Logo

Les princes pétroliers de l'OPEP luttent pour survivre

prix du petrole OPEP: Les relations déjà tendues entre les législateurs américains et deux des supporters les plus loyaux du Président Trump, le Prince de la Couronne saoudienne Mohammed bin Salman et le Cheikh Mohammed bin Zayed d'Abou Dabi, semblent s'aggraver.
Ces derniers jours, des rapports ont indiqué qu'un nombre croissant de membres du congrès des États-Unis devraient adopter une résolution qui mettra fin à l'implication des États-Unis dans la guerre civile au Yémen. Cette résolution constituerait un défi direct pour le Président Trump, qui devrait alors envisager d'utiliser un veto présidentiel. Bien que la stratégie du Moyen-Orient de Trump puisse manquer de clarté, il est indéniable que les MBS et les MBZ sont essentiels à son influence dans la région.

L'hostilité entre les républicains et les démocrates au Congrès américain a été particulièrement intense sous le Président actuel. Le soutien continu de l'administration Trump de la coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite luttant contre les rebelles Houthi au Yémen est devenu le dernier point focal de cette tension. Les sources des médias américains ont indiqué qu'un groupe au sein du Congrès envisage de reproduire une version de la résolution qui a adopté le Sénat 56-41 le mois dernier pour réprimander la maison blanche et l'Arabie saoudite suite au meurtre de Khashoggi. Le public américain semble être en grande partie contre la coopération militaire américaine au Yémen, blâmant principalement l'Arabie saoudite, et en particulier MBS, pour la crise. Le Congrès américain semble maintenant refléter l'opinion publique. Cette résolution limiterait le montant et le type de soutien des États-Unis au Yémen. Les sénateurs, comme Mike Lee, R-Utah, affirment que la décision de soutenir la Coalition, qui a été prise par le président Obama et Trump, n'a jamais été voté et approuvé par le Congrès. Le soutien à une nouvelle stratégie des États-Unis est large, comme nouvellement élu chef de la majorité de la chambre démocrate Steny Hoyer a annoncé qu'il serait co-parrainer la Loi. Plusieurs républicains semblent aussi maintenant être derrière la nouvelle approche.

Au Moyen-Orient plus largement, la stratégie de Trump ne parvient pas à faire confiance aux deux dirigeants arabes au centre de cette lutte. La menace persistante d'un retrait complet des troupes américaines et l'abandon des forces Kurdes en Syrie a envoyé des frissons dans les épines de MBS et MBZ. Les deux jeunes leaders, actuellement lourdement engagés dans la transformation de leurs sociétés et de leurs économies, savent que le soutien de Washington à ces deux principaux alliés américains pourrait être modifié par un tweet. Le soutien de Trump semble, de l'extérieur au moins, être basé sur une approche émotionnelle plutôt que rationnelle. Riyad et Abu Dhabi sont de plus en plus inquiets que le soutien des États-Unis est vacante, avec même le Secrétaire d'État Mike pompée est incapable de réprimer les craintes croissantes. La poursuite des tweets anti-OPEP ou anti-saoudiens de la stratégie pétrolière par Trump ne parvient pas à répondre aux craintes de ces deux chiffres clés de l'OPEP.

Le signe le plus visible que MBS et MBZ envisagent de changer de camp et de réduire leur plein soutien de Washington aux États-Unis, est le fait qu'aucun ne sont rendus aux États-Unis depuis longtemps. Pour le Prince héritier saoudien Mohammed bin Salman, il est clair qu'un voyage aux États-Unis est à la fois un risque juridique et politique. Il serait confronté à la menace de poursuites judiciaires concernant le meurtre de Khashoggi et la pression politique concernant la guerre du Yémen. Les deux MBS et Mohammed bin Zayed doivent également s'inquiéter des conclusions possibles de l'enquête Mueller. Mueller est encore en train de se concentrer sur les éventuelles interférences aux élections américaines, avec l'Arabie saoudite et les Émirats Arabes Unis comme cibles potentielles. Les liens entre l'entourage de Trump et les think tanks saoudiens et les groupes financiers sont évalués. Le Qatar, le paria du CCG à l'heure actuelle, est également sous contrôle. Qu'il existe des liens entre les dirigeants arabes et les confidents de Trump, comme Jared Kushner, est déjà clair. Des rencontres entre MBZ, Kushner et George Nader, émissaire des Émirats Arabes Unis, sont déjà en cours d'établissement. Ces rencontres ont même été liées à une connexion russe, via Erik Prince et le fonds souverain russe, le PDG de RDIF, Kirill Dmitriev.

Si les deux princes de la Couronne arabe sont confrontés à une pression accrue du Congrès américain ou de l'enquête Muller, il faut s'attendre à une rupture majeure dans les relations entre les États-Unis et le CCG. Cela aura non seulement un impact sur les opérations géopolitiques et militaires des États-Unis et de ses alliés européens, mais aura également un résultat négatif direct pour la position de l'OPEP envers les États-Unis. À l'heure actuelle, le cartel du pétrole est confronté à la législation anti-cartel et les tweets de Trump pour abaisser les prix du pétrole et augmenter la production. Jusqu'à présent, la stratégie de l'OPEP semble être d'ignorer les explosions de Trump. Toutefois, si les deux principaux courtiers en énergie de l'OPEP sont directement menacés par Washington, il faut s'attendre à un changement de position à grande échelle. La politique géopolitique saoudienne a déjà un parti pris oriental. Une tempête politique à Washington ne fera que repousser les deux puissances du Golfe encore plus près de Moscou et de Pékin.

(c) Oil Price

Commenter Les princes pétroliers de l'OPEP luttent pour survivre


©Prix du Baril - Le portail d'information des cours du pétrole et du prix des carburants.