanges européens, à la veille du long week-end pascal vendredi et lundi.

    jeudi 18 avril 2019 à 12:15

    Le pétrole recule un peu avant un long week-end pascal

    Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens alors que le marché britannique sera fermé vendredi et lundi...

    jeudi 18 avril 2019 à 06:38

    Les cours du pétrole inertes en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole n'évoluaient guère jeudi en Asie en dépit de la baisse des réserves américaines de brut, les analystes...

    mercredi 17 avril 2019 à 22:24

    Le pétrole recule, privilégie la production russe aux stocks…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement baissé mercredi malgré un recul des stocks américains, les courtiers s'interrogeant sur l'avenir...

    mercredi 17 avril 2019 à 17:21

    Recul surprise des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis (EI…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont enregistré une baisse surprise la semaine dernière et les importations ont chuté...

    mercredi 17 avril 2019 à 12:14

    Le pétrole grimpe avant les données officielles sur les stoc…

    Londres: Le prix du pétrole de Brent bondissait mercredi en cours d'échanges européens à son plus haut niveau en cinq mois, galvanisés...

    mercredi 17 avril 2019 à 07:54

    Le pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mercredi en Asie, après des estimations d'une baisse inattendue des réserves de...

    mardi 16 avril 2019 à 22:05

    Le pétrole monte à la veille d'un rapport sur les stocks amé…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont un peu avancé mardi dans un marché sans direction claire, à la veille de...

    mardi 16 avril 2019 à 12:11

    Le pétrole stable dans un marché atone

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient mardi en cours d'échanges européens dans un marché sans direction forte après les prises de...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 16 avril 2019 Pour la semaine achevée le 12 avril, les analystes tablent sur une hausse de 2 millions de barils des stocks de brut, sur une baisse de 2,55 millions de barils des stocks d'essence et sur une baisse d'un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite