Menu
A+ A A-

L'Opep et Moscou réduisent leur production, le pétrole se reprend

prix du petrole vienneVienne: L'Opep et ses alliés menés par la Russie vont abaisser leur production d'1,2 million de barils par jour pour les six prochains mois, selon les termes d'un accord scellé vendredi qui a redonné des couleurs au cours du pétrole, au risque d'irriter le président américain Donald Trump.
Cet objectif, attendu fébrilement par les marchés, sera réparti à hauteur de 800.000 barils quotidiens pour les quatorze pays de l'OPEP et de 400.000 pour ses dix partenaires dont la Russie, a précisé l'organisation lors d'une conférence de presse qui s'est tenue à son siège de Vienne.

La réduction, correspondant à un peu plus de 1% de la production mondiale, est destinée à rééquilibrer le marché et à enrayer la chute des cours, qui ont dévissé de 30% en deux mois dans un contexte de surproduction chronique.

Après une semaine difficile, au rythme des négociations délicates entre les producteurs, le prix du baril de Brent se redressait nettement, prenant 2,64 dollars à 62,70 dollars à 17H15 GMT (+4,43%).

La récente chute des prix était favorable aux consommateurs et bien perçue du président Donald Trump qui veut ménager les automobilistes américains. Mais les grands exportateurs mondiaux dépendants des revenus pétroliers, au premier rang desquels Arabie saoudite et Russie, espèrent renverser la tendance.

Répartir l'effort


La baisse "devrait aider le marché à atteindre un équilibre plus tôt", a salué le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, dont le pays est le deuxième producteur mondial, reconnaissant que les discussions avaient été "complexes".

Il aura fallu deux jours de réunions officielles aux différents poids lourds pour accorder leurs violons au sein de cette alliance nouée en 2016 entre l'OPEP et dix autres producteurs, dont la Russie qui est de loin le plus important.

Les pourparlers butaient sur la répartition des quotas de baisse, chaque producteur réclamant des efforts à ses partenaires.

La Russie estimait qu'il lui était "difficile" de réduire son offre en plein hiver compte-tenu des besoins du pays à cette période.

L'Arabie saoudite, troisième producteur mondial, doit pour sa part faire face à la pression américaine, à un moment où le royaume est affaibli par les répercussions diplomatiques de l'affaire Khashoggi.

Le président américain Donald Trump avait exigé mercredi de l'OPEP, qui pompe le tiers du brut mondial, qu'elle maintienne sa production à un niveau élevé. Le ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Faleh, a répondu que la hausse récente de la production saoudienne, parfois interprétée comme un geste à l'égard de Washington, "n'était pas politique".

Aléas


L'équilibre entre offre et demande est difficile à atteindre, et l'OPEP se réunira donc dès avril prochain pour évaluer l'effet de ces nouvelles baisses de production qui entrent en vigueur en janvier.

Tenant d'une ligne dure, et rival géopolitique du royaume, l'Iran, a obtenu d'être exempté des baisses de production, comme l'ont été la Libye et le Venezuela, trois pays dont les industries pétrolières souffrent de graves perturbations.

"Ces exemptions signifient que tous les autres pays vont devoir faire un petit effort supplémentaire", a reconnu le ministre de l'Energie des Emirats arabes unis, Souheil al-Mazrouei.

Difficile de prédire si l'OPEP et ses alliés, qui représentent plus de la moitié de l'offre, parviendront à durablement inverser l'évolution des cours, mais "une telle baisse de la production va resserrer l'équilibre du marché pétrolier à partir du troisième trimestre de 2019", ont estimé les analystes du cabinet de consultants Wood MacKenzie.

"La baisse était nécessaire pour stabiliser les prix", ont-ils résumé, notamment dans la perspective d'un ralentissement de la croissance mondiale et alors que les Américains, premier producteur mondial de pétrole, pompent à tout va.

Les derniers mois ont cependant montré que rien ne se passe toujours comme prévu.

En juin, l'OPEP et ses alliés avaient assoupli leur politique de limitation de production pour pallier la fin des exportations iraniennes après le rétablissement des sanctions américaines liées au dossier nucléaire.

Mais les exemptions temporaires accordées au dernier moment par les États-Unis à huit pays importateurs ont contribué au plongeon des prix, effaçant les gains engrangés depuis début 2017.


(c) AFP

Commenter L'Opep et Moscou réduisent leur production, le pétrole se reprend


    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    mercredi 14 septembre 2022

    📊 Qui sont les plus grands producteurs de pétrole ? 

    Dans le secteur économique, le pétrole constitue la matière première incontournable puisqu’il assure le bon fonctionnement de l’agriculture, des transports, des industries...

    mercredi 14 septembre 2022

    La croissance de la demande de pétrole très légèrement ralen…

    Paris: Les reconfinements en Chine pèsent sur la croissance de la demande mondiale de pétrole, souligne mercredi l'Agence internationale de l'énergie (AIE)...

    mardi 13 septembre 2022

    Stabilité de la croissance de la demande de pétrole, malgré …

    Paris: Les prévisions de croissance de la demande de pétrole établies par l'Opep sont stables, tant pour 2022 que 2023, selon le...

    lundi 05 septembre 2022

    L'Opep+ réduit sa production de pétrole face aux craintes de…

    Vienne: Les pays de l'Opep+ ont décidé lundi de réduire leur production pour soutenir les prix face aux craintes de récession, une...

    mardi 30 août 2022

    La société russe Gazprom Neft prévoit de doubler la producti…

    Moscou: Le producteur de pétrole russe à la croissance la plus rapide, Gazprom Neft, prévoit de doubler sa production de pétrole sur...

    lundi 22 août 2022

    L'Opep+ a la capacité de réduire sa production à tout moment

    Ryad: Le ministre saoudien de l'Energie, Abdelaziz ben Salmane, a affirmé que l'Opep+ avait les moyens notamment de "réduire à tout moment...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 23 septembre 2022 à 21:42

    Le pétrole WTI clôture sous 80 dollars, une première depuis …

    Londres: Le prix du baril de West Texas Intermediate (WTI), variété américaine de pétrole de référence, a clôturé vendredi sous 80 dollars...

    vendredi 23 septembre 2022 à 16:00

    🇩🇪 Les importations allemandes de pétrole ont augmenté de 13…

    Berlin: Le volume des importations allemandes de pétrole brut a augmenté de 13,5 % au cours des sept premiers mois de 2022...

    vendredi 23 septembre 2022 à 15:20

    Le pétrole dévisse avec les craintes de récession, le WTI so…

    Londres: Les cours du pétrole brut dévissaient vendredi, le WTI coté à New York plongeant sous 80 dollars le baril pour la...

    vendredi 23 septembre 2022 à 12:21

    Le pétrole flanche après les décisions des banques centrales

    Londres: Les prix du pétrole perdaient du terrain vendredi, après une salve de hausses des taux de plusieurs banques centrales à travers...

    jeudi 22 septembre 2022 à 22:01

    Le pétrole en petite hausse, le risque de récession compense…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en petite hausse jeudi, dans un marché qui ne réagit que faiblement à...

    jeudi 22 septembre 2022 à 15:50

    Ne pas investir dans le pétrole et le gaz serait "le ch…

    New York: Couper les investissements dans les combustibles fossiles serait le chemin de l'enfer pour les États-Unis. C'est ce qu'a déclaré le...

    jeudi 22 septembre 2022 à 11:15

    Le pétrole monte avec le risque en Ukraine

    Londres: Les prix du pétrole évoluaient dans le vert, dopés par le risque géopolitique sur l'offre revenu sur le devant de la...

    mercredi 21 septembre 2022 à 18:26

    La 'contribution' de l'UE devrait coûter 1 milliard d'euros …

    Paris: Le projet européen de "contribution de solidarité" sur les bénéfices des entreprises de combustibles fossiles devrait coûter plus d'un milliard d'euros...

    mercredi 21 septembre 2022 à 17:21

    🛢️USA: hausse moindre qu'attendu des stocks hebdomadaires de…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut ont augmenté la semaine dernière aux Etats-Unis, selon des chiffres publiés...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 23 septembre 2022 Le marché pétrolier devrait connaitre un dernier trimestre très volatil cette année. Jusqu'à présent, 2022 a été l'année avec la deuxième plus grande volatilité depuis 1990, la première ayant été observée en 2020.

    En août 2022, le prix du pétrole baisse de nouveau

    Le vendredi 23 septembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En août 2022, le prix du pétrole en euros recule pour le deuxième mois consécutif (‑9,6 % après ‑4,8 % en juillet). Le prix du pétrole diminue de nouveau En août 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) baisse nettement de nouveau (‑10,1 % après ‑8,3 % en juillet), s'établissant en moyenne à 100,6 dollars.En euros, le prix du baril diminue également (‑9,6 % après ‑4,8 %), s’établissant en moyenne à 99,4 €, du fait de la forte dépréciation de l'euro vis-à-vis du dollar en août. Cours du pétrole Brent - Août 2022

    Lire la suite

    📊 Qui sont les plus grands producteurs de pétrole ? 

    Le mercredi 14 septembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le secteur économique, le pétrole constitue la matière première incontournable puisqu’il assure le bon fonctionnement de l’agriculture, des transports, des industries et bien d’autres. C’est pour cette raison qu’il est très échangé partout dans le monde avec ses dérivés tels que l’essence, le gazole, le fioul… Les principaux pays producteurs de pétrole proviennent généralement du Moyen-Orient et de l’Amérique du nord. Découvrez ci-dessous le classement mondial des plus grands producteurs de pétrole, basé sur les dernières données statistiques de BP en 2022, l’une des plus grandes compagnies pétrolières au monde.

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite