Logo

Le pétrole grimpe encore avec la pression d'une offre trop faible

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens alors que les investisseurs s'inquiétaient de voir l'offre diminuer avec les sanctions américaines sur l'Iran.
Vers 10H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre, dont c'est le dernier jour de cotation, valait 82,12 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 40 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance prenait 10 cents à 72,22 dollars.

Le pétrole devrait signer sa troisième semaine consécutive de hausse pour la première fois depuis le mois de mai, et le Brent a touché mardi son plus haut en près de quatre ans à 82,55 dollars, alors que le marché craint un déficit de l'offre au quatrième trimestre.

"Les craintes de la perte de l'offre iranienne et le déclin de la production du Venezuela" continuent de profiter aux prix, a commenté Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group, qui rappelle que "l'OPEP ne semble pas pressé de compenser ces baisses".

Les exportations de l'Iran, troisième producteur de l'OPEP, ont chuté en amont des sanctions de Washington, qui interdiront d'importer du pétrole iranien à partir de début novembre.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses partenaires, réunis dimanche à Alger, n'ont pas annoncé de hausse de leur production, alors que le président américain Donald Trump multiplie ses attaques contre l'OPEP.

"La hausse des prix de l'énergie, plus précisément de l'essence à la pompe, est en train de devenir un vrai problème pour l'administration Trump, surtout à quatre semaines des élections législatives", a commenté Stephen Brennock, analyste chez PVM.

Certains analystes et industriels n'excluent plus la possibilité d'un baril à 100 dollars, à l'image de Patrick Pouyanné, patron de Total, qui a jugé plausible cette hypothèse dans une interview pour Bloomberg.

"Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne nouvelle", a-t-il affirmé, "même pour l'industrie pétrolière puisque des prix si élevés ouvrent la porte à la concurrence" et à une baisse de la demande, a-t-il ajouté.


(c) AFP

Commenter Le pétrole grimpe encore avec la pression d'une offre trop faible


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.