Menu
A+ A A-

Le parapétrolier CGG envisage près de 500 suppressions d'emplois

prix du petrole ParisParis: Le groupe parapétrolier CGG a annoncé mercredi un plan stratégique à l'horizon 2021 qui pourrait se traduire par près de 500 suppressions de postes avec l'abandon de l'une de ses activités.
L'activité acquisition de données sismiques va cesser progressivement avec la recherche d'un "partenaire" pour la partie marine et l'arrêt pur et simple pour la partie terrestre, a indiqué CGG lors d'une présentation aux investisseurs à Londres.

Les effectifs de CGG, qui ont déjà fondu de 11.000 à environ 5.000 salariés (44% basés en Europe) avec la crise du secteur il y a quelques années, devraient ainsi encore reculer.

"L'arrêt des activités d'acquisition pourrait avoir un impact de l'ordre de 10% des effectifs du groupe a l'horizon 2021", a dit un porte-parole à l'AFP.

CGG va aussi chercher à sortir de coentreprises.

Le coût de cette restructuration devrait s'élever à 200 à 250 millions de dollars, selon CGG.

Le groupe entend se concentrer sur les activités où il est en position de force: géoscience, études multi-clients et équipements. Le plan prévoit "un chiffre d'affaires des activités à 1,7 milliard de dollars" grâce à de nouveaux produits.

Il prévoit aussi une "réduction de la base de coûts administratifs et supports" d'environ 40 millions de dollars d'ici 2021.

"Notre plan de marche vise à assurer une rentabilité pérenne de CGG à travers les cycles", a expliqué sa directrice générale Sophie Zurquiyah.

Elle souhaite une entreprise "faiblement capitalistique, qui s'appuie sur ses collaborateurs, ses données et ses technologies" et renforcer ses positions de leaders "dans nos trois activités principales et différenciantes".

Le titre plonge


Ces perspectives étaient mal accueillies à la Bourse de Paris, où l'action CGG chutait de près de 12% mercredi vers 15H20 (heure de Paris), dans un marché en hausse de 1,16%.

Le groupe a aussi présenté ses résultats mercredi matin, en amélioration avec la remontée des cours du pétrole.

Sa perte nette a atteint 1,5 million de dollars contre 124,4 millions un an plus tôt.

Pour l'ensemble de l'année 2018, le groupe table sur un chiffre d'affaires des activités (excluant notamment des charges non récurrentes) en hausse à environ 1,5 milliard de dollars.

Le chiffre d'affaires de l'ancienne Compagnie générale de géophysique a fait un bond de 37% au troisième trimestre à 439,1 millions de dollars, porté par la croissance de ses activités de géoscience et une forte demande en équipements terrestres au Moyen-orient et en Asie.

Citée dans un communiqué, la directrice générale du groupe souligne que ces résultats "confirment un marché en amélioration progressive".

Comme le reste du secteur parapétrolier, CGG avait été mis en difficulté par la chute des cours du brut à partir de 2014. Les cours se sont progressivement repris depuis la fin 2016, sans pour autant retrouver leurs sommets.

L'entreprise de géosciences, spécialisée dans l'évaluation des ressources en hydrocarbures du sous-sol pour le compte des compagnies pétrolières, avait achevé en février son plan de restructuration financière. Il lui a permis de ramener sa dette à des niveaux plus soutenables et de poursuivre son activité malgré la grave crise traversée.

La dette atteignait ainsi 768,9 millions de dollars au troisième trimestre, contre 2,57 milliards de dollars l'année précédente.

Le groupe a dégagé un bénéfice opérationnel de 45,1 millions de dollars contre une perte de 60,4 millions un an plus tôt.

"Dans ce contexte, nous restons en [conformité avec] nos objectifs pour l'exercice 2018 sur la base d'opportunités importantes en multi-clients et de livraisons d'équipements soutenues en fin d'année", a précisé Sophie Zurquiyah.


(c) AFP

Commenter Le parapétrolier CGG envisage près de 500 suppressions d'emplois


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 11 décembre 2019 à 21:17

    Le pétrole baisse après les stocks américains

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont clôturé en baisse mercredi après une hausse surprise des stocks de brut aux Etats-Unis...

    mercredi 11 décembre 2019 à 17:26

    USA: les stocks de pétrole brut repartent à la hausse

    New York: Les stocks de pétrole brut sont remontés la semaine dernière aux Etats-Unis et ceux d'essence et d'autres produits distillés (fioul...

    mercredi 11 décembre 2019 à 16:59

    Le pétrole creuse ses pertes après les stocks américains

    Londres:  Les prix du pétrole ont creusé leurs pertes mercredi en cours d'échanges européens, après une hausse surprise des stocks de brut...

    mercredi 11 décembre 2019 à 14:31

    Pétrole: les pays de l'Opep ont moins pompé en novembre, Ara…

    Paris: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui vient de décider de nouvelles baisses de sa production, a pompé un peu...

    mercredi 11 décembre 2019 à 11:55

    Aramco, la plus grosse introduction en Bourse, longtemps att…

    Ryad: Le géant pétrolier saoudien Aramco a réalisé mercredi à Ryad la plus grosse entrée en Bourse de l'histoire après quatre ans...

    mercredi 11 décembre 2019 à 11:54

    Le pétrole sous pression, inquiétudes sur le commerce

    Londres: Les prix du pétrole baissaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens, pénalisés par les inquiétudes du marché concernant les tensions sino-américaines...

    mercredi 11 décembre 2019 à 09:52

    Aramco s'envole de 10% pour ses débuts historiques en Bourse

    Ryad: L'action du géant pétrolier saoudien Aramco s'est envolée de 10% pour ses débuts en Bourse mercredi sur la place financière de...

    mercredi 11 décembre 2019 à 09:01

    L'action Saudi Aramco bondit pour ses débuts, après la plus …

    Dubai: L'action Saudi Aramco a bondi mercredi de 10% pour ses débuts à la Bourse de Ryad, la plus importante introduction en...

    mercredi 11 décembre 2019 à 06:56

    Chevron dévalue ses gisements face à l'abondance de pétrole

    New York: Le géant pétrolier américain Chevron a annoncé mardi une dépréciation de la valeur de ses actifs, notamment dans le gaz...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 4 décembre 2019 Les stocks commerciaux de pétrole des États-Unis ont baissé d'environ -4,9 millions de barils, selon des données publiées par l'EIA.
    Les analystes tablaient, eux, sur une baisse plus modeste, de l'ordre de -1,7 million de barils.

    Les stocks de pétrole s'établissent ainsi à 447,1 millions de barils.

    En octobre 2019, le prix du pétrole se replie

    Le lundi 25 novembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2019, le prix du pétrole en euros se replie (-5,4 % après +7,6 % en septembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) diminuent également (−1,0 % après +0,4 %) sous l’effet notamment des matières premières industrielles (−2,8 % après +1,8 %). Le prix du pétrole se redresse En octobre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se replie (-5,4 % après +7,6 %), à 54 € en moyenne par baril.En dollars, la baisse des prix est moins ample (-5,0 % après +6,4 %)...

    Lire la suite

    En septembre 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le mardi 22 octobre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+7,6 % après -6,9 % en août). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,4 % après −6,4 %) à l’instar des matières premières industrielles (+1,8 % après −10,8 %). Le prix du pétrole se redresse En septembre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+7,6 % après -6,9 %), à 57,1 € en moyenne par baril, après les attaques visant deux sites pétroliers saoudiens.La hausse est moins marquée...

    Lire la suite

    Un nouveau choc pétrolier est-il envisageable ?

    Le samedi 21 septembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    New York: La soudaine flambée des prix du baril de pétrole cette semaine a fait vaguement resurgir le spectre de la pénurie d'or noir. La probabilité d'un nouveau choc pétrolier forçant les automobilistes à faire la queue aux stations-essence reste toutefois ténue, selon plusieurs analystes.

    Lire la suite