Menu
A+ A A-

Les pays du Golfe doivent s'habituer à un pétrole à bas prix

prix du petrole dubaïDubaï: Les pays arabes du Golfe, qui dépendent fortement du pétrole, doivent s'attendre à des prix bas à long terme et à une croissance économique modérée, ont estimé des experts réunis mercredi à Dubaï.
La perspective d'une "guerre économique" entre les États-Unis et la Chine et un ralentissement économique mondial à partir de l'année prochaine, vont freiner la demande sur le pétrole et maintenir les prix à un bas niveau, selon ces experts.

"Les prix du pétrole resteront bas pendant longtemps", a déclaré l'ancien ministre libanais de l'Economie, Nasser Saidi, lors du Forum des stratégies arabes à Dubaï.

Un ralentissement de l'économie mondiale réduira la demande sur le brut, tandis que la concurrence croissante des sources d'énergie renouvelables et du pétrole de schiste entraîneront une baisse des prix du baril, a-t-il souligné.

"Cela aura un impact négatif sur la croissance dans l'ensemble de la région (...) qui sera confrontée à une crise financière et économique", a déclaré M. Saidi.

L'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, Oman, le Qatar et le Koweït, membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG), pompent environ 18 millions de barils par jour et tirent plus de 80% de leurs revenus du pétrole et du gaz naturel.

Ces pays ont perdu des centaines de milliards de dollars depuis l'effondrement des prix du brut à la mi-2014. Les prix ont toutefois rebondi depuis un an et demi après la décision de producteurs membres et non membres de l'OPEP de réduire leur production.

Mais les prix ont de nouveau plongé lorsque ces pays ont recommencé à produire presque à pleine capacité.

Depuis le début d'octobre, le prix du baril a chuté de 25% par rapport à 85 dollars, son plus haut niveau enregistré au cours de ces quatre dernières années.

Pour Mahmoud Mohieldin, vice-président de la Banque mondiale, la croissance économique des pays du CCG va dépendre des prix du pétrole.

"Nous sommes dans une période d'incertitude (...) La croissance dans les pays du Golfe devrait atteindre 3% l'an prochain (...) mais elle pourrait être révisée" à la baisse, à la suite de la chute des prix du pétrole, a-t-il déclaré.

Le taux de chômage est de 30% auprès des jeunes vivant dans des pays arabes, et plus haut encore auprès des femmes, a-t-il ajouté, mettant en cause la croissance qui ne génère pas suffisamment d'emplois.

Observant la dégringolade des prix du pétrole ces deux derniers mois, les producteurs membres et non membres de l'OPEP ont décidé en décembre de réduire leur production de 1,2 million de baril par jour à partir de janvier pour soutenir les prix.

Capital Economics, un groupe de réflexion basé à Londres, a révisé à la baisse la croissance économique du CCG en raison de la chute des prix du pétrole et des réductions de production.

"Nous pensons que l'accord de l'OPEP aura un impact négatif global sur la croissance du PIB dans le Golfe au cours des prochains trimestres", a estimé CapitalEconomics la semaine dernière après l'annonce des nouvelles réductions.


(c) AFP

Commenter Les pays du Golfe doivent s'habituer à un pétrole à bas prix


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 13 décembre 2019 à 20:59

    Le pétrole profite d'un accord préliminaire entre Pékin et W…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en hausse vendredi après l'annonce d'une avancée de taille dans la guerre commerciale...

    vendredi 13 décembre 2019 à 18:16

    Le pétrole profite d'un accord préliminaire entre Pékin et W…

    Londres: Les prix du pétrole progressaient en cours de séance européenne après l'annonce d'une avancée de taille dans la guerre commerciale sino-américaine...

    vendredi 13 décembre 2019 à 12:39

    Le pétrole en hausse, optimiste sur un accord commercial sin…

    Londres: Les prix du pétrole évoluaient à des plus hauts depuis septembre, vendredi en cours d'échanges européens, portés par les perspectives d'un...

    vendredi 13 décembre 2019 à 12:27

    La production pétrolière est normale en France

    Paris: La production pétrolière en France n'est pas à l'arrêt et les raffineries fonctionnent normalement malgré le mouvement social contre la réforme...

    jeudi 12 décembre 2019 à 22:00

    Le pétrole soutenu par un possible accord commercial sino-am…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en hausse jeudi, portés par des informations selon lesquelles la Chine et les...

    jeudi 12 décembre 2019 à 17:32

    Le pétrole soutenu par un tweet de Trump optimiste sur la gu…

    Londres: Les prix du pétrole accentuaient leur hausse jeudi en cours d'échanges européens, encouragés par un tweet de Donald Trump estimant que...

    jeudi 12 décembre 2019 à 12:29

    Le pétrole se reprend au lendemain des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole progressaient jeudi en cours d'échanges européens, rassurés par la perspective d'un marché "équilibré" pour 2020 après avoir...

    jeudi 12 décembre 2019 à 11:57

    Aramco atteint une valorisation de 2000 milliards de dollars

    Ryad: Le prix de l'action du géant pétrolier saoudien Aramco a bondi jeudi à la Bourse de Ryad au deuxième jour de...

    jeudi 12 décembre 2019 à 10:33

    Pétrole: le marché pourrait être excédentaire début 2020 (AI…

    Paris: L'offre de pétrole sur les marchés mondiaux pourrait être excédentaire début 2020 malgré les baisses de production supplémentaires décidées par les...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 4 décembre 2019 Les stocks commerciaux de pétrole des États-Unis ont baissé d'environ -4,9 millions de barils, selon des données publiées par l'EIA.
    Les analystes tablaient, eux, sur une baisse plus modeste, de l'ordre de -1,7 million de barils.

    Les stocks de pétrole s'établissent ainsi à 447,1 millions de barils.

    En octobre 2019, le prix du pétrole se replie

    Le lundi 25 novembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2019, le prix du pétrole en euros se replie (-5,4 % après +7,6 % en septembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) diminuent également (−1,0 % après +0,4 %) sous l’effet notamment des matières premières industrielles (−2,8 % après +1,8 %). Le prix du pétrole se redresse En octobre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se replie (-5,4 % après +7,6 %), à 54 € en moyenne par baril.En dollars, la baisse des prix est moins ample (-5,0 % après +6,4 %)...

    Lire la suite

    En septembre 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le mardi 22 octobre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+7,6 % après -6,9 % en août). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,4 % après −6,4 %) à l’instar des matières premières industrielles (+1,8 % après −10,8 %). Le prix du pétrole se redresse En septembre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+7,6 % après -6,9 %), à 57,1 € en moyenne par baril, après les attaques visant deux sites pétroliers saoudiens.La hausse est moins marquée...

    Lire la suite

    Un nouveau choc pétrolier est-il envisageable ?

    Le samedi 21 septembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    New York: La soudaine flambée des prix du baril de pétrole cette semaine a fait vaguement resurgir le spectre de la pénurie d'or noir. La probabilité d'un nouveau choc pétrolier forçant les automobilistes à faire la queue aux stations-essence reste toutefois ténue, selon plusieurs analystes.

    Lire la suite