Menu
A+ A A-

Les automobilistes pris au piège du diesel

prix du petrole ParisParis: Face à la flambée des prix du gazole, les propriétaires de voitures diesel se sentent pris au piège, le revirement des politiques publiques ayant provoqué une chute du prix de leur véhicule.
Pour les diésélistes, "c'est la double peine", constate Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem de l'Automobile. "Ils subissent à la fois les prix du carburant qui augmentent et une valeur résiduelle de leur voiture qui baisse fortement parce que le marché des véhicules diesel d'occasion s'effondre".

Les prix du gazole ont quasiment rejoint à la pompe ceux de l'essence, sous l'effet d'une hausse des taxes visant à mettre fin à l'avantage fiscal dont ce carburant bénéficiait jusqu'ici. Du coup, ces véhicules perdent leur intérêt et leur attrait, d'autant plus qu'ils sont perçus comme ayant peu d'avenir.

"A Paris, on sait que les diesels seront interdits en 2024. Il y a beaucoup d'inquiétudes", estime Guillaume Paoli, co-fondateur et dirigeant d'Aramis Auto, spécialiste de la vente d'automobiles en ligne. D'après une étude commandée par l'entreprise, "40% des possesseurs de diesel ont prévu de changer de comportement, soit en gardant leur voiture jusqu'au bout, soit en essayant de la revendre au plus vite".

Mais en cas de revente, il risque d'y avoir de la déception. Sur les voitures urbaines diesel, "les prix sont clairement en baisse, parfois de 10 à 15%", prévient M. Paoli. La baisse est moins perceptible pour les gros véhicules, mais dans tous les cas "les délais de revente sont un peu plus longs".

Il souligne que le marché de l'occasion est complètement déséquilibré. "Les voitures d'occasion d'aujourd'hui, ce sont les voitures neuves d'il y a quatre ans. Or, il y a 4 ans, on vendait 70% de diesel. Aujourd'hui, quand je regarde les requêtes sur le site Aramis, seules 30 à 35% portent sur du diesel".

Sur le marché du neuf, la part du diesel est aussi tombée sous la barre des 40% en septembre, contre 73% en 2012.

"Il y a un problème d'offre et de demande. Les gens veulent plus d'essence et on n'a pas forcément autant d'essence à leur proposer", poursuit Guillaume Paoli.

Inversion de politique


Les baisses de prix des voitures d'occasion diesel "sont significatives depuis le début de l'année", confirme le Conseil national des professions de l'automobile (CNPA), qui représente notamment les concessionnaires. Interrogé par l'AFP, il n'était pas en mesure de chiffrer le phénomène.

Outre le coût pour les particuliers, le CNPA prévoit une ardoise "en milliards d'euros" pour les concessionnaires, qui doivent gérer les retours de millions de véhicules diesel sur plusieurs années, au terme des contrats de location (LOA) de leurs clients. Les concessionnaires se retrouvent d'ores et déjà avec un parc de voitures dont la valeur est dépréciée.

"Les pouvoirs publics ne prennent jamais en compte le parc existant de véhicules", alerte le CNPA, qui l'estime à 42 millions de voitures, dont les deux tiers en diesel.

Les Français étaient incités par le gouvernement, jusqu'à il y a encore cinq ans, à privilégier le diesel au nom de la lutte contre le réchauffement climatique, rappelle Flavien Neuvy.

Ces motorisations consomment environ 10% de carburant en moins et émettent donc moins de CO2. Mais leur bilan moins favorable en matière d'émissions d'oxydes d'azote, des gaz nocifs pour la santé, a incité le gouvernement à inverser totalement sa politique depuis la loi sur la transition écologique votée en 2014.

Le dieselgate, avec ses révélations sur les tricheries de Volkswagen et la sous-estimation systématique des émissions nocives lors des tests d'homologation, a porté le coup de grâce à cette technologie.

Chez les consommateurs, "il y a du mécontentement, l'impact est fort sur le pouvoir d'achat, mais il y a aussi des conséquences industrielles", avec des milliers d'emplois menacés chez des équipementiers spécialistes des motorisations diesel, souligne cet expert. "Cela fait des chocs invraisemblables" à gérer pour une industrie automobile qui doit consentir de lourds investissements et a besoin avant tout de visibilité.


(c) AFP

Commenter Les automobilistes pris au piège du diesel


    Le pétrole en France

    mardi 20 novembre 2018

    Carburants: Mme Wargon dénonce les contradictions des "…

    Paris: La secrétaire d'Etat à l'Ecologie Emmanuelle Wargon a dénoncé mardi en pleine mobilisation des "gilets jaunes" ceux qui réclament une annulation...

    lundi 19 novembre 2018

    Les prix des carburants ont continué à baisser la semaine de…

    Paris: Les prix des carburants automobiles vendus dans les stations-service françaises ont continué à baisser la semaine dernière, d'environ 2 centimes, dans...

    lundi 19 novembre 2018

    "Le peuple en a marre": des "gilets jaunes…

    Lespinasse (France): "Le peuple en a marre": quelque 80 "gilets jaunes" bloquaient lundi un dépôt pétrolier au nord de Toulouse, déterminés à...

      Toutes les nouvelles du pétrole en France

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 20 novembre 2018 à 22:54

    Canada: pas de marée noire après un accident sur une platefo…

    Montréal: Le pétrole ne fuit plus au large de Terre-Neuve et aucune marée noire n'est attendue après le rejet accidentel dans l'océan...

    mardi 20 novembre 2018 à 20:20

    Frappés par la crainte d'un pétrole trop abondant, les cours…

    NYC/Cours de clôture: Les prix du baril de pétrole ont plongé mardi à leur plus bas niveau depuis fin 2017, touchés de...

    mardi 20 novembre 2018 à 16:15

    Le pétrole en baisse, pénalisé par les niveaux de production

    Londres: Les cours du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, approchant de leurs plus bas en plusieurs mois, alors que...

    mardi 20 novembre 2018 à 12:19

    Contre la contrebande, l'Iran veut limiter l'essence à la po…

    Téhéran: L'Iran est en train de réintroduire des cartes limitant la quantité de carburant pouvant être achetée dans les pompes à essence...

    mardi 20 novembre 2018 à 12:16

    Le pétrole repart à la baisse dans un marché incertain

    Londres: Les prix du pétrole baissaient de nouveau mardi en cours d'échanges européens, après avoir légèrement progressé la veille, dans un marché...

    mardi 20 novembre 2018 à 10:07

    Norvège: la production de pétrole rebondit en octobre

    Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a rebondi en octobre mais est restée inférieure aux...

    mardi 20 novembre 2018 à 10:05

    Carburants: Mme Wargon dénonce les contradictions des "…

    Paris: La secrétaire d'Etat à l'Ecologie Emmanuelle Wargon a dénoncé mardi en pleine mobilisation des "gilets jaunes" ceux qui réclament une annulation...

    mardi 20 novembre 2018 à 04:34

    Le pétrole en baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole sont repartis à la baisse mardi en Asie, le marché restant plombé par les inquiétudes sur la...

    lundi 19 novembre 2018 à 22:12

    Canada: déversement accidentel en mer de 250.000 litres de p…

    Montréal: Un avion de surveillance et six navires ont été dépêchés lundi au large de la côte Est du Canada après le...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit

    Le mardi 20 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit. Le prix du pétrole décélère En octobre 2018, la hausse du prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros est moins vive qu'en septembre (+4,3 % après +7,8 % en septembre), à 70,6 € en moyenne par baril de Brent. Le ralentissement est un peu plus marqué en dollars (+2,7 % après +8,8 %), l'euro s'étant déprécié au mois d'octobre. La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 81 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - octobre 2018

    Lire la suite

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite