Logo

Macron réunit son gouvernement hors de l'Elysée, poursuivi par la grogne sur les carburants

prix du petrole charlevilleCharleville-Mézières: Emmanuel Macron a réuni mercredi son gouvernement loin de Paris, au 4e jour de son périple mémoriel dans le nord-est où il a de nouveau dû faire face à la colère contre la hausse des prix des carburants.
Débarquant du train Paris-Sedan, les ministres sont arrivés à la gare de Charleville-Mézières, d'où ils ont marché en groupe vers la préfecture pour un Conseil des ministres délocalisé.

Pendant ce temps, le chef de l'Etat est sorti de sa voiture pour discuter un quart d'heure avec quelques dizaines de passants. Plusieurs lui ont de nouveau reproché la hausse des prix des carburants, contre laquelle un blocage des routes est prévu le 17 novembre, quand d'autres lui manifestaient leur soutien.

"Macron démission!". "Vous êtes un escroc", "Attendez le 17 (novembre), vous allez voir", criaient quelques-uns. "Soyez courageux, ne lâchez pas", l'encourageaient d'autres.

"Il y a des gens qui sont en colère de bonne foi et des gens de mauvaise foi", a commenté ensuite le chef de l'Etat devant la presse, avant de répéter qu'il avait décidé d'aider les plus pénalisés.

"On accompagne pour que les gens puissent changer de voiture, aller vers des véhicules moins polluants". "Et puis on accompagne pour que ceux qui sont obligés de se déplacer chaque jour pour travailler soient mieux aidés, à partir du moment où on dépasse un certain seuil".

"Aujourd'hui, ça a trop monté et donc on va agir", a-t-il promis, affirmant que les régions ne seraient pas mises à contribution pour ces nouvelles aides mais que "le gouvernement et le Parlement prendront leurs responsabilités", a-t-il affirmé.

Le président (LR) du Sénat Gérard Larcher a lui réclamé qu'au delà de ce "premier geste", les taxes sur les carburants soient "stabilisées", pour ne pas aggraver l'effet de la hausse des cours. "On a le projet de loi de finances, c'est le moment de le faire", a-t-il exhorté sur Public Sénat.

Délocalisé, le Conseil des ministres doit se concentrer sur "l'avenir de nos territoires" et "apporter des réponses concrètes aux attentes de nos concitoyens", a déclaré le président à ses ministres en début de réunion. A l'ordre du jour figure notamment la lutte contre les zones blanches.


(c) AFP

Commenter Macron réunit son gouvernement hors de l'Elysée, poursuivi par la grogne sur les carburants


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.