Menu
A+ A A-

L'Opep débat d'une baisse de la production de pétrole face à la chute des cours

prix du petrole LondresLondres: Les délégués de l'Opep et leurs partenaires vont débattre cette semaine à Vienne d'une baisse de leurs objectifs de production de pétrole, tiraillés entre l'envie d'enrayer la chute des cours et la pression américaine pour maintenir les prix bas.
Le président russe Vladimir Poutine et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) ont déjà annoncé lors du G20 qu'ils renouvelleraient l'accord de limitation de la production en 2019.

Mais les ministres des deux géants du pétrole et de leurs partenaires vont désormais s'affairer dans la capitale autrichienne pour pouvoir annoncer un accord lors des réunions plénières jeudi et vendredi et regagner leur crédibilité auprès des marchés.

Parmi les premiers arrivés dans la capitale autrichienne, le ministre algérien de l'Energie, Mustapha Guitouni, s'est montré prudent.

"Il y aura une rencontre avec les 25 pays, et nous verrons", a-t-il espéré.

Les producteurs réunis à Vienne représentent plus de la moitié de l'offre mondiale, et s'ils continuent d'extraire de l'or noir à des niveaux record, ils risquent en effet de voir les prix continuer de flancher.

Les cours du brut ont chuté de plus de 30% en deux mois et évoluent désormais autour de 60 dollars pour le baril de Brent - la référence européenne.

Mais s'ils durcissent leur accord de limitation de leur production, ils pourraient mettre à mal la croissance mondiale, très dépendante d'un carburant au prix abordable.

Foudre américaine


L'Arabie saoudite pourrait également s'attirer les foudres de Washington, où le président Donald Trump a multiplié les attaques contre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et alors que les relations entre le royaume et son allié américain sont entachées par le meurtre du journaliste opposant Jamal Khashoggi.

"Des prix bas ne sont pas une option pour MBS, qui a besoin d'un baril plus cher pour appliquer son plan économique", ont commenté les analystes de Energy Aspects, qui ajoutent que "la clef sera de trouver un accord avec M. Trump".

La position de Washington pourrait cependant évoluer, souligne Giovanni Staunovo, analyste d'UBS dans une note où il rappelle que les producteurs américains de pétrole de schiste ont besoin d'un niveau élevé des prix pour que leurs exploitations aux technologies de pointe restent rentables.

"Nous pensons que l'expérience de fin 2014, quand l'OPEP avait refusé d'abaisser sa production et que les prix avaient plongé à 45 dollars le baril en janvier 2015, est encore fraîche dans les esprits", a écrit M. Staunovo.

Ce fiasco de l'OPEP avait fait perdre de la crédibilité à l'Organisation. Fin 2016, un contrôle actif du marché avait été à nouveau adopté, et le cartel avait frappé un grand coup en s'alliant à d'autres producteurs, dont la Russie.

L'alliance élargie, en se fixant des objectifs de production et en les respectant, avait contribué à la remontée des prix du brut jusqu'à début octobre 2018.

Discussions russo-saoudiennes


Mais en juin dernier, les producteurs avaient assoupli leur discipline. L'objectif était de permettre à la Russie et à l'Arabie saoudite d'extraire davantage pour compenser les pertes prévues de barils iraniens. Les États-Unis avaient annoncé en effet pour novembre le rétablissement des sanctions contre les importateurs de pétrole iraniens, ce qui devait réduire l'offre mondiale.

Pari raté pour Moscou et Ryad ? Au dernier moment, les États-Unis ont accordé des exemptions à huit importateurs, à des niveaux plus élevés que ne l'attendait le marché. Cette décision a provoqué le plongeon des prix de ces deux derniers mois, qui a fait effacer aux cours leurs gains engrangés depuis début 2017.

Reste à savoir si l'alliance fera maChine arrière en adoptant de nouvelles baisses des productions et, si elle le fait, comment seront attribuées les baisses.

Les discussions pourraient être houleuses, alors que certains pays voient d'un mauvais oeil l'Arabie saoudite dicter la conduite de l'OPEP.

Le Qatar annoncé lundi qu'il allait quitter l'Organisation en janvier, alors que l'Arabie saoudite a rompu ses relations diplomatiques avec le pays en juin 2017.

Si Doha ne représente que 2% de la production de l'OPEP, l'Iran a multiplié ces derniers mois les critiques contre l'Organisation dont le pays est le troisième producteur, accusant son rival saoudien de faire le jeu des Américains.


(c) AFP

Commenter L'Opep débat d'une baisse de la production de pétrole face à la chute des cours


    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    mercredi 25 mai 2022

    La production de pétrole russe a augmenté de 8% au 1er trime…

    Moscou: La production de pétrole brut russe, y compris le condensat de gaz naturel, a bondi de 8% sur un an au...

    lundi 16 mai 2022

    L'Arabie saoudite veut dépasser les 13 millions de barils pa…

    Manama: L'Arabie saoudite prévoit d'augmenter sa capacité de production quotidienne de pétrole de plus d'un million de barils pour dépasser les 13...

    lundi 16 mai 2022

    La production pétrolière russe a augmenté de 1,7 % en glisse…

    Moscou: La production moyenne de condensat de pétrole et de gaz russe a augmenté d'environ 1,7 % en glissement mensuel pour atteindre...

    mardi 10 mai 2022

    Les États-Unis ont demandé à la société brésilienne Petrobra…

    Rio de Janeiro: En mars, des responsables du gouvernement américain ont demandé à la compagnie pétrolière publique brésilienne Petrobras si elle pouvait...

    vendredi 06 mai 2022

    Le Nigeria et l'Angola sont responsables de près de la moiti…

    Vienne: Près de la moitié de l'insuffisance de l'offre de pétrole prévue par l'OPEP et ses alliés est imputable au Nigeria et...

    jeudi 05 mai 2022

    L'Opep+ reste attentiste devant les craintes liées à la Chin…

    Vienne: Les pays producteurs de pétrole de l'Opep+ ont convenu jeudi d'une nouvelle hausse marginale de leur production d'or noir, confortés par...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 27 mai 2022 à 22:20

    Le pétrole au plus haut depuis deux mois, achats de couvertu…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont de nouveau progressé vendredi à la faveur d'achats de couverture avant un long week-end...

    vendredi 27 mai 2022 à 13:55

    Le Brent pourrait dépasser 150$ le baril si l'offre de pétro…

    Charlotte: Le baril de Brent de mer du Nord pourrait dépasser les 150 dollars en cas de forte diminution des exportations du...

    vendredi 27 mai 2022 à 11:58

    Le pétrole profite du début de la saison des déplacements au…

    Londres: Les prix du pétrole poursuivaient leur hausse vendredi, le marché se réjouissant des perspectives de forte demande avec le début de...

    jeudi 26 mai 2022 à 21:52

    Le pétrole bondit, le marché craint l'été et les grands dépl…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont bondi jeudi, à quelques heures d'un week-end férié qui va marquer le début de...

    jeudi 26 mai 2022 à 11:23

    Le pétrole en hausse timide, une augmentation de la demande …

    Londres: Les prix du pétrole étaient en petite hausse jeudi, soutenus par une augmentation de la demande attendue aux États-Unis avec l'ouverture...

    mercredi 25 mai 2022 à 21:48

    Le pétrole grignote du terrain après un rapport américain mi…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé mercredi, soutenus par la possibilité d'un accord européen sur les importations russes, dans...

    mercredi 25 mai 2022 à 21:25

    La production de pétrole russe a augmenté de 8% au 1er trime…

    Moscou: La production de pétrole brut russe, y compris le condensat de gaz naturel, a bondi de 8% sur un an au...

    mercredi 25 mai 2022 à 17:37

    🛢️USA: les stocks de pétrole baissent moins que prévu, produ…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont moins reculé que prévu la semaine dernière, selon...

    mardi 24 mai 2022 à 22:51

    Petrobras recule à la Bourse de Sao Paulo après le limogeage…

    Sao paulo: Les actions de la compagnie publique Petrobras ont perdu jusqu'à plus de 4% à la Bourse de Sao Paulo mardi...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 17 mai 2022 La Hongrie a chiffré lundi à 15-18 milliards d'euros le coût d'un arrêt de ses achats de pétrole russe pour expliquer sa demande d'exemption des approvisionnements par oléoduc du projet d'embargo pétrolier de l'UE.

    📈 En mars 2022, les prix du pétrole accélèrent fortement

    Le mardi 26 avril 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En mars 2022, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+24,7 % après +11,6 % en février). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent fortement eux aussi (+9,3 % après +3,8 %), qu'il s'agisse des prix des matières premières industrielles (+10,9 % après +5,1 %) ou de ceux des matières premières alimentaires (+7,7 % après +2,6 %). Le prix du pétrole accélère très fortement En mars 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) bondit (+21,1 % après +11,9 %), s’établissant en moyenne à 117,2...

    Lire la suite

    🇪🇺 D'où proviennent les importations de pétrole de l'Union européenne (UE) ?

    Le lundi 28 mars 2022 - Analyses des prix du pétrole

    La Russie n'est pas seulement l'un des plus grands exportateurs de produits énergétiques au monde (le deuxième exportateur mondial de pétrole brut), mais elle est aussi le plus grand fournisseur de ces combustibles en Europe.Un examen plus approfondi des importations d'énergie révèle que la Russie est le principal fournisseur en pétrole brut de l'Union européenne (ainsi que de charbon et de gaz naturel).

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite