Nous pomperons le dernier baril de pétrole au monde""/>
Logo

Arabie Saoudite: Nous pomperons le dernier baril de pétrole au monde

prix du petrole arabie saouditeRyad: L’Arabie saoudite n’achète pas le récit du pic de la demande maximale de pétrole. Le plus gros producteur de l’OPEP continue de s’attendre à ce que la demande mondiale de pétrole continue de croître au moins d’ici 2040 et se considère comme le producteur de pétrole le mieux équipé pour continuer à satisfaire cette demande, grâce à ses coûts de production très bas.
L’Arabie saoudite sera la seule à pomper le dernier baril de pétrole au monde, mais elle ne voit pas le «dernier baril de pétrole» pompé dans les décennies et les décennies à venir.

«Je ne vois pas de pic de demande [de pétrole] dans 10 ans ni même d'ici 2040», a déclaré Amin Nasser, président et chef de la direction du géant pétrolier saoudien Saudi Aramco, à John Defterios, rédacteur en chef de CNN Business, en marge du Forum économique à Davos cette semaine.

"La demande de pétrole continuera de croître ... Nous sommes le producteur au coût le plus bas et le dernier baril proviendra de la région", a déclaré Nasser à CNN.

Nasser dit depuis plusieurs années que le pic de la demande de pétrole n’est nulle part en vue, que la pétrochimie stimulera la croissance de la demande de pétrole jusqu’en 2050 et que toutes les discussions sur le "pic de la demande de pétrole" et des "ressources fossiles" menacent une transition énergétique ordonnée ainsi que la sécurité énergétique.

L’Arabie saoudite, qui vient d’annoncer que ses énormes réserves de pétrole sont légèrement supérieures aux estimations précédentes, cherche à diversifier son économie pour s’éloigner de la forte dépendance à l’égard du pétrole brut, mais l’un des objectifs de son plan de diversification "Vision 2030" consiste à utiliser moins de pétrole pour sa production d’énergie afin de libérer plus de barils à l'exportation.

Premier exportateur mondial de pétrole brut, l’Arabie saoudite ne cédera pas facilement sa couronne et le poids géopolitique qui va avec.

Les Saoudiens ont les deux ingrédients clés pour continuer à pomper du pétrole: d’énormes réserves et de faibles coûts de production.

En outre, diverses organisations, dont l'OPEP, estiment que la production de schiste du principal producteur mondial de pétrole, les États-Unis, atteindra un pic à la fin des années 2020, ravivant ainsi la demande de pétrole brut de l'OPEP (et de l'Arabie saoudite, premier producteur de pétrole).

Plus tôt ce mois-ci, l'Arabie saoudite a annoncé qu'une estimation indépendante de ses réserves pétrolières établie par DeGolyer et MacNaughton (D M) montrait que les réserves prouvées totales du Royaume s'élevaient à 268,5 milliards de barils à la fin de 2017, contre environ 266 milliards de barils précédemment estimés.

L’examen statistique de l’énergie mondiale 2018 établi par BP situait les réserves de pétrole de l’Arabie saoudite à 266,2 milliards de barils à la fin de 2017, soit 15,7% des réserves mondiales, derrière les 303,2 milliards de barils du Venezuela.

DeGolyer et MacNaughton ont annoncé la semaine dernière avoir achevé la première évaluation indépendante contemporaine des réserves en Arabie saoudite, ajoutant qu'à ce stade, ils ne feraient "aucun autre commentaire sur ce projet de grande envergure".

«Cette certification montre pourquoi chaque baril que nous produisons est le plus rentable au monde et pourquoi nous pensons que Saudi Aramco est la société la plus précieuse au monde et, de fait, la plus importante», a déclaré le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al-Falih, dans le communiqué publié par l'Agence de presse saoudienne.

Le coût de production de Saudi Aramco n’est que de 4 dollars le baril, a déclaré al-Falih lors d’une conférence de presse, tel que présenté par Reuters.

L'Arabie saoudite pourrait avoir besoin de prix du pétrole supérieurs à 80 dollars le baril pour équilibrer son budget car la majeure partie des revenus provient du pétrole. Pourtant, le Royaume a probablement le coût le plus bas au monde pour le pompage d’un baril de pétrole.

Alors que la hausse de la production de schiste aux États-Unis a stimulé l’offre mondiale de pétrole que l’Arabie saoudite et l’OPEP et la Russie non-OPEP cherchent à drainer à nouveau avec une nouvelle série de réductions de production, les estimations actuelles font état d’un pic de schiste à la fin des années 2020.

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), la production pétrolière restreinte aux États-Unis continuera d’augmenter jusqu’en 2025 et «par la suite, avec notre estimation actuelle des ressources récupérables, la production commencera à baisser progressivement».

Dans son dernier World Oil Outlook, l’OPEP prévoit que l’offre hors OPEP atteindra un sommet à la fin des années 2020, principalement en raison de la baisse attendue du pic de l’offre pétrolière aux États-Unis. À moyen terme, jusqu'en 2023, la demande de pétrole brut de l'OPEP devrait chuter à 31,6 millions de bpj en 2023 en raison d'une croissance de l'offre hors OPEP. Mais après cela, avec le pic américain de schiste attendu à la fin des années 2020, l’OPEP prévoit que la demande de son brut recommencera à augmenter, pour atteindre près de 40 millions de bpj (barils par jour) en 2040.

Le monde aura-t-il besoin de pétrole en 2040? La réponse de Saudi Aramco à cette question est un «oui» catégorique.

Le monde continuera à avoir besoin de beaucoup plus de pétrole et d’explorations bien plus importantes, ne serait-ce que pour compenser la baisse de production de pétrole sur des champs matures, a déclaré Nasser d’Aramco à Houston l’an dernier.

La transition énergétique est beaucoup plus complexe que le simple remplacement du pétrole par des énergies renouvelables et des véhicules électriques (VE), a déclaré Nasser en mars dernier, ajoutant: «En d’autres termes, je n'ai pas de mal à dormir face au pic de la demande de pétrole ou des énergies fossiles».



(c) Oil Price

Commenter Arabie Saoudite: "Nous pomperons le dernier baril de pétrole au monde"


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.